mardi 3 octobre 2017

Prochaine Braderie Samedi 7 Octobre à partir de 13h.

Bonjour à tous,  
 
Ca fait longtemps que je n'ai rien publié, mais c'est parce que je vis des aventures créatives.

Cependant, c'est devenu une habitude, j'organise régulièrement des Braderies Parfums.

La prochaine à lieu ce Samedi 07 Octobre 2017, chez moi à Ourcq Paris 19e à partir de 13h. Pour les détails,  contactez nous sur la page Facebook Thierry Blondeau Parfums en message privé ou par mail à : olfactorum@gmail.com.


Je vends des parfums que je ne porte pas ou plus, ou que j'ai en double. Au programme, des parfums de niche, des grand public, quelques décants de 15ml. C'est aussi, bien sûr, une occasion de découvrir mes cinq créations à prix préférentiel ce samedi seulement.  

Alors, à vos agendas, serez vous présents ?

Illustrations : Braderie en folie, Thierry Blondeau Parfums.

jeudi 4 mai 2017

Save the Date : braderie parfums de Mai !

Vous avez la passion du parfum ? 
Vous arpentez brocantes et braderies pour satisfaire votre collection ?
A vos agendas, prêts, partez ! Notez bien la date de la future braderie parfums organisée chez moi à Ourcq dans le 19e Métro L5, ce sera le Dimanche 21 Mai 2017 de 14h à 19h.
Pour l'adresse précise et pour me dire si vous souhaitez venir, envoyez moi un message privé sur facebook ou sur olfactorum@gmail.com.
Au programme : de la niche (des Lutens, Patou, l'Artisan et bien d'autres), et des Grand Public (Réminiscence, Givenchy, Dior, Lalique, une réduction sur mes créations, du café, du thé, des bonbons et petits gâteaux pour les gourmands.
Profitez-en ! A bientôt ! 

vendredi 21 avril 2017

Route du Vétiver - Maître Parfumeur et Gantier 1988 : LE vétiver "roots".


Si Lestât, célèbre vampire mis en scène dans le film Entretien avec un vampire devait avoir un parfum, il irait sans doute faire un tour du coté de Maître Parfumeur et Gantier. Connu pour la qualité assez exceptionnelle des matières premières utilisées, cette marque sait aussi faire preuve de créativité, de décalage et de provocation. Quand Jean Laporte habille le vétiver, c'est pour puiser au plus profond de la racine, en tirer une substance déroutante et sortir ainsi des sentiers battus. Le vétiver peut être sombre, c'est un fait, mais cette Route du Vétiver s'aventure dans l'atmosphère d'une forêt dense peuplée de racines immenses où se fixe la mousse dans une odeur moite de cave humide.

Un lieu où se tapirait le vampire avant de chasser ses proies. En effet, cette Route du Vétiver vous embarque à peu près là où tout ce qui peut être qualifié de matières premières sombres peut traduire cette ambiance : de la menthe poivrée aux notes dures et piquantes, de la réglisse noire au gout amère, du poivre aux notes chaudes, un vétiver dense, fumé et profond comme on en trouve à la Réunion, un patchouli terreux aux notes de moisi, un iris peu fruité mais bien "racineux", peut être un peu d'immortelle également, et un soupçon de bois de oud et d'anis. La Route du Vétiver est un parfum sombre, vous l'aurez compris, dans lequel on ne cherche pas à faire entrer de l'air ou de la lumière. L'effet est prenant et surtout très compact. Comme une sorte de bâton de "zan" que le vampire aurait pris pour se faire les dents et oublié dans son caveau humide. La route est amère comme la suze ou la gentiane, addictif comme l'absinthe.

Je trouve pour ma part ce parfum très actuel car assez froid et distant au premier abord, un peu dans la veine de Mentha Religiosa de Dear Rose, à la fois chaleureux et sombre dans son évolution. Un parfum d'interdits et de séduction mystérieuse. Les vampires auraient troqué leur cape de cuir noir contre des habits de jeunes marquis dandys et leurs morsures féroces contre une séduction accrocheuse, pour mieux agir dans l'ombre. Ces vampires ne sentent pas le cuir et le sang, ils sont épris de noblesse, de matières sombres et texturées comme le velours. Ils chassent dans la nuit, jouant de leur regard noir pour séduire leurs proies. Définitivement soumises, elles succombent à la morsure, pour l'éternité. Si un jour Lestât vous invite pour un entretien en passant par une route sombre, méfiez vous, il se pourrait qu'il ait trouvé son élixir chez Maître Parfumeur et Gantier et que vous succombiez. Ce vétiver, qui trace sa route au plus profond de la racine, fait de cette route un parfum "roots".

