dimanche 11 septembre 2022

Bois Dormant - Celine 2022 : au pays du parfum calme !

Promis depuis 2019, Bois Dormant s'est fait attendre, peut-être parce qu'il fallait positionner la marque avec des parfums distinctifs avant de sortir ce 11e Opus, discret, mais si élégant. 

Après la lavande, à l'honneur dans Rimbaud, c'est ici le cèdre qui est mis en avant. Un beau cèdre sec, bien comme on l'aime, dont les facettes sont à peine tirées vers des inflexions de cumin, de muscade, qui viennent juste renforcer sa présence. La lavande s'invite mais en arrière plan, comme pour constituer une sorte de fil conducteur avec Rimbaud, mais surtout pour faire un pont olfactif entre les notes de tête que sont la bergamote et une toute petite pointe de limette il me semble. La baie de genièvre, dont je dis à chaque fois qu'elle "sent la peau", apporte un petit crépitement car le directeur artistique Hedi Slimane souhaitait que la texture du parfum évoque le craquement d'un disque vinyl à peine pressé. C'est un vétiver plutôt lumineux qui prend le relai à ce moment, pour continuer cette vibration, comme on prolonge une note. On imagine alors le soleil qui ondule a travers les arbres de ce bois dormant. Autre point commun avec la gamme, la trame irisée poudrée, ici très discrète, mais là aussi pour évoquer le coté classique d'une belle flanelle anglaise vintage par exemple. Une note végétale (Velvione ??) apporte un coté sève, parfait pour ce bois dormant, et très cohérente ici. Cette matière, dont l'odeur est proche de la fleur de sureau a l'avantage d'encapsuler le reste pour donner de la rondeur et de la douceur à l'ensemble, un peu comme un suc en cuisine. Alors, la vanille et une note un peu cuirée (peut-être une pointe de narcisse ou d'angélique et d'amande) peuvent s'y agripper pour achever de séduire. C'est plutôt réussi et les notes se parlent entre elles naturellement, tout en cohérence, sans rupture olfactive.

Inspiration parisienne dans un esprit asiatique et zen, épuré et mat pour ce Bois Dormant qui murmure plus qu'il ne hurle, et qui saura apporter confort et signature à celui ou celle qui l'adoptera. Pour moi, c'est plus qu'un coup de coeur, ce sera un partenaire.

Bienvenu au pays du parfum calme ! 

Illustrations : Hongie, Les parfums Celine. 

jeudi 8 septembre 2022

L'Eau Noire - Maison de parfums Christian Dior 2022 : welcome black !

On craignait peut-être une reformulation pas terrible. La couleur au rendu plus naturel de cette nouvelle Eau Noire née sous la nouvelle ère Francis Kurkdjian vous laisse dubitatif ? N'ayez crainte, tout va bien. Je trouve même que cette version est un peu plus souple, un tout petit peu moins percutante que l'originale, mais c'est très personnel, et cela ne nuit en rien à ses qualités propres. 

La lavande développe ses notes aromatiques et camphrées en couple avec l'immortelle et ses aspects réglissés, sableux, qui rappellent également le moka ou bien le sirop d'érable. Ce couple fonctionne ici à merveille et est toujours fidèle 20 ans après. Pour l'habiller on devine du thym, de la sauge, peut-être un peu de romarin légèrement abricoté et qui apporte un peu de piquant, et du poivre, pour son coté chaleureux. Ce que l'on aime également dans l'Eau Noire, c'est une trame irisée, fidèle aux trois eaux relancées cette année, elle rappelle le talc. Ici, elle se fait plus discrète que dans La Cologne Blanche ou Bois d'Argent, mais elle fait bien partie de l'édifice, que dis-je, de l'oeuvre. Une toute petite touche vanillée-miellée commune à la gamme également, apporte une pointe de douceur et permet à cette eau de se fondre avec l'épiderme.  

On aime retrouver ce parfum à la texture qui m'évoque le sable et un brin de lavande noir, et le trait droit et tranché du style Hédi Slimane. ll reflète à merveille la collaboration Dior-Hédi Slimane-Francis Kurkdjian. 

