dimanche 18 avril 2021

On The Beach - Louis Vuitton 2021 : Cologne à la Californienne !


On connaissait les Colognes à l'italienne, à la française, et à la russe. Avec On The Beach, on serait tenté de dire qu'une nouvelle proposition vient d'arriver : la Cologne à la californienne ! Prenant pour base une Cologne à la française assez traditionnelle avec ses notes fraîches d'agrumes et d'aromates, Jacques Cavalier-Belletrud la revisite pour lui faire traverser l'Atlantique et continuer à nous offrir de nouvelles destinations de voyages au sein de la marque. 
La tête fait la part belle au yuzu, plus mordant, légèrement plus amer et plus scintillant que le citron, pour continuer ensuite sur une structure plus classique de pamplemousse, d'orange et de mandarine, avec sans doute aussi un soupçon de bergamote qui fait un lien cohérent avec la suite et capte les notes plus douces et presque chaudes du néroli et la douceur veloutée du romarin. Le thym et le cyprès s'invitent de manière très cohérente pour évoquer les pins de bord de mer, appuyés par le poivre rose, fusant, et une note de girofle également poivrée mais teintée d'une facette violette.
En lisant les notes du parfum, je m'attendais à vrai dire à quelque chose entre Granville de Dior et Blenheim Bouquet de Penhaligon's. Il y a tout de même un peu de ça quand on le porte, mais c'est assez lointain et ça apparaît en filigrane, car On The Beach me fait plutôt penser à une Cologne fraîche qu'à un parfum aromatique. Là où il se démarque, c'est sur l'effet salé, qui lui donne une douceur solaire, clean et légèrement savonneuse qui nous envoie directement sur Santa Monica, ainsi qu'à un fond très propre créé par une bulle de muscs blancs modernes. 
Au final, cette Cologne rafraîchissante et optimiste se porte comme un t-shirt, facilement, avec un jean et un blouson en cuir vieilli, elle est très cohérente. Pourquoi ? Parce que bien que née cette année dans un flacon très contemporain, elle présente une facette vintage à mes yeux, qui envoie mes souvenirs sur des parfums comme Oscar For Men, et ça lui va très bien. Oscar, LA, On The Beach, isn't it a beautiful scenario ? 

Illustrations : Santa Monica par Cobra et Parfums Louis Vuitton. 

lundi 12 avril 2021

Rencontres IFF sur Instagram cette semaine !

 Bonjour a tous, je me fais le relais de IFF qui organise une semaine de rencontres sur le compte Instagram du 12 au 16 Avril. Le lien se trouve ici : https://www.instagram.com/artofperfumeryatiff/?hl=fr

Il s'agit de rencontres et de dialogues entre les parfumeurs d'IFF, des artistes et des amoureux du parfum afin d'enrichir et d'inspirer leur connaissances. 

Comme je ne sais pas trop comment fonctionne Instagram (et oui, je suis de le vieille école) et que je n'ai pas de compte pour ma part, ceux qui sont intéressés sont invités à se connecter au compte ci-dessus.  

Avis aux passionnés ! 

vendredi 26 mars 2021

Myths Woman - Amouage 2016 : vintage bouquet.

J'aime beaucoup cette sensation de découvrir des parfums que je ne connaissais pas et de tout de suite avoir un vrai coup de coeur. Dès les premières notes Myths m'a immédiatement transporté au milieu de la boutique d'un fleuriste, quand les fleurs rencontrent la terre, que les parfums se mêlent et que le décors se colore. 

Envolée de rose et de patchouli relevée par une note très douce qui sent littéralement le "vert" des fleurs, ce parfum se pose ensuite dans une douceur cotonneuse et très cocoon, qui lui donne un aspect patiné très vintage. J'y retrouve un peu d'un parfum que j'aimais beaucoup chez Guerlain, Guerlinande, sorti en série très limitée mais qui était d'une finesse incroyable et convoquait le printemps avec merveille. Myths est plus terreux, plus râpeux que ce dernier, mais l'esprit d'un printemps joyeux rempli des senteurs du lilas, des glycines, du muguet, des jacinthes, des girofles et de la terre mouillée est bien là, pour un voyage olfactif et dans le temps assuré ! 

