lundi 23 mars 2015

Filles de figuier.

Et oui, les toutes premières interprétations de figuiers en parfumerie sont apparues il y a déjà une vingtaine d'années. Parmi ces premiers éléments, deux se distinguent nettement et ont acquis une notoriété auprès du public, d'une part, parce que leur odeur est des plus agréable, mais aussi parce qu'ils sont très figuratifs : le premier, Premier Figuier de l'Artisan Parfumeur, s'applique surtout a recréer la sensation d'herbe fraîche sous l'arbre en lui même, tandis que le second, Philosykos de Diptyque, s'entoure de foin coupé comme dans un souffle d'air qui brasserait les feuilles de l'arbre.

Si l'on excepte celle de Heeley, qui joue les trouble fête entre les deux, de nos jours, la figue a pris des rondeurs et se voit différemment. Si les premiers tournaient autour de l'arbre, la seconde génération suit le mouvement en se concentrant plutôt sur le fruit, pulpeux et généreux. Ainsi, Fico di Amalfi enroule t il la figue dans un cocon de pêche jaune et juteuse, de muscs ronds et doux, dans un ensemble floral duveteux et lumineux à la fois. La même lumière se remarque dans Caligna, digne "petite fille" de Premier Figuier, la même générosité du fruit aussi, mais avec une note plus aromatique de sauge et de foin. La sève, le jus du fruit et la paille autour des figuiers ont fait leur entrée. 

Le troisième ouvre peut être une nouvelle voie, entre les grand public qu'étaient Paul Smith London pour Homme et Marc Jacobs Men, et quelque chose de plus conceptuel, car il revendique l'idée de la feuille. L'odeur est plus brute, plus acre, presque terreuse mais très réussie autour de cette idée du Figuier Ardent qui lui donne son nom chez Atelier Cologne.

La figue a t-elle dit son dernier mot ? Peut être pas, car à sentir la bougie Datte de Iunx, il y a sans doute là encore une ouverture qui se trame. A bon entendeur, ces filles auront aussi une descendance à n'en pas douter.
Illustrations : Figues par M.P. Cazeau, Aqua di Parma, l'Artisan Parfumeur, Atelier Cologne. 

samedi 14 mars 2015

Le Jardin de Monsieur Li - Hermès 2015 : ocre zen.

Après la méditerranée, le Nil, les toits de Paris et l'Inde, le dernier voyage d'Hermès nous emporte du coté de la Chine, dans un jardin imaginaire empli de zénitude : celui de Monsieur Li. Comme le travail avec l'artiste Li Xin est revendiqué, j'ai bien envie de lire ce parfum en faisant le lien entre l'aspect coloriel de l'univers développé, et l'aspect olfactif, car le dégradé est pertinent.

Jaune orangé : dès les premières notes, le kumquat, un petit citron jaune orangé, dévoile ses notes vives et piquantes, légèrement amères qui seraient une sorte de mix entre la bergamote, le pamplemousse et la mandarine. Il dynamise l'envolée. 

Vert duveteux : le jasmin "sampaquita", un jasmin légèrement sucré et débarrassé de ces facettes acétiques et animales, déploie ensuite sa douceur abricotée et s'enroule dans le fondu de vert foncé d'un accord croquant de prune et d'ionones, que je trouve assez proche de ce qui fait l'intérêt de j'Adore. Ici, il rejoint également pour moi le coeur "peau d'abricot" de A Scent, sans avoir le mordant vert de ce dernier.  Les jardins d'Asie n'auraient-ils pas ce point commun ?

Gris pastel : ce vert foncé décline ensuite tout en douceur sur un dégradé de gris, une sorte de boule de muscs propres et modernes travaillée autour des notes de pierres mouillées de l'ambrinol et du cashmeran.  L'évocation de la pluie sur les pierres, ainsi que la moiteur d'un jardin après la pluie n'en ai que plus réaliste. C'est à ce moment que le parfum se densifie, car cet accord gris lui donne de la générosité, une rondeur "laineuse", qui, comme Cuir d'Ange, rompt avec les créations minimalistes auquelles Jean Claude Ellena nous avait habitué ces derniers temps.

Ocre poudreux : au bout de quelques heures, et c'est techniquement assez surprenant je dois dire, cette densité se défait pour devenir poudreuse, comme si les molécules se détachaient du corps du parfum pour à nouveau se réveiller sur peau sur quelque chose de plus dispersé dont les notes olfactives et la structure se rapprocheraient de Vanille Galante et Dries Van Noten. Oui, il y a sans doute un peu d'une fleur de lotus vanillée dans ce jardin zen ! 

Un dégradé d'ocre zen que je contemple avec le sourire, car Le Jardin de Mr Li me fait tout simplement un effet physique ; avec un peu de recul sur l'olfactif pur et le ressenti immédiat que j'en avais, j'admire le dégradé de couleurs et olfactif, je suis surpris par sa structure à la fois dense et poudreuse, et je me sens bien, calme et optimiste. J'aime le porter en "Friday Wear" pour bien finir la semaine. 