On lui dit donc "Welcome Black" ! On espère juste qu'elle restera disponible plus longtemps dans un format plus accessible que le 250ml. C'est promis pour bientôt en tout cas, en 40ml ou 125ml ! 

Illustrations : Hédi Slimane, Dior parfums

lundi 8 août 2022

Soie Malaquais - Dries Van Noten 2022 : soie pour soi.

Je m'attendais à être surpris par cette collection, mais ni la note trop propre, voir shampoinesque de Fleur du Mal (pourtant créé par Quentin Bisch que j'aime bien d'habitude), ni les notes de fond typiquement Givaudan (déjà vues, revues, et re-revues) de Rock The Myrrh qui me plaisait pourtant bien sur touche, ni le trop acétique Patchouli Cannabis, ni les autres n'auront réussi à me convaincre. Déformation professionnelle ou peut-être trop d'attente d'originalité par rapport au story-telling, toujours est-il que le seul qui a réussi à me séduire, c'est Soie Malaquais

Sans dire qu'il part de quelque chose d'ex nihilo car on retrouve un peu de sa forme dans Gucci Gorgious Gardenia ou dans un Something About Sofia de Bénéfit des années 2010, c'est celui que je trouve original dans la gamme.  La note de marron n'est pas vraiment perceptible, mais elle participe à cette sensation de glace vanille fraise faite pour évoluer sur peau que me laisse ce parfum. Rose, fleurs blanches et fraise, peut-être un peu de framboise, en tout cas une sensation de fruits rouges crémeux et fleuris se détache. On y sent un peu de cardamome dans un effet "lait concentré sucré" qui se développe, accompagné d'une note de thé noir fumé qui se trame bien avec le reste. C'est assez mixte, car impossible de le sexuer facilement, il se fait très doux et fondant sur la peau. 

Je note également que son flacon et les pochons que l'on peut choisir sont assez jolis. Les parfums sont disponibles à la boutique du Quai Malaquais et au Bon Marché. Deux kits d'échantillons très pratiques et pas très chers permettent de les découvrir. 

Illustrations : parfums Dries Van Noten, Patrick Demarchelier. 

dimanche 31 juillet 2022

Gris Charnel - BDK 2019 : bois de peau.


On ne le dira jamais assez, mais la cohérence d'un parfum tient aussi bien au nom qu'au flacon et à ce qu'il contient. Gris Charnel porte bien son nom, et le jus contenu dans le flacon, légèrement coloré en gris, est parfaitement en accord avec l'odeur du parfum. 

Parfum de peau, charnel, c'est en effet ce que l'on ressent dès les premières notes. Le parfum ne s'envole pas sur des notes fraîches et vives, non, il est tout de suite assez sourd et chaud. La cardamome mêle ses facettes citronées légèrement camphrées à celles d'un cèdre et d'un santal qui se lisent tout de suite et constituent la trame de ce parfum. Comme ce sont des bois chauds, il ne s'envolent pas, mais développent une sensation très tactile, très "chair", et pour le coup, donne cette sensation d'une couleur grise qui se pose sur la peau. Une fois posé, on devine des notes irisées de feuille de violette et très rapidement la douceur de la fève tonka et de la vanille apparaissent, mais jamais de manière violente, dans un lien de notes qui s'harmonisent naturellement. Un patchouli clair apporte une belle finition a cet accord bien maitrisé. 

Hélas, à un moment, je remarque juste un petit passage aromatique qui me fait penser à ce que l'on trouve assez souvent parmi les parfums masculins mainstream, mais ce n'est pas forcement gênant, et surtout, c'est assez fondu car la vanille et la fève tonka atténuent cet effet de manière efficace. 

Un beau parfum, qui m'a séduit pas sa cohérence, déjà bien fait en eau de parfum, et qui dévoilera toute sa richesse de "bois de peau" en extrait. 

Illustrations : BDK parfums, Herb Ritts. 

dimanche 8 mai 2022

Blushing Sands - Estée Lauder 2021 : autant en emporte le vétiver !