Une très jolie redécouverte que ce Myths Woman, qui n'a d'ailleurs de woman que dans le nom, car son coté chypré signé et son effet bouquet de fleurs androgynes et vintages à souhait pourrait ravir les amateurs d'Aramis, de Monsieur de Chanel ou de Gentleman de Givenchy. 

Illustrations : expo Purple Rain à Paris et parfums Amouage. 

samedi 20 mars 2021

Tobacolor - Dior 2021 : tabac confit, né.

Faisons une pause sur les ouds de Dior, je reviendrai plus tard sur Leather Oud, car j'ai envie de parler du dernier né en ce premier jour de re-confinement qui annonce le printemps. 

Tobacolor s'ouvre tout en fraîcheur sur des notes de mandarine et d'orange pour évoluer assez rapidement sur un accord de fruits confits : pêche, prune, abricot se conjuguent pour un effet "datte" qui sied bien à ce tabac évoquant l'ambiance des bars à chicha où l'on fume le narguilé. Je ne serais point étonné de savoir qu'il y a un peu d'immortelle dans la formule, car je lui trouve un coté sec, qui peut être aussi dû à l'absolu tabac, une note chaude mais sèche et légèrement amère. Quelques notes ambrées accompagnent le tableau, et sur peau, le fond est vraiment joli, donnant à la fois une sensation de pain d'épice, de fumée de tabac blond, le tout accentué par une note proche de la mousse de chêne, ce qui lui donne un beau relief, une belle profondeur. Pour le situer dans la paysage olfactif actuel, il serait quelque part entre Sables et ses notes de sirop d'érable sous le sable et Ambre Narguilé pour son coté tabac chaud et confortable. 

Un joli tabac confit, né sous de beaux auspices, à porter avec bonheur pour les nouveaux confinés que nous sommes ! 

Illustrations : tabac à narguilé, Maison Christian Dior parfums. 




jeudi 25 février 2021

Complètement f'oud - épisode 3 - Oud Rosewood - Dior 2020 : brute de nuit !

Selon François Demachy, le oud du Laos a plus de caractère que celui d'Indonésie utilisé dans Oud Ispahan et Leather Oud, ce que je confirme. Ce oud du Laos est plus brut, plus animal et plus montant, moins fruité et plus sec, et c'est celui qui est travaillé dans Oud Rosewood. L'impression que ce parfum me donne est un travail de taille autour de cette matière, comme si le parfumeur n'avait pas voulu la dénaturer et s'était appliqué à mettre en exergue les facettes de celle-ci. 

Oud Rosewood est un parfum oud assez brut, comme taillé dans la masse et mis en valeur par quelques notes qui parlent naturellement au oud, comme le bois de rose, le cuir fumé, et un travail évoquant les feuilles séchées. Un coté minéral ressort, appuyé par un aspect fougère légèrement "sale", qui lui conf
ère une belle évolution quand il rencontre une peau chaude ; je ne serais pas étonné de savoir qu'il a utilisé du costus ou du cumin à petite dose, car des éléments de ce parfum m'envoient directement à des fougères des années 80 comme Kouros ou Brut par exemple. Plutôt masculin au premier abord, il peut se révéler très doux et très peau sur une femme. J'imagine une ambiance de fin de nuit où se mêlent cuir et tabac froid, le coté animal de la peau et de la transpiration relevés par le oud. 

Un parfum "brutaliste", instinctif, à fleur de peau, sensuel, comme un roc de oud, à tester impérativement sur la durée pour apprécier sa richesse à sa juste valeur. 

Illustrations : Laurent Sérousi, maison de parfums Christian Dior. 

mardi 9 février 2021

Complètement f'oud - épisode 2 - Oud Ispahan - Dior 2012.



