dimanche 8 décembre 2019

Tubéreuse Mystique - Bvlgari 2019 : vanille baroque.

Le baroque est un art que l'on aime ou pas, car il a tendance à faire beaucoup de chichi, de fioritures, d'ornementations, mais pourtant, il fait partie de notre culture et de notre patrimoine européen, et plus particulièrement en Italie. Qu'un joaillier italien s'inspire de ce style dans ses parfums, est-ce étonnant, car c'est bien ce qui semble avoir inspiré Tubéreuse Mystique ? 

Pour comprendre ce dernier né de la gamme Splendida tout d'un bleu profond vêtu, il faut peut-être avoir cela en tête, car ce n'est effectivement pas aux notes de tête de ce parfum qu'il faut s'arrêter, mais bien le faire vivre sur peau pour l'appréhender au mieux. Baroque s'il en est, la tête parait chargée, brouillon, avec une note de fruits rouges marquée de davana et de cassis, qui vont de paire certes, mais aussi d'une pointe de lie de vin qui à mon avis fait directement écho aux vins que l'on buvait dans la Rome antique. Quelques épices collent à la peau, puis la tubéreuse crémeuse et onctueuse se dévoile, à la fois ronde, charnelle et opulente. Le plus impressionnant se passe au bout de quelques minutes, car c'est un fond doux de vanille et de myrrhe qui apparaît, très attachant et construit, la fleur charnelle s'est posée. Le sillage devient gourmand, mais pas mièvre. 

Des fruits, une fleur envoûtante, de la gourmandise, de la luxure même, un cocktail détonnant, surprenant au premier abord, mais qui se vit à même la peau, au fil de la journée, dans la plus pure tradition baroque et italienne. 

Illustrations : Athos Burez , Bvlgari parfums. 

samedi 30 novembre 2019

Cuir Bleu, par The Alchemist & l'Artisan pour Thierry Blondeau : good layering !

Vous savez quoi ? Je ne suis pas particulièrement fan des ateliers qui vous proposent de créer votre parfums sur mesure, car à moins de mettre le prix du "vrai" sur mesure, les autres se contentent d'assembler des bases plus ou moins équilibrées, qui donnent des résultats souvent très aléatoires, et pas très stables, ni sur peau, ni en sillage, et souvent encore moins en couleur de jus. 

The Alchemist et l'Artisan Parfumeur proposent une approche plus "pro", plus structurée, et sans aller jusqu'à créer un parfum à proprement parler (ces propos n'engagent que moi), la solution qui consiste à accompagner votre parfum L'Artisan Parfumeur d'un layering (superposition de deux accords ou parfums) qui vous serait propre et rendrait votre sillage plus unique me séduit plutôt. J'ai donc joué le jeu, et à ma grande surprise, il est ressorti de l'exercice une construction cuirée-verte, que je n'arrive pas à qualifier de parfum, mais qui me correspond complètement, un peu comme une signature unique. Plus encore, elle fonctionne plutôt bien avec Thé pour un Eté, Méchant Loup ou Patchouli Patch par exemple, avec des parfums d'autres marques que je porte, mais aussi avec toutes mes créations, de Aléa Jacta Est, à Santal Colada en passant par Jessy's Rose, Cuir des Ables, Cuir Extrême et Narcisse Emoi (particulièrement excellent complément à ce dernier d'ailleurs). Ceci tend à prouver que ces accords sont bons, très bien structurés, et peuvent en effet devenir de vraies signatures.

Et ça ne s'arrête pas là ! Vous pouvez demander à découvrir et même à vous offrir cette construction nommée Cuir Bleu crée par The Alchemist et l'Artisan Parfumeur pour Thierry Blondeau, car elle est entrée dans leur base de données. La technologie à parfois du bon, et là, je reconnais que le coté pro de la chose à de quoi séduire, et mérite que l'on s'y intéresse, pour un budget somme toute raisonnable. De plus, utilisée en layering, l'alchimie qui en ressort se consumera moins vite qu'un parfum.      

Et vous, avez vous vous aussi tenté l'expérience du layering, ou celle de The Alchemist ? Je n'étais pas adepte de la chose, mais là, je reconnais, ça fonctionne bien. Votre avis m'intéresse. 

Cuir Bleu, à découvrir dans les corners et boutiques qui possèdent The Alchmist Atelier et excéllent complément, donnant une signature très professionnelle à mes parfums : Thierry Blondeau Parfums

Illustrations : Nick Knight, The Alchemist. 


lundi 25 novembre 2019

Audacious - Nars 2019 : l'objet noir.

Pas facile de partir de rien quand on est une marque de maquillage, et que l'on veut faire un parfum. Le premier choix serait de suivre la tendance et de proposer quelque chose de facile, qui teste bien, de mignon, quitte à en faire un one-shot. Le second choix, plus mature, est de rester fidèle à son esprit, à son image et à son éthique et de penser à long terme, en s'installant dans le temps, avec un produit mature. Pour Nars, le second choix s'est imposé. L'objet est pensé, pesé, minutieusement choisi jusque dans les détails comme la boite, la texture, le graphisme, l'épaisseur du flacon, la couleur et les reflets et bien sûr, ce qui se trouve à l'intérieur. 


Audacious ! S'il y en a un qui va bien "faire le buzz" cette année, celui-ci est parti pour. Pourquoi ? Ma réponse est simple, claire, limpide : parce qu'il est beau ! Tout est beau, l'objet, la vaporisation et bien entendu la fragrance. On y retrouve bien la patte d'Olivia Giacobetti autour de l'encens et du lys, qu'elle a déjà travaillée dans Passage d'Enfer, ou dans l'Ether. Cette blancheur épurée, cette finesse d'exécution. Puis, l'iris de toscane pointe son nez, par petites touches, rappelant ça et là Iris Pallida ou Hiris. Enfin, et c'est là que je le trouve magnifique, on y découvre un absolu tiaré accompagné d'un accord frangipanier qui se fond à merveille dans le décor et lui apporte de la lumière, comme un rayon de soleil et de vacances. A la fois végétal et "sableux", sa signature est calme. L'ensemble est duveteux, confortable, jamais trop puissant, parfaitement dosé. Les notes se parlent et résonnent entre elles sans que l'on sache vraiment laquelle apparaîtra dans la journée. Pour ma part, je ne peux m'empêcher de faire le lien avec Nu d'Yves Saint Laurent, qui était aussi construit autour du lys et de l'encens, mais pour les avoir comparés, Nu est plus criard, plus évident, Audacious, paradoxalement plus réservé ...et pourtant. 