 


Amateurs de vétiver, vous allez être contents : Blushing Sands, c'est un peu comme si la racine était emportée par un vent de sable chaud, vous le serez sans doute également.  

Les premières notes sont aériennes et salicylées, comme le souffle d'un vent de sable que l'on imagine très bien vu le nom ; la sensation est agréable, légère et très fluide. Le vétiver arrive ensuite tout en douceur, sans les notes réglissées qu'il peut avoir parfois, en gardant ses facettes fumées mais en parfaite transparence, comme s'il avait été allégé. Il est appuyé par la baie rose, elle aussi montante et scintillante. On y devine quelques touches de rose et de notes fuitées mais juste ce qu'il faut pour qu'on ne les remarque pas trop. Un tout petit peu de santal ou de dérivés de bois blancs appuient le fond sur les notes chaudes et vaporeuses d'un ambre léger. 

Boisé de la tête au fond, ce sable rougissant porte parfaitement son nom tant la texture est en adéquation avec. Ce qui trouble, c'est la texture de ce vétiver très souple, dont le sillage discret reste tout en finesse et élégance. Un bien belle alternative à Sycomore, à découvrir, malgré la distribution très confidentielle de cette collection.

Illustration : Estée Lauder parfums.    

dimanche 1 mai 2022

Horace pour Homme : du simple et du bon, comme une sieste sous un figuier !

Horace s'est fait une réputation de simplicité, de ne jamais trop en faire pour se concentrer sur l'essentiel. Pour le parfum, c'est sans doute la même philosophie qui s'est imposée. De belles matières, une composition originale mais pas compliquée à comprendre, une distribution exclusive et ciblée garantissant une marge suffisante tout en contenant le prix. Du bon sens, et du bon goût. 

Axé autour d'un accord de figue et de cèdre, le parfums dévoile des notes citronnées faisant penser un peu au limoncello ou à une tarte au citron meringuée, puis ensuite, le cèdre et la figue jouent de concert dans une logique olfactive harmonieuse et douce, tout en délicatesse. Peut-être un peu de vétiver pour piquer le tout et prolonger la sensation boisée tout en finesse, puis dans le fond, les notes de noix de coco et du santal pour que sur peau, cela soit évident, clair, lisible. 

Une signature jamais envahissante, loin du too-much. Horace est une belle création qui mérite largement de trouver son public. 

Illustrations : figuier et Horace, le parfum. 


samedi 23 avril 2022

Narguilé tout : l'accord narguilé qui fait du chemin.

Cela fait maintenant presque 20 ans qu'Hermes a lancé Ambre Narguilé, un accord d'ambre, de miel et d'épices, parfois agrémenté de pomme et de tabac blond qui s'inspire des bars à chicha et de la fumée des narguilés au combien reconnaissable. La tendance se poursuit avec Spice Bomb, qui met aussi cet accord à l'honneur, en ajoutant un peu de sucre et de notes acidulées. 

Cette année, deux nouveautés remettent cet accord au gout du jour : le premier, c'est Nektar de Laboratorio Olfativo, dans une interprétation douce et ambrée, faite de vanille et de miel. Ce Nektar, sur peau, se fait très caressant, évolue tout en finesse sans envahir, dans des volutes de tabac blond. Les amateurs d'ambres vanillées devraient être conquis. 

L'autre nouveauté, plus grand public, est One Million Elixir. Plus supportable car peut-être un peu moins violent que le sillage de One Million dans ses dérivé précédents, il met à l'honneur une signature narguilé assez marquée, visiblement directement sortie d'une chicha. Je ne trouve pas que le davana revendiqué soit très présent, ni la pomme d'ailleurs, mais l'ensemble est très cohérent et se marie bien avec la trame tubéreuse-cuir de One Million

Avant de conclure cet article, j'aimerais revenir sur un parfum passé quasiment inaperçu mais qui propose aussi ce thème à un prix tout doux. Malt Cuiré de Daniel Hechter se hisse largement à la hauteur des parfums cités plus haut, alors, si vous aimez, foncez ! 


