dimanche 25 novembre 2018

Retrouver nous sur l'Olfaplay par Guerlain !

Il y a quelques mois, Guerlain m'a demandé ainsi qu'à beaucoup de passionnés anonymes, de professionnels, de journalistes, de parfumeurs, d'experts, de partager un ou plusieurs souvenirs autour du parfum, pour un projet secret jusqu'à son lancement, qui est désormais chose faite, et l'application s'appelle Olfaplay. 

Connectez vous en la téléchargeant via le lien suivant et retrouver ces histoires, riches, émouvantes, joyeuses, passionnées, parfois tristes, mais qui on toutes un point commun : le souvenir olfactif. 


Mes histoires :

Le Déclic sur cet instant mémorable qui a déclenché l'envie de devenir créateur de parfums 
Un sillage en hivers, moment magique alors que je n'aime pas le froid
Jardin de paradis, un de mes plus beau souvenir olfactif 

Bonne écoute ! 

Illustration et lien : Guerlain, Mai-Linh. 

dimanche 18 novembre 2018

A douceur d'hommes.

Fin d'année, premiers frimas, l'envie de se blottir se fait sentir. Douceur, chaleur, réconfort deviennent les maître-mots. Ceux-ci n'étant pas uniquement synonymes de parfumerie féminine, voici une sélection de trois parfums pour hommes qui illustrent le propos. 


 L'Homme Idéal Eau de Parfum
Celui-ci serait un peu la synthèse de quelque chose entre l'Homme Idéal Eau de Toilette, très patchouli mais bien dans son temps par ses notes de lavande moderne, de vanille, de cuir et de bois ambrés, et Cuir Belluga, une vanille cuirée douce et enveloppante, très Guerlain. Très attachant quand il fait froid, il réconforte, apaise, calme. 



Azzaro Amber Fever

Un accord ambré qui fait oublier l'original, où la vanille se montre en majesté, complétée de ce qu'il faut pour être actuel, bois ambrés bien balancés sur ce coup et citron fumé. Ce qui marque cependant, c'est la fièvre d'un labdanum bien présent en note de fond et qui vibre longtemps sur peau. Un caractère nouveau, une vanille appétissante pour un parfum plutôt bien construit. 





Mercedes Benz Select Night : 
Partant de l'accord original de Select, à savoir une belle harmonie de bois "verts" et de fruits noirs comme la mûre et la prune, la déclinaison "Night" arrondit les angles pour le rendre plus langoureux, moins pétillant, grâce à un accord gourmand meringué qui me rappelle Equinox Bloom de Penhaligon's. Assez sensuel et plutôt doux, sorte de Le Mâle aux fruits rouges, il garde ce coté fruité, cuiré et muscs blancs pour jouer avec la peau de manière très séduisante. A découvrir. 

Trois parfums à découvrir ou à redécouvrir, à douceur d'hommes ! 

Illustrations : Photos James Dean, Guerlain, Azzaro, Mercedes Benz. 

samedi 27 octobre 2018

Cuir de Lancôme - Lancôme 2006 : sucre de peau.


Après avoir fait un salon fin Septembre où il s'agissait d'expliquer et de faire sentir le lien que pouvaient avoir le cuir et le parfum,  j'ai été surpris de constater que la perception de l'odeur du cuir était très différente d'une personne à l'autre, certaines trouvant que Cuir Extrême sentait plus le cuir que Cuir des Sables, alors que pour d'autres, c'était l'inverse. Il en est de même pour les parfumeurs, qui, au gré de leurs envies, ont travaillé des cuirs tantôt bruts et sauvages, tantôt plus doux. Généralement, ces derniers sont accompagnés d'accords floraux pour les rendre plus légers. Ainsi, par cheminement et un peu par hasard, je me suis intéressé à ce Cuir de Lancôme méconnu, mais pas inintéressant.


Cuir de Lancôme surprend, car c'est un des rares cuir que l'on pourrait qualifier de "gourmand". Les notes sucrées, certainement devenues chères à Lancôme depuis des années maintenant, apportent ici quelque chose d'à la fois étrange et de complémentaire au cuir, comme si l'on avait saupoudré un beau cuir fin et rose pâle par le sucre glace d'une belle guimauve de pâtissier. L'harmonie est plutôt bien maîtrisée et surtout, fait corps avec la peau. Le coeur floral bien présent atténue le trop plein de sucre, et ce qui me marque, c'est qu'il semble "danser" sur peau, comme une boule à facettes qui tournerait pour dévoiler parfois le sucre, parfois les fleurs blanches, parfois le cuir, profond et chaud. Cuir de Lancôme s'illustre par la photo ci-dessus, comme si une peau claire, douce et poudrée s'allongeait dans l'herbe sauvage.  