L'objet noir, tant convoité, est une petite merveille ...c'est assez rare il me semble.  

Illustrations : art digital Noir 3D et Nars

mardi 19 novembre 2019

L'Heure Perdue, la XIe Heure - Cartier 2015 : Manifeste d'Alchimiste.

Le temps qui passe, titre parfait et illustration parlante signée Fabienne Deguine pour illustrer l'Heure Perdue, cette onzième heure de la collection Les Heures de Cartier. Le temps passe et la parfumerie actuelle, celle du XXIe siècle, continue de revendiquer des ingrédients "d'origine naturelle" pour justifier une parfumerie soit disant éthique, mais surtout commerciale, alors que telle que nous la connaissons, elle ne peut se passer de la chimie. Le public et trompé, car pardon, mais le pétrole, quelle est son origine ?

En 2012, Yves Saint Laurent lançait Manifesto, comme une promesse faite à la femme d'être libre et d'écrire sa vie comme elle l'entend, mais en restant surtout bien dans les codes. Un manifeste pas très convaincant au final et qui surtout, apporte quoi ? 


En 2015 Mathilde Laurent, elle, signe un vrai manifeste, important, qui crie haut et fort que sans synthèse, sans chimie, il n'y a pas de parfumerie. Sans cela, ça n'en est pas, c'est de la toutouille, du mensonge. Perdez votre temps, perdez vos heures à essayer de convaincre, vous tournerez en rond. Mathilde le crie, Cartier la soutient :"dans cette Heure Perdue, je me rends, j'accepte de tout perdre, et prends le risque, il n'y aura rien de naturel, que de la synthèse, et la chimie prendra, ou pas". 


Aux yeux de la plupart des amateurs de parfums, ça a plutôt bien fonctionné, cette Onzième Heure est devenue magique, mythique car il se passe vraiment quelques chose. Comme une bulle de confort, l'Heure Perdue vous enveloppe d'un halo de tendresse, de gourmandise craquante mais pas mièvre, de chaleur rassurante, de douceur apaisante. On nous parle de Vanilline, de Muscs Blancs de synthèse, de surdose de Sulfurol à la note soufrée et santalée très puissante, de Coumarine, d'Aldéhydes , sans doute d'un peu de Salicylates, d'Ambrox à la note ambrée surpuissante, de Muscenone, très douce et confortable. Vous ne savez pas ce que c'est mais est-ce bien important ? N'est-ce pas le résultat qui compte ?  Une création, une oeuvre s'admire, se regarde, se contemple et finalement se porte, ou non, comme un manifeste d'alchimiste. 

Merci à Christelle, qui le porte à merveille dans un sillage tout doux, de me l'avoir remise sous le nez, et de m'avoir donné l'envie d'en parler. Une redécouverte, pour le vrai bonheur du parfum et de la création. L'Heure Perdue valait bien une heure pour la partager avec vous non ?

Illustrations : Le temps qui passe de Fabienne Deguine et Cartier. Ces deux œuvres ne vont-elles pas bien ensemble ? 

vendredi 1 novembre 2019

Thierry Blondeau Parfums : nouveau look pour une nouvelle vie ?


La vie change, le temps passe et l'on évolue.

Il  y a maintenant presque cinq ans que je lançais mes cinq créations. Début 2017, elles connaissent une première évolution en étant toutes reformulées afin d'être plus équilibrées, plus stables, plus qualitatives et plus riches. 

Cette année, il me semblait nécessaires de faire quelques ajustements pour que les choses évoluent et soient plus proches de vous. Cela consiste en quoi ? 

Un nouveau site internet, sur lequel vous pouvez commander de partout.



Un nouveau flaconnage pour les six parfums proposés : un flacon scellé pour une meilleure vaporisation et une meilleure conservation dans le temps, une meilleure prise en main, un nouveau bouchon en bois pour un univers plus intime, plus chaleureux.

Un nouveau prix : afin d'être plus proche de vos attentes et de mes valeurs, il me semblait plus juste de revoir le prix à la baisse. Les formules et les concentrations ne changent pas, ce sont toujours des eaux de parfum en 50 ml, mais le prix passe de 105€ à 85€.


Une boutique sur Paris : Harold, au 32rue des blancs manteaux continue de soutenir la distribution des six créations dans leur nouvelle présentation. Le prix boutique est le même que sur le site.  

Je vous souhaite une belle découverte à tous, et si vous souhaitez nous faire part de vos impressions, n'hésitez pas à laisser un commentaire ici ou à nous faire un retour par mail à l'adresse indiquée sur le site.

Thierry Blondeau

Illustrations : Thierry Blondeau Parfums. 




dimanche 20 octobre 2019

Braderie parfums collection personnelle.

Bonjour à tous, comme il est de coutume depuis quelques années maintenant, j'organise une braderie parfums où je vends une partie de ma collection qui prend de la place, et parce que je change.

Je vous propose de vous accueillir métro Ourcq le Samedi 09 Novembre 2019 à partir de 12h pour cette première date, qui sera peut-être suivie d'une seconde début Décembre (sans certitude).

Les détails du lieu et l'adresse seront communiqués sur demande à l'adresse olfactorum@gmail.com ou en message privé sur mon profil Facebook.

Au programme, quelques jolies pièces, le stock qui reste des anciens flacons de mes cinq premières créations bradé, de tous petits prix sur des parfums divers (grands publics, essais, petits formats, parfums peu connus).

Pour des raisons pratiques, je ne peux communiquer la liste précise et les prix de tout ce qui sera en vente.

Contactez nous si vous souhaitez passer !

Thierry : olfactorum@gmail.com 
Facebook : Thierry Blondeau ou Thierry Blondeau Parfums 

samedi 5 octobre 2019

Ambre Redoutable - Mugler 2019 : Shalimar vu par Koons ?