Illustrations : Laboratorio Olfativo, Paco Rabane, Daniel Hechter. 

lundi 28 mars 2022

Cédrat Céruse - l'Artisan Parfumeur 2022 : muguet bucolique.


Fidèle depuis des années à l'Artisan Parfumeur, je n'ai pas caché ma déception sur la collection l'Orient, dont le rapport qualité / créativité / prix me semblait déplacé. Aujourd'hui, je suis heureux de pouvoir me réconcilier avec ce que j'aime chez cette marque : l'audace, la créativité et de belles créations. 

Malgré ce que revendique la marque, l'utilisation de notes légumineuses dans les parfums n'est pas si nouvelle, Balenciaga s'y est essayé il y a quelques années et d'autres créations comme Piment Brulant par exemple, utilisaient déjà les notes végétales créées par Symrise. Ce qui est nouveau ici, c'est qu'elles sont au centre du propos, et sont issues d'accords recréés directement à partir des légumes évoqués. Pour Cédrat Céruse, il s'agit du fenouil. Attention, n'allez pas vous imaginer que c'est la note centrale du parfum : elle sert plutôt à créer un effet, qui donne de l'appui et une couleur originale au parfum. Je dirais ainsi que Cédrat Céruse s'apparente plutôt à un joli muguet bucolique, ourlé de facettes acidulées grâce au citron et au cédrat, anisée grâce au fenouil et à l'aldéhyde anisique (remarqué dans Après l'Ondée), vertes grâce au galbanum ici épuré de ses facettes trop terreuses, et à la feuille de coriandre dont le montant accompagne à merveille la fraîcheur revendiquée. Oui, c'est un beau parfum vert, aérien, frais, lumineux, qui évolue vers une douceur apportée par une belle matière aux notes de muguet aqueux et quelques muscs blancs parfaitement associées et choisis par Quentin Birch. 

Une invitation au potager et à la fraîcheur qu'il est bon de retrouver chez l'Artisan. Hélas, les prix s'envolent, mais les parfums gardent de beaux sillages et une belle tenue.  

Vétiver Ecarlate est un vétiver pamplemousse plutôt sympa, très équilibré, proche de certaines Cologne Hermes mais en plus tenace, plus boisé et qui reste acidulé grâce à la feuille de tomate et à la rhubarbe. 

Tonka Blanc est une belle création vanillée, onctueuse et douce, dans laquelle un extrait naturel de choux fleur, riche et facetté apporte une belle complémentarité olfactive à la fève tonka, au jasmin et aux agrumes.  

Iris de Gris est une sorte de mix entre N°19, Iris Silver Mist et Iris Gris. Il se fait plus terreux, plus sec, mais son sillage remarquable, une verdeur bienvenue et un fond de muscs doux et de violette qui peut aussi faire penser à Infusion d'Iris vont lui permettre, à coup sûr, de ne pas décevoir les amateurs du genre.  

Enfin, le plus original et celui qui me laisse un peu plus perplexe, c'est Musc Amarante. Un dosage inhabituel de notes évoquant l'ambre gris ou la peau mouillée qui me rappelle Peau d'Ailleurs de Philippe Starck, qui utilise la betterave de manière assez évidente sur un lit de muscs pouvant s'apparenter à Mûre et Musc, se laisse glisser sur un accord de violette poudrée qui finalement surprend de classicisme après ce départ tonitruant ; original mais déroutant ! 

Illustrations : l'Artisan Parfumeur. 

jeudi 3 mars 2022

Legend Red - Montblanc 2022 : red dingue !

Le rouge est une couleur impactante, symbole d'énergie et de puissance, et c'est une couleur qui attire le regard. Comment ne pas saluer l'intelligence d'avoir choisi cette couleur emblématique de la marque Montblanc pour fêter les 10 ans du parfum Legend, dans une nouvelle interprétation olfactive ? Identité forte, packaging et flaconnage que l'on remarque, il serait dommage de passer à coté, d'autant que le lancement de ce parfum s'accompagne d'une communication ciblée et pointue, avec notamment une mise en parallèle avec tout un univers créatif dans le dernier The Good Life Magazine, et avant même de parler du parfum, reconnaissions que le flacon fait envie. 