Pour ceux qui aimeraient un vétiver plus sage, Racines évolue sur un registre beaucoup plus accessible, plus aéré, plus lumineux et tout en finesse, il est aussi moins original, moins typé, plus timide.


Illustrations : route de racines dans une foret sombre, Maître Parfumeur et Gantier. Article repris d'un article déjà publié ici en 2009. 

mardi 11 avril 2017

Parfum d'Habit - Maître Parfumeur et Gantier 1988 : à bout d'Habit !

S'il assume complètement une certaine parenté avec Habit Rouge, Parfum d'Habit, créé plus de 20 ans après, s'en distingue pourtant de manière assez nette. Comme son inspirateur, quand on le respire encore aujourd'hui, il semble avoir traversé le temps sans vraiment prendre de rides.

Quel plaisir également de redécouvrir un beau parfum dans un nouvel et bel écrin ! La gamme complète des parfums de la marque ayant été repensée sous l'influence d'un investisseurs moyen-oriental ayant le sens du goût, de la qualité, et des affaires : "il aurait été dommage qu'un tel patrimoine se perde, car les parfums sont tous de très bonne qualité, j'ai donc voulu le préserver, le valoriser." Tels sont ses propos. Flacons plus massifs et d'une prise en main parfaite, excellente sensation à la vaporisation, très fine, très fluide, joli capot pas si ostentatoire que cela, finement ciselé du nom de la marque et orné d'une pierre de couleur qui signe la "famille" du parfum, coffret gainé de cuir rouge, nous sommes là dans le vrai luxe, la haute qualité. Une qualité authentique il est bon de le souligner.


Parfum d'Habit s'envole sur des notes fraîches d'agrumes comme le citron et l'orange, immédiatement relayés par le petit grain et une note irisée aux facettes poudrées assez marquées. Le bourgeon de cassis aux notes légèrement soufrées (que l'on ne perçoit cependant pas), contribue à appuyer cette sensation. Le parfum s'évade ensuite sur le poivre noir et l'encens qui lui donnent de la noblesse, du montant. La suite est un véritable festival de notes nobles, chaudes, rondes et ambrées comme le patchouli, le labdanum, la vanille, qui signe la filiation avec le parfum emblématique de la marque, Ambre Précieux, et s'accommode parfaitement à vos vêtements. Parfum d'Habit est également ciselé de rose et de géranium, qui parcourent son sillage comme le ferait un liseret peint à la main sur une limousine de luxe pour accentuer la beauté des lignes. Enfin, un accord cuir s'affirme, doux, souple et rond à souhait, il ne vous quitte plus, vous l'aimez ! 


Un parfum de rang, noble, mais jamais ostentatoire, vivant et vibrant sur peau, d'une réelle qualité de composition, dont on ne se lasse pas. C'est un peu comme si la lignée d'Habit Rouge n'avait pas été ébranlée par le temps et de menus sacrifices industriels, et avait été poussée jusqu'au bout du détail, de la finesse et de la qualité, en bref, un jeune trentenaire à bout d'Habit ! 

Petit aparté, il est dommage que la marque le cantonne au costume trois pièces dans son discours, car, intemporel, il peut largement traverser les styles comme il traverse le temps, preuve en est ci-dessus.  

Illustrations : trentenaire du XXIe siècle en habits élégants, Parfum d'Habit de Maître Parfumeur et Gantier dans son nouvel écrin. 

lundi 27 mars 2017

Superstistious - Frédéric Malle 2017 : enjoy the Silence !

Alber Elbaz et couture ne font qu'un ! Dominique Ropion et parfums, c'est un peu la même chose. Quelle bonne idée a eu Frédéric Malle en réunissant le meilleur des deux mondes, à l'heure où le lien entre une marque et son identité dans la mode se perd souvent ! Pour preuve, si l'on cherche un lien entre les coupes parfaites des vêtements Lanvin créés par Alber (en photos ci-dessus) et les derniers parfums de la marque, il y a de quoi s'interroger non ? 