Revisiter les classiques, c'est un peu la philosophie de Mugler dans la collection des exceptions. Revisiter l'art et proposer un nouvel angle, de nouvelles formes, des nouveaux reflets, de nouvelles techniques, c'est la démarche de Jeff Koons. 

Ambre Redoutable, c'est un peu de cela, mais en parfum : prenez un accord classique, revisitez le et vous obtenez quelque chose de surprenant, qui casse les codes tout en les perpétuant de manière intelligente. 


Ici, la bergamote, la lavande et le patchouli de Shalimar cèdent la place à une envolée très "muglerienne", boisée et fraîche à la fois, que l'on pourrait presque qualifier de "fluorescente". La racine d'iris est remplacée par une autre racine, celle de la gentiane, aux tonalités amères de Suze et aux inflexions fumées. Le fond, lui, fait la part belle à la vanille, à l'opopanax et au ciste labdanum, grands classiques des parfums ambrés, et donne ainsi à ce parfum une filiation directe avec Shalimar déjà cité, et Musc Ravageur. Quelques notes familières à la marque comme le café se dévoilent sans crier, puis un accord cuir-oud aux notes animales intervient en sourdine, juste ce qu'il faut pour soutenir la structure. Pendant ce parcours et au porté, sur peau, la gentiane parle de temps à autres, comme pour signifier sa singularité, son originalité. 


Passé le choc des premières impressions, comme pour Koons, Ambre Redoutable se révèle redoutablement attachant au porté. Oserez-vous changer votre regard sur les parfums ambrés ? Oserez-vous cet ambre du futur, cet ambre très Mugler ? L'aborderez-vous comme une sorte de Shalimar vu par Koons ? 

Illustrations :  Baloon Venus par Jeff Koons - Mugler.

vendredi 6 septembre 2019

Idôle - Lancôme 2019 : vénération X, Y, Z, etc.

Idôle : Personne qui est l'objet d'une tendresse ou d'une admiration passionnée de la part de quelqu'un, et, en particulier, vedette de la chanson ou du music-hall adulée par le public. 

Né chez Lubin, après avoir fait un tour chez Armani il y a dix ans tout juste, le nom Idôle ressort du placard cette année pour "le" lancement de 2019. En effet, après le succès incontestable de La Vie est Belle, Lancôme est légitimé pour un long moment aux cotés de Dior et Chanel sur un marché où les lancements ont beaucoup de mal à percer. Idôle arrive tout de rose vêtu dans un flacon ultra plat mais qui ne tient pas debout, avec un concept aux petits oignons que la marque peut largement s'offrir.

Ici, point de créativité azimutée, point de belles notes d'encens ou d'ambre trop connotées, point de bois résineux ou de mousses pointues.

Idôle, c'est un bon élève qui ne fait pas de vague : une rose fraîche et assez fine, qui signe avantageusement l'identité retrouvée de la marque, vaguement abricotée, légèrement pêche blanche, de la pivoine, ronde et opulente, aux hanches charpentées, de la fleur d'oranger, subtile, puis des muscs, beaucoup de muscs, blancs et qui créent une sorte de bulle de confort qui dure, qui dure. L'effet "chypre transparent" lui assure un sillage digne. C'est doux, c'est neuf, c'est assez confortable, un peu lessiviel mais honnêtement, pas désagréable. Comme le souligne auparfum.com, on préférera sans doute sentir Idôle dans un wagon de métro, que son aîné : la vie sera vraiment plus belle ! 

Un lancement pas si mal, mais sans risque, qui saura plaire à monsieur Y, pour madame X, aux babyboomers, aux seniors, aux générations X, Y, Z, aux millennials, aux hypsters, aux hypies chics, bref, à tout le monde qui vénère le mot "nouveau". 

Excusez moi, pour ma part, je vais remettre un peu de Jessy's Rose ! Et vous ?

Illustrations : Lancôme, internet. 

dimanche 25 août 2019

Castagno Parco Palladiano XI - Bottega Veneta 2019 : bientôt l'automne !

Il est étrange de penser à l'automne en plein mois d'août alors que le soleil brille au zénith. Pourtant, c'est bien ce qu'évoque Castagno XI. L'odeur d'une châtaigne fumée, du feu de bois, des feuilles jaunies, des chemins de terre et des mousses, redécouvert cette semaine. 

La châtaigne et le marron sont curieusement rarement travaillés en parfumerie. Seul 212 VIP de Carolina Herrera très peu diffusé en France, s'habille d'un sillage "chesnuts" au milieu de fruits jaunes et de fleurs solaires, mais il n'y a que l'Artisan Parfumeur qui a osé, avec Noir Exquis, un petit délice hivernal fidèle qui vient réchauffer la peau des effluves chaleureux de ces fruits d'automne.  

Avec Castagno XI, Bottega Veneta s'y essaye également, sur un segment plus que niche vu les prix pratiqués, mais avec une certaine habileté. Alexis Dadier manie les notes fraîches de gingembre, d'orange et de citron tout en nuance vers un départ légèrement fumé très contenu, auquel le poivre s'adosse presque naturellement, comme dans Cuir Extrême par exemple. S'ensuivent des notes vertes et florales qui viennent aérer cette structure, puis les bois de cèdre, la vanille et les résines assument de réchauffer l'ensemble. L'accord "chesnuts" reste présent sur la durée, pour confirmer l'exercice. 

Il est juste dommage de constater qu'une fois de plus, le fond, comme pour Noir Exquis d'ailleurs, se délaye dans les bois ambrés qui ressortent. L'exercice est réussi, l'idée me plait beaucoup, mais ce fond gâche un peu la fête à mon goût, même si le flacon est splendide, la vaporisation parfaite, et le sillage d'une aura incroyable. En comparaison, Noir Exquis reste plus doux dans sa forme et plus contenu dans ses prix. Quant aux amateurs de notes fumées, ils peuvent peut être se tourner vers  Cuir Extrême, aux notes de bergamote, de cuir, de poivre, d'encens, de rose et de feu de bois. Un parfum d'automne avant l'heure ? Et pourquoi pas après tout ?