Venons en maintenant à ce qui nous intéresse : qu'est-ce qui est nouveau dans ce flacon tout de rouge vêtu ? Je me souviens avoir assisté au lancement du tout premier Legend, alors qu'Olfactorum était encore jeune. C'était une soirée dans un bel endroit parisien, et la présence du sympathique Olivier Pescheux me motivait à vouloir créer à mon tour un jour, car à cette date, j'apprenais encore. Je me souviens de la toute première impression : Legend est une fougère assez classique, mais j'aimais bien l'envolée marquée par le citron vert, quelques aldéhydes, et sa texture un peu "givrée" qui laissait sur peau quelque chose de familier et de confortable. Dans cette nouvelle interprétation "Red", la structure est la même, mais la tête laisse place à l'orange sanguine, moins piquante et plus douce que le citron vert, au pamplemousse aux facettes boisées, fruitées et souffrées. On reconnait ensuite la trame de Legend, cet accord de sauge appuyée, de lavande fraîche et de bois blancs, de notes propres un peu lessivielles sans excès et qui ne cèdent pas aux bois ambrés trop puissants voire étouffants. Ici, ils se font doux, caressants et duveteux, tout en gardant cette aspect givré que j'aime bien. Le mariage sauge genièvre apporte un coté "peau d'homme", et s'accentue d'une toute petite pointe de cumin à peine perceptible, mais qui saura rencontrer la peau de manière naturelle. Enfin, par rapport à l'original, Legend Red se pare de notes plus ambrées, plus vanillées, avec un aspect bonbon au caramel que je trouve particulièrement bien dosé et surtout, très actuel. 

Pour un lancement grand public, il se pose relativement calmement sur peau, sans en faire des tonnes. Le parfum "fait le job" comme on dit, et, à en croire quelques retours, il semblerait qu'il fonctionne très bien en parfumerie. Pour ses 10 premiers printemps, souhaitons un bel anniversaire à Legend et bravo à Interparfums pour ce lancement Legend Red intelligent et réussi ! Oui, j'aime le rouge, vous en doutiez ? 

Illustrations : photo personnelle autour du rouge et Montblanc (Interparfums). 


mardi 8 février 2022

Yes I Am Delicious - Cacharel 2022 : mi-choco.


Qui a dit que la créativité avait disparue depuis que la gourmandise a envahi les rayons de nos parfumeries préférées ? Moi ? Non !

La preuve avec cette délicieuse nouveauté signée Cacharel, qui traite le cacao en pirouette, et c'est quasiment une première pour un grand public. Jusqu'à maintenant, quand le chocolat était revendiqué dans un parfum, il n'était pas si évident au nez. Là, on ose ! Dès la tête, c'est un cacao amer qui vient chatouiller les narines, poussé par une touche de citron car figurez vous que ces deux là s'harmonisent parfaitement. Le duo glisse ensuite sur l'accord typique de Yes I Am qui suit la gamme, à savoir un jasmin gourmand teinté de vanille douce et de fruits rouges, mais qui ne sont à mon sens jamais excessifs en sucre. Pirouette oblige, on retrouve le cacao, mais cette fois-ci sous une forme plus douce en notes de fond, avec la vanille bien sûr !  

Je n'ai pas jugé utile de remonter une autre illustration pour ce parfum, tellement celle-ci est évidente. Comme quoi, il ne faut préjuger de rien. 

Vous avez dit chocolat ? Tient tient, il se pourrait bien qu'on en reparle cette année, et je sais de quoi je parle , hé hé hé ! 

Illustrations : Cacharel. 

mardi 1 février 2022

Angel - Thierry Mugler 1992 : hommage pour ses 30 ans et à des créations inspirées !


Ironie du sors, Angel fête cette année ces 30 ans, au moment ou son inspirateur disparait brutalement. 