Presque dix ans déjà que Oud Ispahan est sur le marché. Sceptique au début a cause de l'avalanche de ouds lancés dans ces années là, je suis passé complètement à cote de lui, jusqu'à récemment, où j'ai commencé à m'intéresser à ce dernier, devenu un des chef de file des créations Maison Christian Dior après Bois d'Argent. Et pour cause ; il n'est vraiment pas mal ce parfum ! 

Pourvoyeur d'une destination de rêve dont nous sommes malheureusement privés, Ispahan, c'est l'Orient par excellence et quoi de mieux que l'accord magique de la rose et du bois de oud pour évoquer cette atmosphère ? Un oud d'Indonésie, plus doux et très légèrement fruité, mariè à la rose turque. Ce qui me frappe au porté, c'est la densité du traitement, la justesse des notes et l'évolution sur peau, très cohérente et plutôt douce, ce que ne laissait pas penser la toute première impression. Le lien entre les matières est presque évident, à tel point qu'il est difficile de les distinguer une par une, mais elles sont bien là : patchouli légèrement terreux qui attrape littéralement les facettes chaudes du oud et la facette fruitée de la rose, santal et cèdre qui s'attachent aux facettes douces de ces deux matières pilier du parfum, safran, indispensable dans un parfum "oud" et surtout, ce qui me plait vraiment, c'est le miel. Oud Ispahan développe une trame miellée très chaude, légèrement sucrée par la vanille, le ciste labdanum et sans doute un peu de tubéreuse. Cette trame miel fait écho à un autre parfum de la marque et non des moindres, car elle me fait penser à celle que l'on trouve dans Poison. Voilà pourquoi je trouvais Oud Ispahan très "Dior", chaud et sensuel !  

Ce parfum, c'est l'ambiance d'un riad, aux velours rouges soyeux, à l'or omniprésent et dans lequel on siroterait un thé noir et des pâtisseries miellées. Un belle re-découverte que ce parfum qui sur moi, est vraiment joli. 

Illustration : un riad et Maison Christian Dior Parfums. 

mercredi 3 février 2021

Complètement f'oud - épisode 1 - Purple Oud - Dior 2019.

Vous allez sans doute être surpris mais j'ai envie d'écrire sur les quatre ouds proposés actuellement dans la collection maison Christian Dior Parfums, et je commencerais par Purple Oud car il me parle et pour cause. 

Ceux qui ont eu l'opportunité de découvrir Ma Garrigue qui était commercialisé chez Jovoy au tout début du lancement de mes créations verront peut-être de quoi je veux parler, car je trouve la trame de Purple Oud assez proche. Puis, en créant Ma Garrigue, j'avais fait des essais avec les notes fumées et cuirées comme le bouleau et le cade afin de le rendre plus intense, mais je ne suis jamais allé au bout de la démarche car Ma Garrigue n'a pas rencontré son public. Retrouver une trame similaire chez une grande marque comme Dior, travaillée qui plus est avec des notes de oud et de cuir me surprend, me fait plaisir et bien sûr, ne pouvait que resonner en moi et me plaire, comme si la boucle était bouclée. En portant Purple Oud, il se dévoile comme une sorte d'aboutissement de ce qu'aurait été un Ma Garrigue plus fini, plus pro, plus "parfum". Je ne saurais donc que vous conseiller d'aller le découvrir. 

Au premier abord, il peut surprendre par son coté sombre, et c'est en le portant que je me suis aperçu de sa ressemblance avec Ma Garrigue, et que cette trame lui apportait beaucoup de lumière et de sillage. Entre pierre chaudes, terre ocre, aromates comme le thym, sable, note de cyprès, ligne jasminée et orangée, le voyage s'accompagne de manière presque logique et cohérente des notes fumées du oud et du bouleau. Une bien jolie création, bien balancée à mon sens, mais comment pourrais-je penser le contraire ? 

A bientôt pout le prochain article sur un autre de la bande des 4...suspens ! 

Illustration : soleil pourpre trouvé sur internet et maison Christian Dior Parfums.