Illustrations : internet et Bottega Veneta. 

dimanche 28 juillet 2019

Angel Eau de Toilette - Mugler 2019 : la boucle de l'ange.


Les anges sont réputés pour leur cheveux bouclés, bonds et lumineux. Angel, le parfum, en 1992 a été un choc, une révélation voire une révolution. Ses notes de pomme d'amour caramélisée, de fruits de la passion, de barbe à papa de patchouli et de chocolat sont parties à la conquête du monde dans un tourbillon de gourmandise alors inconnu. Reconnaissable entre mile, à l'époque, il perce en prenant son temps. Au fil de ses bientôt 30 ans, sans connaitre trop de flankers et autre dérivés, il tient son âme et son rang sur les premières marches du podium. 


Pourtant, cet ange a inspiré et généré de nombreux "gourmands" dans sont sillage, tous ayant essayé de lui piquer la vedette sans jamais vraiment y arriver ... jusqu'à la Vie est Belle. Ils portent les noms de Poison Girl, Mon Guerlain, L de Lolita Lempicka en ajoutant tantôt une note de crème, de chantilly, de glace à la vanille, de chocolat au lait, tantôt de madeleine ou de gâteau. Ils ont au du succès. 


Ainsi pour garder sa forme, le Angel de 2019 retravaille sa gourmandise en s'inspirant de ces descendants. Il leur chipe cette note de vanille douce légèrement cuirée, agréablement gourmande et qui parle à beaucoup, sans pour autant transformer complètement sa signature. La pomme est toujours là, les fruits se font plus rouges que passion, la barbe à papa et le patchouli s'estompent légèrement pour se faire plus aériens, le cuir et la vanille s'y confondent, ce qui fonctionne parfaitement dans le sillage des dernières collections de la marque. 

Angel Eau de Toilette 2019 boucle la boucle en quelque sorte, dans une interprétation plus douce et tout aussi gourmande, peut-être moins affirmée que l'eau de parfum originelle, mais tout aussi bien exécutée. Pour un ange, boucler la boucle, n'est ce pas d'une logique parfaite ?

Illustrations : Dawn of Angels, Mugler parfums. 

vendredi 19 juillet 2019

Le Chant de Camargue - L'Artisan Parfumeur 2019 : fondu camarguais.

Ce qui surprend dans le paysage du plat pays qu'est la Camargue, c'est le fondu des couleurs. Bleu du ciel, beige du sable, rose des salins et gris des rizières. Quelle merveilleuse source d'inspiration pour un parfumeur ! 

Réussissant parfaitement à recréer cette sensation de fondu, Alberto Morillas mêle la fraîcheur douce de la bergamote à deux molécules évoquant un jasmin fruité : l'Hédione et la Paradisone, qui sont toutes deux à la fois fraîches, fruitées, lumineuses et surtout, qui ont la particularité "d'accompagner" toute la structure d'un parfum. Ici, elles procurent à la foi transparence et lumière, en sublimant l'accord "riz" travaillé par le parfumeur. La sensation est douce, presque tactile. Le santal, également muni de facettes lactées, comme le son de riz utilisé ici, renforce l'aspect cocon du parfum. Enfin, pour évoquer la sensation des marais humides, une pointe aquatique, subtile et jamais envahissante, fige le tout. Le décor est planté, l'évocation est parfaite, Le Chant de Camargue est un parfum qui "parle" vite, et qui se vit naturellement, sans effort.

Chez l'Artisan, il serait un peu entre Bois Farine pour son coté farineux, soufflé, et l'Eté en Douce pour ses facettes fleuries, suaves et très cocooning. J'y retrouve aussi des signes d'un énorme succès du parfumeur : Flower by Kenzo, une référence non ?

Un véritable fondu de couleurs, de sensations, à vivre à même la peau. Remarquez la cohérence entre les couleurs de la photo et celles de l'étiquette : du beau boulot ! 

Illustrations : salins de Camargue, l'Artisan Parfumeur. 

lundi 10 juin 2019

Santal Colada - Thierry Blondeau Parfums : Exotic & Erotic.

Il arrive enfin, en exclusivité ce samedi 15 Juin, à l'événement Lokréa l'été des créateurs, qui aura lieu au 16 rue des Minimes 75003 Paris, de 10h à 19h, et dont l'entrée est gratuite.

Santal Colada, c'est l'alliance d'un santal lacté et des fruits exotiques. L'idée était de faire un parfum évoquant le célèbre cocktail sans utiliser les notes traditionnellement utilisées pour créer un accord ananas. J'ai voulu lui donner une texture inédite, comme celle d'une sève crémeuse issue d'un bois écorché.

Une envolée pétillante de citron vert et de pamplemousse se lie à un accord évoquant l'ananas et le croquant d'une manque verte. Il glisse ensuite sur les notes épicées du poivre rose et celles plus corsées du vétiver, pour dévoiler enfin un santal australien lacté et suave. Une pointe de noix de coco fait écho aux facettes lactées et crémeuses du santal. 

L'univers coloré du douanier Rousseau illustre parfaitement le propos. Santal Colada est un parfum pétillant et vibrant, dont la séduction se dévoile à fleur de peau.

Ce parfum inaugure un nouveau flacon rectangulaire scellé sur toute la gamme, surmonté d'un capot façon bois exotique. La vaporisation se fait plus douce et plus qualitative.

Alors, viendrez-vous découvrir ce cocktail exotic & erotic ?

Lien vers Lokréa : https://www.eventbrite.fr/e/billets-lokrea-lete-des-createurs-58991115013

Illustrations : Le douanier Rousseau, Thierry Blondeau Parfums. 

mercredi 22 mai 2019

Fun, Shine & Fun - les splashes Azzaro 2019 : la "Cologne" se renouvelle encore !