Précurseur de Narciso par sa forme et pour ces notes gourmandes de guimauve, Cuir de Lancôme trouverait parfaitement sa place aujourd'hui parmi Mandarine Corse de l'Artisan, Contre Moi de Vuitton, Dries van Noten de Frédéric Malle et Narciso de Narciso Rodriguez par exemple, et ce, douze années après son lancement. 

Illustrations : Emma Summerton, Lancôme. 

mercredi 22 août 2018

Cuir des Sables chez Givaudan ?

Que penser de cela, quand vous apprenez en tant que créateur qu'un de vos parfums, nommé Cuir des Sables est acheté par une grande maison de création de parfums telle que Givaudan ?

Que vont-ils en faire ? Le garder pour le comparer, le présenter dans des cours ou s'en inspirer pour en faire un futur succès mondial au sein d'une grande marque comme Tom Ford, Yves Saint Laurent, Nina Ricci ou Paco Rabanne ?

Bien entendu, je ne saurai probablement jamais le pourquoi du comment, mais c'est assez flatteur je dois dire, d'autant que retravaillé pour être plus "facile" et moins cher sur quelques essais que je garde jalousement sur mon petit labo, il se prêterait sans doute assez bien au jeu du grand public !

A moins que Givaudan n'ait envie de m'intégrer dans ses équipes après découverte de mon travail ? Non, là, je fantasme !

Alors, si un jour vous êtes plus curieux que moi et sentez une trame de Cuir des Sables quelque part, faites le moi savoir, je n'en serai que plus heureux.

Coco Chanel ne disait elle pas : "Pour moi, la copie, c'est le succès. Il n'y a pas de succès sans copie ou sans imitation. Ça n'existe pas."

Aléa Jacta Est !

Illustration : image du désert, Thierry Blondeau Parfums.
 

jeudi 9 août 2018

Quels coups de coeur cette année ?

Bonjour à tous, l'actualité est riche, mais il est parfois difficile de s'y retrouver parmi tous ces lancements. Ainsi, pour ma part, peu de parfums ont suscité un coup de cœur cette année, mais il y en a quand même quelques uns, dont ces neufs cités ici: lesquels ?




Gucci Bloom acqua di Fiori : un parfum vert et croquant, donnant l'impression d'un jardin sauvage, où une cascade coule à flot. Beau concept et packaging hyper cohérent, qui fait dans la finesse et le bon coup, tout en apportant un peu de fraîcheur bienvenue.



Orage de Louis Vuitton : certes la marque n'a pas trop besoin qu'on lui fasse de la pub. Pourtant, Orage se démarque et se révèle très agréable au quotidien, particulièrement par temps pluvieux.



L'Immensité de Louis Vuitton : au premier nez, il m'avait déçu tellement il fait One Million. En réalité, au porté, il est plus proche de Allure Homme Sport Concentré et dévoile une rondeur sableuse et ambrée qui le rend addictif surtout le soir, et pas si "fort" qu'on pourrait le penser. 



Mont de Narcisse de l'Artisan Parfumeur : du cuir et des fleurs sauvages, un accord marqué avec du caractère, une formule légèrement retravaillée du Narcisse d'Auvergne sorti il y a quelques années maintenant, mais toujours aussi profond et attachant.



Balade Sauvage de Dior : j'aime la figue en parfum. Celle-ci conjugue le fuit et le sucre de manière parfaite, la fraîcheur juteuse du fruit et les notes douces et rondes d'un gâteau tout chaud.



Fleur de Peau de Diptyque : bel iris lové dans un accord très "Soupline Grand Air". Il sent le linge propre, le talc, la peau, mais l'iris soutient la noblesse de l'ensemble.


Tempo de Diptyque : patchouli de caractère qui dévoile une pointe de tabac blond dans son évolution et a le mérite de ne pas sombrer dans les bois ambrés, pour battre le tempo sur un autre rythme que la tendance.