Illustrations : dégradés d'Ocre et Michèle Reynier, site : ici , Hermès. 
Lien vers le site sur le travail de collaboration Hermes / Li Xin : ici.


jeudi 12 mars 2015

Ils sont en boutique !


Un article rapide pour vous informer que mes quatre parfum, Alea Jacta Est, Cuir Extrême, Jessy's Rose, Narcisse Emoi sont en boutique : 

A Rouen, au 35 rue Damiette, à la Maison de Parfums depuis début Février, où vous reconnaitrez aussi ceux d'Anatole.

A Paris, au 4 rue de Castiglione chez Jovoy depuis ce matin.


Je tiens à les remercier pour leur accueil et sur le fait qu'ils sont moteurs et m'encouragent pour ce qui est un début, parfois maladroit, mais riche en rencontres et découvertes ! 

Illustrations : 
En haut : à Rouen
En bas : à Paris.

samedi 7 mars 2015

Colony - Jean Patou réédition 2015 : je suis Colony.

Depuis très longtemps, je rêvais de le découvrir. La forme de son flacon originel, une sorte d'ananas stylisée, sa couleur d'un jaune doré et profond présageaient un beau parfum. Lors des premières rééditions travaillées par Jean Kerléo dans les années 90, je n'étais à vrai dire pas assez impliqué dans le parfum pour aller le découvrir. Ainsi, Colony est un parfum que j'ai longtemps fantasmé, jusqu'à la semaine dernière, alors que Thomas Fontaine présentait son re-travail à partir des formules d'origine de Vacances, de Colony et de l'Heure Attendue. Autant le dire tout de suite, ces trois là sont de petites merveilles, mais celui qui retiendra immédiatement mon attention et fait exploser mes sens, c'est Colony.
  
"Tu te souviens Rousseau, du paysage aztèque,
Des forêts où poussaient la mangue et l’ananas
Des singes répandant tous le sang des pastèques
Et du blond empereur qu’on fusilla là-bas.
Les tableaux que tu peins, tu les vis au Mexique"
Apollinaire - Ode à Rousseau, 1908

Voici donc résumé en quelques mots ce qu'est pour moi Colony

Je suis Charlie :  le temps des colonies est une période dont on est assez peu fiers, mais je ne veux pas y voir que l'aspect négatif, car c'est aussi, pour nous peuple de chercheurs découvreurs curieux, une période d'ouverture sur de nouveaux horizons, de nouvelles matières (bois, épices), de nouveaux fruits (mangues, ananas, bananes), et des cultures différentes que nous accueillons avec bienveillance, tolérance et ouverture d'esprit. 

Je suis la fête : la fête des années d'arrivée du jazz, du charleston, des pubs où l'on s'amuse, ou l'on boit et fume, où la femme s'émancipe. Le temps où Joséphine Baker secoue des bananes autour de sa taille au son d'une musique entrainante. Colony, c'est une sorte de ti-punch bien garni, qui aiderait à se détendre et à s'amuser.

Je suis Art Déco : parfum Art Déco par excellence, l'épaisseur de ses contours et la richesse de sa texture, la qualité de ses matières me fait penser aux moquettes épaisses et aux bois précieux des lourds meubles vernis des année 30. Colony sent le teck, l'orme, le bois ciré et vernis.

Je suis le voyage : il porte en lui le regard du parfumeur Henri Alméras sur l'abondance nouvelle d'un monde qui s'ouvre, commence à dialoguer et à s'enrichir des apports de nouveaux continents. Les épices (cannelle, girofle), les fleurs précieuses (jasmin, rose), les fruits gorgés de soleil (ananas, bergamote), les bois nobles (vétiver, patchouli, santal), l'ambres et le cuir, toutes les facettes d'une belle oeuvre sont réunies. Colony, c'est contempler un tableau du Douanier Rousseau et se projeter au temps où ces paysages étaient nouveaux, à la fois luxuriants et intrigants car encore inconnus.

Je suis Colony : comment pouvait-il en être autrement, avec moi, Méchant Loup, admirateur depuis mon plus jeune âge de Miss Dior, l'original ? Par sa structure ananas, rose-jasmin, vétiver sur un accord chypré, Colony est indéniablement précurseur de ce merveilleux parfum riche et facetté, mais le cuir et les épices le densifient (sur ma peau en tout cas) et le masculinisent. Je l'avais fantasmé, la réalité est tout aussi belle, et largement à la hauteur de mes attentes. 

Depuis une semaine, je suis Colony.  

Avec Vacances, véritable invitation à flâner dans une allée couverte de lilas, l'Heure Attendue, choc frontal entre les notes aldéhydées de N°5 et de l'ambre vanillé de Shalimar, et ce merveilleux Colony, l'année 2015 Jean Patou est un très bon cru. 

Illustrations : Henri Rousseau, Jean Patou.  

dimanche 1 mars 2015

Devin - Aramis 1977 : forest hunt.