Cette année, la Cologne revient sur le devant de la scène avec une exposition "La fabuleuse histoire de l'eau de Cologne" qui lui sera consacrée à partir du 20 Juin 2019 au Musée International de la parfumerie de Grasse, qui me redonne envie de plonger le nez dans l'Originale de Roger & Gallet ou de l'Eau d'Hermes, an passant par la Colonia etc. Cette année également,  Mugler accompagne sa Cologne de quatre nouvelles déclinaisons créatives, et Azzaro se colle à l'exercice de la fraîcheur véhiculée par cette forme olfactive légère et facile à porter. Deux termes "leitmotiv" de ces trois nouveaux splashes qui mériteraient à mon sens de figurer à la fin du livre accompagnant l'exposition sous la thématique "et aujourd'hui ?" 
L'exercice d'interpréter une fraîcheur contemporaine, facile à porter et plus tenace que les Colognes habituelles comme le désire la majorité des amateurs de parfums n'était vraiment pas facile. Tout en s'inspirant habilement de ce qui existe, Azzaro lance là quelque chose de très intéressant à mon sens. 

Fun est peut-être le plus facile à appréhender : la fraîcheur de l'orange sanguine et de la mandarine très évidente au départ se prolonge sur un fond de bois blonds et ambrés dans une forme un peu similaire à celle de l'Eau de Mandarine Ambrée d'Hermes. Les muscs blancs lient le tout, et ce sera un point commun des trois compères. Moi, j'aime ! 

Shine est ma préférée car elle me rappelle une combinaison de salicylates que j'ai travaillée en 2012 dans un parfum nommé Lueur de Victoire et qui était construit sur cette idée de fraîcheur renouvelée. Ici, c'est la bergamote qui ouvre le bal, accompagnée de l'amertume du pamplemousse, et le tout glisse sur un accord boisé et moussu qui tient plutôt bien. Le lien se fait sur cette "ligne" de salicylates qui évoque le sable chaud, le soleil et les vacances. Une sorte d'Aqua Universalis du pauvre adoptée immédiatement ! 

Sea et peut-être celui qui m'a le moins séduit au premier nez car il semble plus décousu que les deux autres. Cependant, son envolée de citron et de pamplemousse, vive et soutenue par un patchouli "light" très transparent, est assez séduisante. Le fond, moussu lui aussi et aquatique, rappelle également le sable mouillé et les vagues. Dans son évolution, il me fait un peu penser à l'Original d'Andrée Putman, il y a pire sillage et pire référence. 

Chics, bien faits et intelligemment peu chers comparés à ce qui se trouve sur le marché, ces splashes d'un nouveau genre sont les Colognes d'aujourd'hui ...pardon, de demain ! Tous à Cannes ?

Illustrations : David Lachapelle, et Azzaro ! Livre : la fabuleuse histoire de l'Eau de Cologne. 


vendredi 3 mai 2019

Eau de Minthé - Diptyque 2019 : fougère fuse.

Qui se souvient des accords "fougères" des années 80 ? Sans doute plus grand monde ... sauf nous, qui aimons les parfums et savons parfaitement ce qui attirait le chaland dans ces années là ! Du coup, alors qu'aujourd'hui, la parfumerie de niche tord le cou aux genres en tentant de ne pas sexuer les parfums, pour nous, ces "fougères" restent associées à des poils, à des torses gonflés, à la virilité exacerbée et au propre. Mais ne faisons-nous pas fausse route ? 

En voulant apporter de la nouveauté dans cette famille, Fabrice Pellegrin pousse des facettes mentholées sur un accord qui ressemble à s'y méprendre à Drakkar Noir. C'est se rappeler qu'en son temps, ce parfum était un chef de file, et qu'il reste encore aujourd'hui une référence par ses notes de lavande fraîche, de menthe, de géranium, de "propre"et de bois secs. Pour l'avoir redécouvert il y a peu à l'aveugle, ce parfum attire toujours autant, et fascine. Ce choix de parfumeur n'est donc sans doute pas un hasard. 

L'Eau de Minthé est une sorte de "fougère fuse", à la fois cristalline et vivifiante, peut-être pas si novatrice qu'elle le revendique, mais qui a le mérite de remettre un accord qui accroche à la portée de tous, hommes et femmes, au bon vouloir de qui l'aimera ! C'est peut-être ça du coup, qui est innovant ? 

Illustrations : Diptyque - Camille Hilaire. 

dimanche 31 mars 2019

Bana Banana - L'Artisan Parfumeur 2019 : crème créative !

L'Artisan Parfumeur voulait rendre hommage au tout premier parfum imaginé par Jean François Laporte avant même de créer Mûre et Musc au succès indéniable. Ce parfum aurait l'odeur de la banane, en écho aux fantaisies des années où l'exotisme arrivait à Paris. Qui ne connait pas ce fameux costume de Joséphine Backer et de son déhanché nappé de bananes ? Challenge pas facile. Pourtant, la note banane est utilisée plus souvent qu'on ne le pense en parfumerie, et souvent associée naturellement par adéquation moléculaire, au jasmin. 


C'est en partant de cette structure, mais aussi d'un travail de recherches personnelles et de tests culinaires que Céline Ellena a créé Bana Banana. Associer la banane "ludique", la banane verte, la banane douce et la banane confite, voilà l'idée. 

Immédiatement, le parfum démarre sur la fameuse note banane des crocodiles Haribo, associée au jasmin pour rapidement dévoiler une texture plus onctueuse de banane douce. On devine la feuille de violette, l'iris. Le parfum se pose alors, atténuant son sillage pour laisser sur peau ses notes lactées de santal, de fève tonka, et de noix de muscade qui lui donne un aspect banane confite. Tantôt feutré, tantôt épicé, tantôt légèrement sucré, c'est ce fond qui fait que l'on s'y attache et que l'on y revient. 


Est-ce un hasard ? Peut être pas, car entre la folie excentrique d'un Rumba et la volupté d'un Vol de Nuit, qui ont tous les deux la même structure de base, la banane de Bana Banana, qui se situerait un peu entre ses deux références, prouve que l'on peut renouveler le genre de ses grands classiques avec un peu d'humour et surtout, beaucoup de talent. Quand on sait le goût d'un mille feuille à la banane, la douceur d'un cocktail moelleux à base de banane, on savoure avec délice, sur peau, Bana Banana

D'après la marque, c'est la première fois qu'un de ses parfums suscite un tel intérêt ! Alors, un grand bravo à Céline et une longue vie à Bana Banana ! 


