samedi 21 février 2015

Narcisse Emoi - Thierry Blondeau 2015 : du soleil et de la terre.



Imaginez : une clairière de fleurs de Narcisse, baignée de lumière. Le vent souffle et les fleurs délivrent leur parfum vert, légèrement amer et cuiré doux. 

L'absolu narcisse étant pour moi une des plus belle matière de la palette du parfumeur, il fallait que je la travaille. Son odeur, proche du foin, est pourtant éloignée de celle d'une fleur. Riche, complexe et facettée, elle captive, déroute, résiste et ne s'apprivoise pas facilement. Pas évident alors d'imaginer ce que pourrait sentir cette clairière de fleurs de Narcisse ? 

Gorgée de soleil et de lumière, nourrie d'herbe, de bois et de la terre où elle puise ses racines, elle s'enroule autour d'une orchidée blanche, à la fois lumineuse et douce, appuyée d'un soupçon de miel et d'amande. Elle cache en elle cette animalité qui fait que, malgré les apparences, elle a du caractère. L'abolue de gentiane vient souligner le trait d'amertume. La fleur devient alors pétillante, poudrée et solaire à la fois, pour se faire noble, unique pour susciter l'émoi.



Famille olfactive : floral cuiré


Notes : Pamplemousse, Accord Orchidée Blanche


Coeur : Absolue de Gentiane, Accord Miel, Bois de Cèdre


Fond : Absolue de Narcisse d'Auvergne, Styrax

Illustrations : Clairière de fleurs de Narcisse, Thierry Blondeau, Orchidée sélectionnée par Nicolas Guichard. 

mercredi 18 février 2015

Jessy's Rose - Thierry Blondeau 2015 : promenade dans la roseraie de Bagatelle.


Multiple, la rose est capable de dévoiler plusieurs facettes. C'est une fleur fascinante, et ma fleur préférée. 

D'abord crée pour une amie, Jessy's Rose tire de cette inspiration une lumière pétillante, vive et juteuse comme une belle pêche jaune, et s'acompagne des notes solaires et framboisées d'une belle pivoine. Aussi vivante qu'une belle rose de jardin, veloutée comme la pivoine, très légèrement cuirée comme certaines variétés, à la fois piquante et douce, Jessy's Rose se lie d'amitié avec votre peau, naturellement, sans bruit. Elle se love et s'anoblit de patchouli, de santal et des muscs les plus rares. 

Vive, sensuelle, douce, il se pourrait qu'elle ne vous quitte plus ! Une rose, inspirée d'une promenade dans la roseraie du jardin de Bagatelle, quand les plus belles roses fleurissent, en Juin.



Famille olfactive : soliflore rose chyprée


Notes : Bergamote, Petitgrain Bigaradier, Pêche Jaune


Coeur : Absolue de Rose Turque, Pivoine, Géranium


Fond : Styrax, Bois de Santal, Muscs Blancs, Patchouli

Illustration : Thierry Blondeau, sur un bouquet créé par Nicolas Guichard, Rosa Luna, 24 boulevard Raspail 75007 Paris. 

jeudi 12 février 2015

Cuir Extrème - Thierry Blondeau 2015 : cuir enflammé ?


Le cuir est une matière fantastique ! Ses qualités, sa texture, ses reflets, et sa capacité à vivre avec la peau sont impressionnantes. Le cuir, en parfum, est ma famille de prédilection, avec Cuir de Russie de Chanel bien sûr, mais aussi Bel Ami et Cuir d'Ange d'Hermes, Tuscan Leather de Tom Ford, Colonia Leather de Aqua di Parma et le très méconnu Cerruti Image Woman. Mais c'est aussi la fumée dont j'adore l'odeur. Elle m'évoque un feu qui crépite, l'hiver, le goudron qui protégeait les bottes des soldats russes ou les plus belles peaux d'Italie pour les protéger. Enfin au goût, le thé Lapsang Souchong, certains poissons fins. 

Pour en faire un parfum, il fallait qu'il soit souple, comme une peau d'Espagne, pour mieux se fondre à la peau. Il s'enrichit alors de notes de rose et d'agrumes pour mieux se déployer, respirer, s'illuminer et vivre plus intensément. L'encens et le poivre le structurent. 

Fumé, crépitant et vivant, lumineux aussi, c'est un cuir sans compromis pour autant, un Cuir Extrême.


Famille olfactive : cuir floral



Tête : Bergamote, Poivre Noir



Coeur : Absolue de Rose, Encens, Accord Lapsang Souchong



Fond : Bois de cade, Bois de bouleau, Patchouli

Illustrations : Rituel chamanique autour d'un feu, Thierry Blondeau 

mardi 10 février 2015

Alea Jacta Est - Thierry Blondeau 2015 : le sort en décidera !