Par un beau dimanche matin, il peut vous prendre des envies de chasse, de balades en forêt ou de sorties avec votre 4x4 préféré. Vous préparez votre tenue adaptée au matin calme. Le vent, la terre, les arbres vous appellent. 

Mais comment faire quand vous êtes citadin, que vous n'avez pas de 4x4, et que la forêt est au moins à une heure de chez vous ? Une solution : quelques pschitts de Devin et vous voilà en partie comblé. Ses notes de pins, d'aromates et de mousse vous transportent. Vous voilà en route pour une chasse à cour, vous n'avez qu'une envie, enfiler les bottes et le Barbour et vous évader. 

Il se dit que les parfums Aramis sont les pendants masculins des lignes d'Estée Lauder, car ils appartiennent au même groupe. Pourquoi pas car en effet, certaines filiations semblent se lire en comparant les deux marques. Devin, lui, me fait un peu penser à Youth Dew, par ses notes épicées d'oeillet, de pin et de lavande sur un lit de labdanum, de cuir et de mousse de chêne bien accentuées. La cannelle soutient le développement du parfum, qui évolue en douceur sur un fond légèrement animal qui fait écho au gibier que l'on peut avoir envie de chasser lors d'une telle échappée. Il se pourrait bien qu'il contienne aussi du thym, d'une fraîcheur aromatique qui pimente la sauce. Devin est alors addictif, il se fond à la peau et aux vêtements dans l'évocation parfaite d'une forêt luxuriante et généreuse. 

Un indispensable petit bijou d'équilibre, une sorte de "Mouchoir de Monsieur des bois", que l'on trouve à prix cassé sur un site comme allbeauty.com, alors pourquoi se priver ? Aller ! Je pars en chasse en ce dimanche printanier ; "Edward's waiting for me for a forest hunt with the Land Rover. Should you Devin what I'm Wearing " ?

Illustrations : mention sur l'image, Aramis.


samedi 21 février 2015

Narcisse Emoi - Thierry Blondeau 2015 : du soleil et de la terre.



Imaginez : une clairière de fleurs de Narcisse, baignée de lumière. Le vent souffle et les fleurs délivrent leur parfum vert, légèrement amer et cuiré doux. 

L'absolu narcisse étant pour moi une des plus belle matière de la palette du parfumeur, il fallait que je la travaille. Son odeur, proche du foin, est pourtant éloignée de celle d'une fleur. Riche, complexe et facettée, elle captive, déroute, résiste et ne s'apprivoise pas facilement. Pas évident alors d'imaginer ce que pourrait sentir cette clairière de fleurs de Narcisse ? 

Gorgée de soleil et de lumière, nourrie d'herbe, de bois et de la terre où elle puise ses racines, elle s'enroule autour d'une orchidée blanche, à la fois lumineuse et douce, appuyée d'un soupçon de miel et d'amande. Elle cache en elle cette animalité qui fait que, malgré les apparences, elle a du caractère. L'abolue de gentiane vient souligner le trait d'amertume. La fleur devient alors pétillante, poudrée et solaire à la fois, pour se faire noble, unique pour susciter l'émoi.



Famille olfactive : floral cuiré


Notes : Pamplemousse, Accord Orchidée Blanche


Coeur : Absolue de Gentiane, Accord Miel, Bois de Cèdre


Fond : Absolue de Narcisse d'Auvergne, Styrax

Illustrations : Clairière de fleurs de Narcisse, Thierry Blondeau, Orchidée sélectionnée par Nicolas Guichard. 

mercredi 18 février 2015

Jessy's Rose - Thierry Blondeau 2015 : promenade dans la roseraie de Bagatelle.


Multiple, la rose est capable de dévoiler plusieurs facettes. C'est une fleur fascinante, et ma fleur préférée. 

D'abord crée pour une amie, Jessy's Rose tire de cette inspiration une lumière pétillante, vive et juteuse comme une belle pêche jaune, et s'acompagne des notes solaires et framboisées d'une belle pivoine. Aussi vivante qu'une belle rose de jardin, veloutée comme la pivoine, très légèrement cuirée comme certaines variétés, à la fois piquante et douce, Jessy's Rose se lie d'amitié avec votre peau, naturellement, sans bruit. Elle se love et s'anoblit de patchouli, de santal et des muscs les plus rares. 

Vive, sensuelle, douce, il se pourrait qu'elle ne vous quitte plus ! Une rose, inspirée d'une promenade dans la roseraie du jardin de Bagatelle, quand les plus belles roses fleurissent, en Juin.



Famille olfactive : soliflore rose chyprée


Notes : Bergamote, Petitgrain Bigaradier, Pêche Jaune


Coeur : Absolue de Rose Turque, Pivoine, Géranium


Fond : Styrax, Bois de Santal, Muscs Blancs, Patchouli

Illustration : Thierry Blondeau, sur un bouquet créé par Nicolas Guichard, Rosa Luna, 24 boulevard Raspail 75007 Paris.