Illustrations : Great British chefs, l'Artisan Parfumeur.

dimanche 24 mars 2019

Dans les vestiaires des mecs !


Il y a quelques années, on voyait fleurir dans les rayons de nos parfumeries grand public des tas de modes "sport". Couleur jaune et liseret rouge pour un effet de mode sans doute vite passé, car on ne peut pas dire que cette tendance ait vraiment prise. C'est un autre courant qui s'est imposé dans les vestiaires des mecs, autour d'une couleur qui connote systématiquement ce qu'il y a dans le flacon : le bleu sombre. 


Les deux chefs de file de ce courant se sont rapidement imposés, de par la renommée de leur marque, de par la publicité dont ils font l'objet, mais aussi, il faut bien le reconnaître, parce qu'ils ont trouvé leur public. Bleu de Chanel, inspiré d'Allure Homme pour sa trame dhm-lavande- notes vanillées ambrées, s'est fait remarqué par ses notes boisées profondes et chaudes et par un sillage bien présent. Son rival de toujours, chez Dior, Sauvage, revendique une certaine brutalité, un coté sauvage dominé par un duo de poivre et de basilic twisté de lavande, de menthe, une trame boisée disons très "efficace", et un sillage lui aussi affirmé. Dans la foulée de ces deux là, Boss Bottled Unlimited, Aqui Di Gio Absolu, Azzaro Wanted suivent avec quelques nuances de bleu, sans vraiment se démarquer les uns des autres. 



Partant de ce succès, deux nouveaux venus viennent nuancer le propos cette année. Invictus Legend reprend la trame boisée de l'original mais s'habille d'une note vanillée ambrée qui vient adoucir la virilité assez marquée de son aîné, qui plait beaucoup, mais peut paraître banale pour certains. Alien Man Fusion reprend la signature cuir-tabac de Alien Man et rafraîchit le tout d'une trame boisée-mandarine plutôt bien assortie, sans perdre de son originalité. Il se glisse dans le moule bleu plutôt en nuance, oscillant entre la personnalité forte d'Alien Man, un coté viril très mec dont cet article se fait l'écho, et une douceur salicylée qui me rappelle Dune Homme. Flacons bleu électrique d'un bel effet de rigueur des deux cotés.  


Et oui, les vestiaires des mecs, ça sent la sueur, les chaussettes, les poils, mais aussi le déodorant et quelques parfums qui reviennent souvent. Voilà, maintenant, vous savez ! 

Illustrations : Yagg, Paco Rabanne, Mugler. 

dimanche 3 mars 2019

Herba Fresca - Guerlain 1999 : l'ami du petit déjeuner !


N'avez vous jamais rêvé de vous réveiller un bon matin de printemps, avec de beaux rayons de soleil et la rosée du matin qui arrose l'herbe fraîche ? Agréable sensation n'est-ce pas ? C'est ce que cherche à évoquer depuis vingts années maintenant une des deux seules Aqua Allegoria qui a traversé le temps : Herba Fresca.  


Herbe coupée pour la sensation verte, menthe et chlorophylle pour la sensation de fraîcheur immédiate ponctuée par le citron vivifiant, thé vert et muguet fonctionnent ensemble pour la suavité, sans doute un petit soupçon de pomme granny smith vient-il mettre son brin de croquant, peut-être un peu de basilic et de jasmin donnent-ils du piquant et de la rondeur ? 

Herba Fresca, c'est une bouffée d'air frais à l'état pur, un vent d'oxygène qui passe, un accord qui traverse le temps sans prendre une ride. On aime cet ami du petit matin, qui invite à l'odeur des croissants, du café et du beurre frais sur une terrasse, entouré d'amis, au vent de l'herbe fraîche et mouillée ! Il fait beau, il fait bon, on est bien. 

Illustrations : Guerlain et herbe fraîche.

mercredi 27 février 2019

Music For a While - Frédéric Malle 2017 : cocktail décalé.

Il y a des parfums que l'on pourrait qualifier de troublants, mais c'est peut-être parce qu'ils sont inspirés par quelque chose de troublant. Par troublant, je veux dire peu habituel, peu conventionnel, qui n'obéit pas aux habitudes, au diktats. La musique Baroque a ses codes, mais un morceau chanté en haute-contre est déroutant : Music For a While, le parfum inspiré du chant éponyme écrit par Purcell, y puise sans doute son énergie très en rupture. 


Pour apprivoiser ce parfum, il faut d'abord être libre de tout jugement hâtif sur ce que l'on connait déjà. Il use et abuse de la lavande, mais d'une lavande naturelle en surdose, qui pique, qui grince, et qui apporte une chaleur et une épaisseur inhérente à sa structure. Ensuite, Carlos Benaim semble avoir cousu autour des facettes riches de cette lavande en poussant l'envolée par une mandarine juteuse, en tirant les bois vers un patchouli sombre, un cèdre corsé, en appuyant les aromates par du thym ou de la myrte, en adoucissant de notes d'érable, de cannelle et de vanille, pour ensuite tout casser et recouvrir d'un fruit exotique tonitruant, entre la mangue et l'ananas, qui vient tout bousculer avant de rétablir l'équilibre. Un univers s'offre à vous : vous fumez un cigare autour d'un rhum dans une vieille bibliothèque, dans un fauteuil en cuir. Vous pourriez être aussi dans un cabinet de curiosités, et vous explorer les fioles de formol, le bois jauni, le vernis, l'encaustique ! 

Voilà, on y est ! Music For a While, un parfum fou, créatif, cohérent par son inspiration, et que je verrais bien sur des artistes un peu fous, à la coupe défaite et aux cheveux hirsutes, penchés sur leurs feuillets chiffonnés, pantalons de velours ou robes de lin aux motifs 70's. Ou pourquoi pas, sur ces excentriques new-yorkais (es) aux couleurs aussi chatoyantes qu'un perroquet des îles. Qu'en pensez vous ?


Exubérant, troublant et décalé, mais cocktail attachant ! 