Paris Deauville de Chanel : un chypre vif, élégant, à la fois chaud et pétillant. Sa signature fait très Chanel.



Alien Man de Mugler : un masculin bien fait, facetté de cuir, de jasmin qui fait écho à Alien, et de note vertes. Original, bien fait et qui ne tombe pas dans le cliché de tous les masculins du moment. Ouf !

Illustrations : Gucci, Louis Vuitton, L'Artisan Parfumeur, Diptyque.  

vendredi 27 juillet 2018

In the Wood for Love - Roos & Roos : d'humeur d'amour !

Quel joli nom pour un parfum, qui fait écho au film de Wong Kar-Wai In the Mood for Love et à la forêt, mais aussi au temps apaisé, a la lenteur, au calme. Bel endroit n'est-ce pas pour laisser flâner d'une humeur amoureuse ?  


C'est sans doute avec cette mélancolie que Fabrice Pellegrin a concocté ce parfum original. Pour ma part, j'ai toujours eu à l'idée de travailler une tubéreuse franche, froide, presque rêche mais attachante et charmeuse. C'est un peu comme cela que je perçois ce parfum. Tubéreuse piquante, jasmin envoûtant très légèrement savonneux, fleurs blanches exotiques chères à la marque, notes terreuses, mais aussi bois et notes amandées font que l'on y revient, par instinct.  Il évoque des facettes d'un certain Beautiful Day de Castelbajac, en plus vert, plus pointu. L'iris, bien présent, fait le lien avec la nature et la terre tout en lui apportant une élégance remarquable. On se laisse promener à des souvenirs d'enfance, de draps propres, de linge qui sèche au soleil, de lin, de lumière tamisée, et de nature pure. 

Est-il vintage ou avant-gardiste ? La question reste en suspend, mais c'est là tout son charme. Ce parfum agit comme un doudou, on a envie de se blottir contre lui, de le sentir sans relâche, l'un contre l'autre. Un des propos de la marque Roos & Roos (anciennement Dear Rose) est de mettre un parfum sur une humeur, un sentiment. In the Wood for Love vous emporte dans une forêt imaginaire paisible, tranquille, d'une humeur amoureuse, et c'est parfaitement réussi.    


Remarquez le graphisme imprimé sur le flacon, qui rappelle les colombes présentes sur le toit de la Philharmonie de Paris que j'aperçois de mon balcon (coucou, je suis sur la photo, au milieu Lol) Venez y flâner sur la terrasse en admirant un point de vue extraordinaire sur Paris, et c'est gratuit !

Illustrations : Roos & Roos, Fond d'écran

vendredi 13 juillet 2018

Terre d'Hermes Eau Intense Vétiver : il y a du vétiver dans l'ère !

En l'espace de 10 ans, Terre d'Hermes s'est imposé comme une référence. Succès incontestable de l'histoire de la parfumerie, ce parfum est une sorte de condensé du génie, de l'intuition et du talent du parfumeur qui l'a créé. Puisant sa structure dans les parfums méditerranéens des années 80, JC Ellena porte la note vers le siècle nouveau en travaillant une facette minérale, boisée et ambrée d'un parfait équilibre. 

En adoptant la même démarche de partir de grands classiques masculins pour réinterpréter l'exercice de Terre en 2018 Christine Nagel  porte son choix sur le Vétiver, note prisée en parfumerie masculine. La structure boisée cèdre-cuir-ambre de Terre est conservée, mais un vétiver sombre et dense vient l'appuyer, lui donnant une profondeur encore inconnue. Plus que le minéral, c'est atour du végétal que Christine choisit de travailler, avec des notes évoquant les feuilles et la sève qui collent parfaitement au vétiver, et lui apportent de la modernité. Quelques bois ambrés s'invitent à l'appel pour inscrire le parfum dans son temps, mais ils savent se tenir un sourdine et accompagnent bien le cèdre et soulignent les facettes boisées du parfum.  


Terre Eau Intense Vétiver évite l'écueil d'un vétiver trop classique et aromatique pour porter le même équilibre fraîcheur/chaleur que Terre dans un registre du XXIe siècle. Un beau vétiver, qui s'inscrit avec élégance dans son ère en somme !

Terre Eau Intense Vétiver sort en septembre 2018. 

Illustrations : Hermes.  Bernt Lynch.