jeudi 28 août 2014

Shalimar souffle de parfum - Guerlain 2014 : dans le souffle d'un instant ?

Et si Shalimar, dans un souffle, nous emportait dans un monde très Guerlain, mais qui n'est pas exactement là où on l'attend ?

Après le relatif échec commercial, mais pas olfactif de Shalimar Initial, il semble que cette nouvelle déclinaison du nom Shalimar tente un repositionnement pour conquérir là où l'autre à échoué. La marque revendique clairement que Shalimar souffle de parfum ne reprend pas exactement ce que les habituées connaissent, et si cela peut certes dérouter, le parfum, lui, s'avère bien construit et intéressant mais nous emporte dans univers ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre.

Plus minimaliste que les autres Shalimar, moins oriental, c'est du coté des travaux déjà proposés par Thierry Wasser et de l'Instant pour Homme notamment que Shalimar souffle de parfum va chercher son empreinte : une signature boisée, verte, inédite dans l'univers Shalimar mais pas inconnue chez Guerlain vient jouer avec les notes ambrées, florales et cuirées de l'original, qui laissent pourtant entrevoir, par le traitement de la composition et dans son harmonie, une filiation bien marquée avec la référence. Cette signature, toute droit sortie de la Cologne 68, de Habit Rouge Sport, de Guerlain Homme Intense et de l'Instant pour Homme, qui joue également avec les notes amandées et croquantes, apporte un peu de modernité et fait connecter ce nouvel opus avec les références actuelles de la marque.
 
Ainsi, il ne faut pas s'attendre à voir dans ce nouveau bébé ne serait ce qu'un air de Shalimar, mais plutôt une évocation en sourdine de ce parfum emblématique, aussi légère que le souffle d'un voile et qui apporte un sceau bien Guerlain, mais pas forcement "Shalimaresque" !

L'ensemble est harmonieux, signé, mais a plutôt sa place dans ce que la marque fixe comme nouveaux critères que dans ses références historiques. Curieusement, il se serait appelé L'Instant pour Homme Eau Verte par exemple qu'il aurait été tout aussi cohérent ! Les amatrices, et pourquoi pas aussi les amateurs (car pour le coup je vois parfaitement un homme le porter) de ce nouveau style Guerlain y trouveront leur compte, dans une vision actuelle, les autres, les inconditionnels du "vrai" Shalimar, eux, risquent d'être déçus. Au moins, chacun pourra y trouver son compte !
Illustrations : Guerlain, Rolf Amstrong.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

J'aime beaucoup ce nouveau parfum. Si on peut en regretter le nom (pourquoi l'affilier à Shalimar alors qu'il est si différent?), je n'en aime pas moins l'évolution, la douceur.
Qu'il serait beau sur un homme, ce Souffle...
Les critiques de certains sites sont loin d'être élogieuses. Ce n'est pas le genre de parfum que l'on conseille chez Séphora... Et pourtant. On devrait bien. Ce petit bijou gagne à être connu, merci Méchant Loup pour cette critique pleine de poésie et très juste!

Méchant Loup / Thierry a dit…

Il est surprenant pour moi d'adopter si rapidement un parfum dit féminin mais là pour le coup, ce souffle réussit là où l'Homme Idéal ne m'a pas touché !

Anonyme a dit…

Le lien avec l'Instant pour Homme est ce qui m'a le plus sauté au nez mais L'Instant senti en bord de mer chargé d'un souffle iodé et salin ! Cela aurait pu faire un bien belle Aqua Allegoria
L'exploitation du nom Shalimar est désolante et ne sert pas forcément le contenu; ce qui est dommage car cela risque de faire un flop comme l'Initial qui lui aussi était plutôt réussi dans son genre
allez, s'il est discontinué en maintsream il ressortira en exclusif 2 ou 3 fois plus cher

Méchant Loup / Thierry a dit…

Pourquoi faire des liens là où il n'y en a pas quand même la marque revendique ne pas avoir voulu faire une filiation ? Pour cela, et pour aprécier simplement le joli flacon bleu, le packaging très tendre, et le parfum plutôt réussi, il faut un peu de légèreté !
C'est un exercice difficile de nos jours, mais se détacher, parfois, fait du bien !
Ne m'en voulez donc pas, mais moi, j'en ai besoin, et j'aime autant celui là que l'Initial avant lui, tout "faux" Shalimar qu'ils soient !