Illustrations : Domenico Remps, Frédéric Malle. 



samedi 16 février 2019

Un Jardin sur la Lagune - Hermes 2019 : brumes de Venise.

L'année 2019 semble plutôt bien se présenter, les surprises se succèdent, et le prochain jardin d'Hermes ne fait pas exception. En revanche, ce qui est rare, ce sont les parfums qui entrent naturellement dans votre quotidien car ils vous procurent une émotion, des sensations dès le premier instant. 

Quand j'ai senti Un Jardin sur la Lagune pour la première fois, j'ai su qu'il allait accompagner un tournant, une étape de ma vie que je franchis actuellement. Il arrive au bon moment, comme une sorte de talisman. 

Ce que j'aime avant tout, c'est la surdose de notes jasminées rapidement perceptible, puis le travail sur l'idée de la brume. En peinture, il y a des techniques pour effectuer ce rendu, mais comment cela pouvait-il se matérialiser en parfum ? Par toute la palette des notes "mouillées" et moussues ? C'est sans doute autour de cette idée que Christine Nagel a voulu travailler.

Imaginez : vous êtes a Venise, de préférence en couple, puis vous vous réveillez tôt. La ville est encore endormie, une légère brume se lève sur la lagune et filtre les rayons du soleil qui commence à poindre. Vous marchez tranquillement, et tout en passant devant un mur aux couleurs terre de Sienne et ocre, des effluves de jasmin, de thé vert, de magnolias légèrement abricotés, d'herbes mouillées, d'humidité vous accompagnent. Une sensation de moiteur commence à se sentir faisant remonter l'odeur des briques, du sol, de la terre et de la mousse. Au loin les bateaux de touristes se mettent tout juste en marche, il fait bon, vous vous sentez serein. Vous portez Osmanthe Yunnan ou Santal Massoia, et le cuir de votre veste, lui aussi, s'exprime dans la brume. 

Un Jardin sur la Lagune est duveteux, soyeux, caressant, son sillage intrigue, et quand je le porte, on me demande ce que c'est, ce qui est assez rare pour être souligné. C'est beau, c'est émouvant, très contemporain, presque "niche", comme la peinture qui illustre cet article. 

Illustration : Hermès, Les Brumes de Venise de Vianney. 
Vianney est actuellement exposé à la galerie Trois Cerises sur une Etagère, au 48 rue Mazarine à Paris. 

mardi 12 février 2019

Chance Eau Tendre Eau de Parfum - Chanel 2019 : tendres couleurs.

Alors que je commençais tout juste ma formation sur les matières premières et que commençait à frémir l'envie de créer, je me souviens des paroles de Jean Kerléo que j'ai pu rencontrer : "quand vous avez des contraintes de prix en création, vous pouvez quand même faire de belles choses. Pour cela, utiliser les agrumes, la mandarine, le pamplemousse, le citron par exemple, et d'autres matières peu onéreuses, il y a une belle palette".


Après cela, je découvrais Junior de Lacoste qu'il venait de créer, NinaBlack Xs et d'autres, où ces agrumes avaient su prendre le pouvoir pour imposer une signature et un sillage malgré d'évidentes contraintes de coûts.
 

Chanel est sans doute parfois aussi dans cette logique, et Chance Eau Tendre est un peu construit comme cela : ingrédients simples, structure assez classique pour un résultat espiègle, gourmand, lumineux et gai ! Envolée de mandarine et de pamplemousse, pétillante, coeur de fleur de jasmin légèrement vanillé qui évoque la douceur, patchouli, rose, pivoine, herbe coupée et fraise, qui eux, signent la fragrance d'un accord chypre moderne, vert et moussu, vivifiant et tendre à la fois.  

Bien équilibré, jeune, bien dans son époque, Chance Eau Tendre se décline en une eau de parfum plus "profonde" que l'eau de toilette, plus facettée, toujours agréable et rieuse. Osez, les couleurs vives sont à la mode ! 

Illustrations : Chanel, Guy Bourdin

dimanche 3 février 2019

Colognes 2019 - Mugler : Cologne vertébrale et fanfare en couleurs.

Il y a précisément 18 ans, Mugler révolutionnait le monde des Colognes en proposant une création aussi fraîche et claire que ce qui existait jusqu'alors, en conservant les codes matières et la structure d'une Cologne classique tout en jouant une partition en rupture autour de muscs et de notes nouvelles aux tonalités "vertes" et  grâce à la fameuse, exclusive et mystérieuse note "S". 

Cette fameuse Cologne M est si aboutie qu'elle constitue aujourd'hui la colonne vertébrale de toute une collection habilement tournée qui twiste des thèmes assez classiques de la parfumerie chacune par un accord novateur, subversif et une signature parfaitement dans le temps. 

Celle que je retiendrais de cette collection est Fly Away, car c'est celle qui m'a le plus interpellé, même si l'ensemble de la collection mérite que l'on s'y intéresse. 


Fly Away serait pour moi une sorte de Blenheim Bouquet du XXIe siècle,  un bouquet aromatique de thym et d'herbes sur une structure de Cologne propre, tout droit sortie d'un barbier. L'intelligence ici est de jouer sur un accord cannabis assez fidèle, déjà exploité chez Kilian, chez Armani et Guerlain dans d'autres registres, et qui a le mérite d'être assez évident et parfaitement accordé. L'envolée zestée, un effet citron vert et le pamplemousse acidulé presque boisé glissent sur l'accord cannabis (note C), de manière presque naturelle. Quelques bois comme le vétiver et le santal s'y accrochent parfaitement, ainsi que des notes comme le thym, le chanvre, le foin et la figue. L'évolution tient merveilleusement la route sur peau en gardant un effet pétillant tout du long et un sillage discret mais présent. En gros, ça fly et ça fizz !! Puis ce jaune, rare en parfum, respire l'optimisme ! 


Les autres : Take Me Out est une Cologne à la fleur d'Oranger, solaire et espiègle, légèrement vanillée et ambrée, ponctuée d'un accord champignon "peyot (note P)". Run Free est une Cologne construite sur un accord fougère assez classique de sauge dite "des devins" (note D) et de lavande, sur un fond de bois blonds lumineux, un peu dans le style de Au Hasard de Vuitton. Love You All est une Cologne fraîche et moderne, légèrement aquatique et fruitée, assez salicylée, qui me fait un peu penser à Light Blue de D&G. Elle est twistée d'un accord boisé (note E) évoquant l'odeur fantasmée de l'Extasie. 