"Aléa Jacta Est", le sort en est jeté, est la locution qu'aurait prononcée par Jules César avant de franchir le Rubicon, comme s'il s'aventurait sur un terrain dont il ne connait pas encore le destin. J'adore cette devise et elle résonne comme un écho au premier parfum, par lequel tout commence, sans vraiment savoir où l'on va !

Construit autour de l'idée d'une fleur qui mord, Aléa Jacta Est surprend dès les premières notes aldéhydées, qui piquent et intriguent. Puis, j'ai voulu faire comme si la fleur vous capturait et vous enlaçait pour vous apprivoiser, comme si le paysage de la forêt mystérieuse où elle se trouve vous enveloppait. Vous ne lui pouvez plus lui échapper ! Cette forêt vous tient, par cette fleur fougueuse, chaleureuse et addictive comme une gourmandise qui fond sur la peau. Et vous, comment la trouverez vous ?

Famille olfactive : floral boisé

Tète :  Aldéhydes, Ylang Ylang

Coeur : Tubéreuse, Bois de Cèdre

Fond : Bois de Gaïac, Patchouli, Accord Chocolat Noir

Aléa Jacta Est est déjà disponible en Eau de Parfum vapo de 50ml à la Maison de Parfums, 35 rue Damiette à Rouen, et sans doute, fin Février, chez Jovoy à Paris.

Illustrations : Forêt de Brocéliande, Thierry Blondeau.



dimanche 8 février 2015

Mes premiers parfums, première image.

Je n'en dis pas plus aujourd'hui car je détaillerai chacun d'entre eux au fur et à mesure, mais voici une toute première image de la gamme, les noms et les flacons se dévoilent. 

Suis déjà touché par les commentaires sur Facebook et BT, et encore merci pour cela ! Comme le dit Frédéric Sacone, c'est un long chemin, et c'est émouvant de les voir vivre leur vie en boutique et de savoir que chacun de ces parfums peut trouver une peau.

Ils sont d'ors et déjà disponibles à la Maison de Parfums, 35 rue Damiette à Rouen, ville très jolie et attachante. Je remercie vivement l'enthousiasme de Cécile et Charles. Ils seront peut être sur Paris et à Lyon très bientôt, mais je n'en sais pas plus à ce jour. A suivre...

PS : je n'ai pas encore pu préparer beaucoup d'échantillons mais quelques uns sont disponibles sur demande. 

Illustration : Thierry Blondeau. 

samedi 17 janvier 2015

Vous prendrez bien un peu de thé ?

Les parfums où le thé s'est laissé infuser sont légion, et c'est ainsi, un peu sur un coup de tête, en me préparant un thé vert au jasmin, que j'ai eu envie de faire un petit panorama rapide de ce qui existe. Pas fan du tout de la déferlante de thé parfumés plus ou moins réussis, je ne rechigne pas, dans un parfum, à retrouver cette belle note, qui aujourd'hui, retrouve un élan. 

Bien sûr, quand on parle de parfum au thé, il s'agit d'accord qui évoquent le thé, car celui-ci n'est pas une matière première à part entière. Un des avantage de la note thé, c'est qu'elle est parfaitement unisexe. 
Le plus emblématique est le célèbre Eau parfumée au Thé Vert de Bulgari, créée il y a maintenant plus de vingt ans par Jean Claude Ellena. C'est devenu un archétype, très largement suivi par Elisabeth Arden avec Green Tea, l'Occitane, Roger et Gallet, Fragonard, qui proposent des interprétations plutôt simples, mais pas désagréables et surtout, très faciles à porter sans se poser de question. Bulgari s'est ensuite lancé dans le thé blanc, enroulé de muscs blancs et de notes farineuses, le thé rouge, le fameux Rooibos, agrémenté d'épices et de notes vanillées et lactées, mais toujours avec finesse et élégance. 

C'est surtout chez l'Artisan Parfumeur que le thé montre différentes facettes. Toujours à la page pour proposer de beaux accords signés, on y trouve plusieurs sortes de thé, allant de la vision du thé vert propre à la marque, avec Thé pour un Eté, très floral, jasminé et légèrement poudré de notes irisées. Tea for Two, lui, s'envole dans les effluves de thé noir fumé parfaitement réaliste, appuyé par une belle bergamote Earl Grey. La Chasse aux Papillons, qui ne revendique pourtant aucune note de thé, s'avère être, au porté, un très beau thé au jasmin d'une naturalité surprenante. Coeur de Vétiver Sacré est également construit sur un accord de thé noir fruité, abricoté, soutenu par le vétiver. Magnifique mais mal aimé. 
 
 Aujourd'hui, By Kilian propose une vision du thé vert matcha, pure et très réaliste dans Impérial Tea, et Lanvin, avec Lanvin Me, nous emporte sur un thé très inspiré par le fameux Marco Polo de Mariage Frères, fruité, croquant et juteux. Lady Gaga n'est pas en reste, avec son Eau de Gaga, un thé vert contemporain, simple, légèrement poudré et surtout pas débile.