Quel parfum ce Angel ! Je me souviendrais toujours de sa découverte, en 1992, alors que je faisais souvent des balades à Paris : un soir, autour du cimetière de Montmartre, une élégante parisienne dans le style d'Ines de la Fressange marche devant moi. Dans son sillage, un explosion de senteurs que je trouve magnétique. 

Avec le recul, je sais que c'était de la pomme, du fruit de la passion, du caramel et du patchouli tous réunis dans un sillage incroyable et jamais senti, un sillage cosmique ! Elle devait le porter en extrait tellement il ressortait sans lourdeur, sans le coté épais qui se dévoile sur certaines peaux. Ce souvenir reste gravé, et il est complété par un défilé de mannequins aux allures d'extra-terrestres aux Galeries Lafayette cette même année, tellement la marque avait mis les moyens de ses ambitions pour lancer ce parfum devenu iconique. 

Thierry Mugler reste une marque emblématique, qui a toujours été proche des blogueurs que je suis et m'a fait vivre des aventures extra ordinaires, que ce soit pour former et expliquer la création lors d'ateliers, pour raconter l'histoire et l'originalité de la marque ou pour nous faire assister à des événements comme le lancements d'Aura, où une jungle était reconstituée en 3D, ou celui de la gamme des Colognes, ou nous étions invité à vivre un aventure immersive dans les pièces d'un hôtel proche de Gare du Nord, soirée à l'esprit ludique, léger et surtout, sans à priori, cho cho cho ! Le lancement de Womanity, sur une péniche proche de la Tour Eifel, où le caviar, revendiqué dans la formule, faisait partie de chaque mignardise et ou j'ai pu rencontrer pour la première fois Juliette et Sophie et commencer l'aventure passionnée des "tik-tokeurs" de l'époque que nous étions.  

La marque se distinguait également par ses expériences parfums en série limitées, où les jus étaient macérées dans des fûts de copaux de bois ou de cuir pour créer des effets novateurs et surprenants sur ses parfums emblématiques, séries limitées devenues collectors. 

Je garde également en mémoire les échanges avec Pierre A et Sandrine G, la sympathie et la passion de Constance de R et de Valérie P, qui avec Véra S ont su donner l'élan à Angel, en y croyant de toute leurs tripes. 

Maintenant que la marque ne fait plus partie du groupe Clarins, elle entre plus ou moins dans le moule, mais je remercie et rend hommage à son créateur, qui a désormais rejoins les anges, pour nous avoir inspiré, fait rêver, et pour avoir apporté à la parfumerie toute une histoire qui dure et perdure depuis 30ans. Angel, A Man, Alien, Cologne Mugler, Alien Man, Womanity, Aura restent des parfums signés, aux sillages tonitruants et singuliers, et toujours à la pointe de l'innovation, grâce à des accords exclusifs avec les grands fabricants de matières premières et de créations.   

Je vais aller jusqu'au bout et être très sincère : j'ai rêvé secrètement de travailler pour la marque, autour d'une tubéreuse gourmande et suave, habillée de café, de cacao, et bien sûr de cuir, une des matière préférée du créateur, dans un sillage scintillant, animal et solaire à la fois. Défi technique certes, chalenge pas facile à réaliser  mais qui montre que la marque a des valeurs et une identité qui inspire, ce qui tend à se perdre de nos jours ! 

RIP Thierry ! 


Illustrations : Thierry Mugler et image du cosmos. 


dimanche 23 janvier 2022

Drakkar Intense - Guy Laroche 2022 : relight my fire !

Rallumer le feu d'un parfum légendaire qui a connu son apogée dans les années 80 n'est pas une chose facile, mais parfois, les vents sont favorables et la mode reprend des codes du passé, alors pourquoi ne pas retenter de raviver les cendres ? Le vintage étant une tendance de fond dans nos sociétés de surconsommation,  pourquoi ne pas reprendre quelques codes qui ont bien fonctionné en leur ajoutant une touche plus contemporaine ? Un enjeu légitime donc, mais dont le résultat n'est pas toujours très heureux. 