Une gamme toute en couleur, joyeuse, ludique, subversive et novatrice dans ces accords, qui prouve que Mugler reste à la pointe de l'innovation créative. Ca fait un peu de bien non ? 

Illustrations : Mugler, Radim Malinic. 

dimanche 27 janvier 2019

Bleu Abysse - Les Parfums Rosine 2019 : lotus tatoo.



Je me suis longtemps demandé comment la marque Les Parfums de Rosine, marque que j'aime beaucoup car elle est incarnée par Marie Hélène et Louis Rogeon, humaine, élégante et de qualité, allait pouvoir se moderniser. Changement de flacons, matières ou formes plus modernes, comment cela pouvait-il se manifester ? 2019, voici la réponse avec la gamme des Extravagants. Le ton est juste, le style est réussi et impactant, la force des couleurs donne de la jeunesse et du dynamisme, le bon goût du capot et les fondamentaux de la marque sont toujours là, bref, c'est très réussi à mes yeux.  

Tout cela me plait beaucoup. Je me rends donc à la boutique du Palais Royal pour découvrir ce que cela cache. Il se passe alors quelque chose d'assez classique face à du nouveau bien pensé : on est d'abord surpris par une certaine facilité, une évidence, mais on s'aperçoit ensuite qu'elle est très cohérente. 

J'ai quelque chose à comprendre, alors je teste celui qui m'a intrigué le plus en premier lieu sur touche, Bleu Abysse


Présentes dans plusieurs des parfums de la marque, je sais que Rosine aime les notes marines, orzoniques. Je sais aussi que ces notes fonctionnent bien avec les roses, et sont souvent utilisées dans les accords "fleurs de Lotus". Un peu extravagant, impétueux au départ car les notes marines et la note de oud ressortent ensemble, je découvre ensuite un parfum qui se calme. Les notes vertes et rosées de l'élémi, de la bergamote et de la rose fruitée se devinent, la note marine s'atténue pour se fondre à la moiteur de la peau, et un fond oud-cuir, beaucoup plus doux se dessine. Par comparaison, la qualité et la structure de Bleu Abysse me font penser à Epices Marines d'Hermes, hormis la facette cumin grillé très prononcée dans ce dernier. Les deux font vibrer l'iode, ambrée et minérale, autour de notes tourbées et cuirées. Au bout de quelques minutes, Bleu Abysse vibre dans mes mouvements, sans envahir. J'essaie également de savoir à quoi cela me fait penser sur peau, et j'imagine alors l'odeur d'une fleur de lotus sur un tatouage. J'ai alors apprivoisé ce Bleu Abysse , un véritable Lotus Tatoo !  

Si vous courez les découvrir, ayez en tête que ces parfums sont faits pour la peau, et que c'est uniquement au porté qu'ils se dévoileront vraiment. Ces quatre extravagants trublions apportent un vent de jeunesse certain. Plus "faciles" au premier abord, il préservent la cohérence, la qualité et la vibration sur peau propre à la marque, et cela me rassure. Pour ma part, je valide et suis certain que Les Parfums de Rosine vont trouver un nouveau public. 


Illustrations : Tattoo Times, Les Parfums Rosine. 

samedi 19 janvier 2019

Encens Mythique et Bois Mystérieux - Guerlain 2019 : Orient Express !

Cette année, la gamme Les Absolus d'Orient s'enrichit de deux nouveaux éléments, non dénués d'un riche intérêt. 

Encens Mythique pourrait presque passer pour un Guerlain ancien, tellement il semble inspiré par la forme que pouvaient avoir certains d'entre eux. Le départ assez aldéhydé, vert et rosé peut rappeler Chamade ou Liu. Une suite jasminée, que l'encens vient appuyer, maintient une certaine tension, plutôt noble. Le fond, riche, met à l'honneur la mousse de chêne, sans doute un accord obtenu par les dernières techniques de distillation ou de nouvelles matières texturées qui permettent de restituer un effet mousse de chêne assez fidèle. On devine également quelques baumes, tolu ou benjoin qui apportent de la douceur. 

Bois Mystérieux, lui, est un oud assez classique, très typé parfum d'Orient. Il évoque, grâce à la force du cumin, associé à des bois secs comme le cèdre, le pin et le santal, les étalages d'épices dans les souks. Ce serait une sorte de L'Autre de Diptyque en plus sec ou de El Attarine de Serge Lutens, en plus accessible. Le fond évoque ces ouds assez bruts, un peu piquants, mais qui s'harmonisent bien avec certaines peaux. 
Regrettons au passage la disparition d'Ambre Eternel : est-ce parce qu'il était assez proche de Givenchy Gentleman Eau de Parfum ? 

Deux jolies nouveautés, cohérentes, qui plairont sans doute plus aux amoureux de la marque et de son histoire que la énième version de La Petite Robe Noire Velours, qui fait illusion par ses notes de tête acidulées bien travaillées mais qui se fourvoie vite dans un fond sucré très plat sans grand intérêt. 

Illustration : Guerlain, souk aux épices de Dubaï.

mercredi 16 janvier 2019

Thierry Blondeau Parfums : quoi de neuf en 2019 ?


L'année 2019 sera riche en nouveautés de notre coté, et cela commence aujourd'hui ! 

Comme il est plus difficile d'avancer quand on est pas spécialiste d'un domaine, le site internet à mis du temps à voir le jour. Enfin, en ce début 2019, il est opérationnel. Je remercie donc grandement Alexandre pour son aide précieuse. La seule contrainte qu'il impose est de n'accepter que les paiements paypal pour le moment. Je vous invite donc à cette occasion à découvrir ou de redécouvrir mon univers, mes cinq créations. N'hésitez pas à nous contacter ou a nous faire part de vos remarques via le site ou Facebook.  


Je vous souhaite tous une très belle année 2019, riche en bonheurs et instants de joie.