J'en ai sans doute oublié, mais voici ceux qui me viennent en tête spontanément. Et vous, en ce début d'année, par un après midi plutôt pas mal, quel thé aimeriez vous porter ?

Illustrations : Thé, Bulgari, l'Artisan Parfumeur, By Kilian.

samedi 27 décembre 2014

2014 sous mon nez.

Et oui, elle se termine, déjà, elle qui est passée si vite ! Le moins que l'on puisse dire, c'est que 2014, en parfums, n'est finalement pas un trop mauvais cru, qui l'eut cru ? Et pour cause ! Je note cette année qu'une famille revient à grand pas pour notre plus grand plaisir, celle des Cuirs. L'année aura aussi été marquée par quelques travaux intéressants autour du oud, mais aussi par l'apparition de nouvelles textures jusque là inconnues.

Parmi les Cuirs, j'ai particulièrement remarqué la douceur de Cuir d'Ange, petite merveille aux ailes légères loin des tanneries et des notes goudronneuses que l'on retrouve particulièrement bien mises en valeur par un contraste fruité saisissant dans Colonia Leather d'Aqua di Parma, avec ses notes de Cologne, de fumée, de foin, de fleurs et de framboise. Plus classique mais néanmoins très équilibré, Cuir Cannage de Dior enroule un accord classique de cuir de Russie dans les épices, les bois doux avec une évolution sur peau des plus chaleureuse. Merveilleux cuir également chez Nim New York, avec Dahab et ses notes de cuir sableux, ambré, épicé et fumé juste ce qu'il faut, comme si le vent du désert soufflait sur les peaux les plus souples. Une splendeur malheureusement pas très accessible. 

Quelques vétivers originaux sont également apparus. Bel Ami Vétiver, qui garde la trame du parfum éponyme en la faisant partir sur un accord de vétiver et de noisette. Un coup de jeune très contenu et pertinent, sans dénaturer Bel Ami. Grey Vétiver chez Tom Ford s'enrichit d'agrumes d'une fraîcheur vivifiante et particulièrement dynamique dans la version Eau de Toilette, atténuant ainsi quelques notes boisées viriles un peu trop appuyées "à l'américaine" dans l'Eau de Parfum.

De petits chefs d'oeuvre en "mainstream" ont déployé leurs ailes : La Panthère, magnifique traitement actuel de notes chyprées et animales, comme si les fauves, aujourd'hui, criaient encore leur sensualité à fleur de peau mais sans faire de mal. Narciso, qui arrivera en France en Février 2015, suit le même chemin, jouant entre une gourmandise subtile et une animalité contrôlée, mais attractive. Reveal m'a plu pour son mix original et déroutant entre les notes marines salées, un accord rhum-coco-marron glacé jamais senti, qui aurait pu être casse gueule, mais qui finalement se tient bien. Le masculin suit la même tendance d'ailleurs. Black XS Potion pour elle a également su retenir mon attention, car traiter l'accord classique et codé de la rose et du oud avec une pointe de gourmandise était audacieux mais ici, particulièrement texturé, original et bien fait. Dommage qu'il ne soit pas resté.
 
Chez Kilian, il semble qu'un virage se soit opéré, comme un retour vers la transgression et l'originalité des débuts, avec l'apparition de Smoke for the Soul particulièrement déroutant et fidèle à la note de cannabis, Sacred Wood qui envoie le santal et l'encens s'envoler tout en finesse et légèreté, et un Impérial Tea qui met en avant le thé vert matcha avec une fidélité aromatique encore jamais vue.
 
Enfin, deux coups de coeur personnels auront marqué 2014 : New York Intense, qui laisse béat par sa complexité et ses facettes époustouflantes d'iris, d'agrumes bien juteux et de bois particulièrement choisis, et Violette Sacrée du Pays de la fleur d'Oranger, qui me rassure sur l'originalité que l'on peut obtenir en traitant cette petite fleur innocente avec élégance. Complexes également, cuirés et irisés, ces deux là touchent les cordes sensibles de l'esthétique parfum et méritent à coup sûr un coup de nez. 

Je retiendrais également de cette année la sublime collection Opéra chez Histoires de Parfums, dont les parfums sont denses, facettés et texturés, mais qui hélas, se réservent à une élite fortunée, et Iris des Champs de Houbigant, très beau traitement aérien, poudrée, contemporain et envoutant de l'iris. 

Voilà donc résumée une vision bien exhaustive de l'année 2014, qui finalement, redonne espoir et le moral.
 
Bonne fêtes de fin d'année à tous et si vous souhaitez partager les parfums qui vous ont marqué cette année, n'hésitez pas ! D'ailleurs, que porterez vous le 31 ? Moi, je ne sais pas encore ...

Illustrations : Hermes, Min New York , By Kilian, Houbigant.