Là par contre, on se retrouve face à une nouveauté franchement intéressante : Drakkar Intense reprend la trame fougère, sauge lavande qui a fait le succès de Drakkar Noir, mais il a le bon goût d'être composé avec une sélection de matières choisies avec soin pour ne pas tomber dans le facile, ni la redondance. Moins "savon" que l'original, le twist est ici apporté par ce que l'on pourrait appeler des bois liquoreux, tellement ce parfum est chaleureux, rond et séduisant. Il garde bien entendu un coté un peu vintage, j'y retrouve entre autre des traits de Giorgio Beverly Hills for Men Special Reserve, mais cela lui donne une singularité bienvenue dans un marché pas toujours très lisible entre des nouveautés qui se suivent et se ressemblent. La sauge est bien marquée à mon sens, la vanille et le patchouli se marient vraiment très bien, les citrus sont maitrisés, la lavande et une note qui fait penser au rhum apportent une touche intemporelle et liquoreuse à souhait. Le flacon joue sur des tonaliltés orangées très cohérentes avec ce parfum, dont l'évolution sur peau mérite vraiment un test in vivo ! 

Drakkar Intense est la première belle nouveauté grand public et abordable de 2022 ! Un bon moyen de rallumer le feu de l'enthousiasme : "relight my fire" comme dirait la chanson, on en a bien besoin !   

Illustrations : image de vins liquoreux et Guy Laroche parfums. 

lundi 17 janvier 2022

N°5 - Chanel 1921 : le centenaire inégalé.

 

Je ne savais pas trop comment commencer l'année, et je me suis dis que rendre hommage a un parfum mythique juste après son centenaire n'était peut-être pas une mauvaise idée pour marquer le coup, d'autant que je ne l'ai jamais évoqué. 

Son succès n'est plus à prouver, mais il s'étiole un peu avec le temps. N°5 vient tout juste de fêter ses 100ans, et j'avais donc envie de lui rendre hommage. Comme beaucoup de choses, notamment en mobilier et en architecture, la période Art Déco a laissé dans l'histoire un style, qui inspire encore aujourd'hui. Certes, les matériaux ont évolué, et l'on ne ferait plus exactement la même chose de nos jours, mais dans les grandes lignes, beaucoup de maisons, de bâtiments et de mobiliers gardent dans leur gênes une inspiration très ancrée dans ces années folles. C'est aussi le cas du N°5, qui, si l'on s'y attarde un peu, ne vieillit que dans notre perception, mais pas vraiment dans sa forme. 

Premier parfum a oser une forme abstraite de bouquet floral grâce a l'utilisation maitrisée des aldéhydes, la qualité de la rose de Mai, du jasmin, de la leur d'oranger, de l'iris et des notes chaudes légèrement vanillées est telle qu'en eau de parfum et en extrait surtout, il demeure une référence. Je suis toujours frappé par son excellence, qui est aussi due au fait que Chanel maitrise sa fabrication, ses fournisseurs et donc sa qualité. Quand on se rend à Grasse, l'odeur de la rose Centifolia se fait présente, on retrouve cette trame de rose fine tout au long du N°5. Les aldéhydes crééent comme un effet d'écho, qui permet aux matières mentionnées plus haut de se développer doucement dans un équilibre parfait. 

Dommage que certains l'associent à l'image d'une vieille dame, car s'il est bien porté, il n'a pas vraiment cette connotation et saura révéler sa vraie beauté. Pour celles (et ceux) qui n'oseraient pas, Chanel a créé deux déclinaisons : l'une, un peu plus verte, plus poudrée et peut être plus scintillante, avec N°5 Eau Première, et la seconde, plus actuelle, déclinée autour de la lavande fraîche, de l'osmanthus et d'une boule de muscs blancs, avec N°5 l'Eau. Ces deux là sont également très bien construits. 

N°5 reste pour moi une référence, une oeuvre comme il en existe peu, et qui traverse le temps d'un port altier, fier, comme celle qui a su voir en lui un avenir. 


Chanel lui rend hommage à travers un superbe coffret de deux livres illustrés qui percent un peu de ses mystères en mots et en images. Longue vie à ce monument inégalé et bonne année 2022 à tous !  

Illustrations : Chanel et création personnelle.