De la même manière qu'un couturier actuel s'inspire des coupes et tissus du passé pour les repenser dans des textures technologiques permettant de nouvelles coupes et de nouvelles "expressions" du vêtement, le parfumeur découd le passé pour mieux le réinventer avec ce que la palette lui offre aujourd'hui. Je repense alors à ce que me confiait Dominique Ropion lors d'une soirée : "pour réinventer le parfum et créer de nouvelles formes, il faut connaitre ses classiques, les avoir travaillé, étudié, disséqué." C'est sans doute ce travail qu'il a accompli pour écrire Superstitious. Bien que Calèche, Arpège ou N°5 soient évoqués chez Frédéric Malle, j'imagine que c'est plutôt dans un des parfum les plus "couture" qui soit que Dominique Ropion est allé puisé son inspiration : le calme Silence de Jacomo, né en 1978. Logique non ? 


Des aldéhydes fusants en tête pour soulever le galbanum et ses puissantes notes vertes, une trame charpentée faite de rose, de jasmin et de notes de chèvrefeuille, de la tubéreuse énigmatique et qui donne du corps, voilà pour le départ. De beaux bois nobles et choisis comme le vétiver et le santal apportent une structure solide et élégante. Les facettes animales de Silence ont été réinterprétées avec ce qui se fait aujourd'hui en matière de muscs de synthèse qui peuvent présenter des notes à la fois rondes, humides, fruitées et boisées. Des dérivés de l'ambre gris semblent avoir aussi été choisis là où Silence s'en servait pour mieux se fondre sur la peau. Comme tout bon chypre-vert qui se respecte, bien entendu, mousse et patchouli achèvent de convaincre, mais sous des facettes plus douces que ce qu'ils étaient à la fin des 70's. Tout ces traits sont communs aux deux parfums, pourtant, là où Silence parait cintré même dans sa version actuelle, Superstitious est plus joufflu, plus confit, plus vaporeux aussi. La ressemblance entre les deux est si flagrante qu'elle va même jusqu'à reprendre le code couleur sur le flacon et le packaging ! 


Sillage monumental, tenue parfaite, forme olfactive unanimement saluée comme étant une référence, comment rester insensible à la beauté de cette oeuvre qu'est Superstitious que l'on imagine parfaitement portée en mode vintage à Paris, New York ou Dubai, comme pour Portrait of a Lady du même parfumeur ? 

Tant pis pour moi s'il fallait passer Silence sous silence, mais j'imagine qu'avec un tel nom, Frédéric Malle et Alber Elbaz font confiance au destin ! Mais si certaines choses ne se disent pas, ou que le rêve est trop lourd pour vous, oserez vous écoutez le silence ?  

Illustrations : Frédéric Malle et créations Alber Elbaz pour Lanvin. 

mardi 21 mars 2017

Boss Bottled Tonic - Hugo Boss 2017 : variation sur le même thème.

Le thème de Boss Bottled est exploré régulièrement, sous diverses variantes, parfois assez insipides comme Bottled Sport, Intense ou Night qui ne m'ont jamais marquées, ou qui n'ont rien à voir comme Bottled Unlimited relativement insipide. Cependant, au cours de son chemin commercial à succès, le fameux flacon se voit quelquefois rempli d'une jolie évolution. C'était le cas de Bottled Oud l'an dernier, plutôt bien faite, et c'est aussi le cas cette année avec Boss Bottled Tonic, qui arrive en Avril.

Sans dénaturer la trame framboise-cannelle-vanille-vétiver-cèdre presque cuirée de l'original, on découvre ici un parfum dont les notes de tête et de coeur ont été affinées, nuancées, sans doute pour atténuer le coté signé mais peut être un peu trop marqué pour certains que peut avoir l'original. Ainsi, un cocktail d'agrumes, de gingembre, soutenu par un dhmol pas si envahissant que cela et qui "soulève" la pomme verte bien croquante se dévoile dès les premières notes. Cette envolée rend le parfum beaucoup plus "tonique", et l'évolution se fait tout en douceur par l'intermédiaire d'une note boisée marine assez discrète.

Ce joli retravail semble directement s'inspirer du cocktail Caribean Lagoon aux notes amères de Tonic, de citron, de gingembre, de rhum et de Curacao. Sur peau, le parfum se pose plus lentement et l'on sent une légère note santalée qui lui va à ravir. Le sillage reste également très élégant, tout en conservant la personnalité et la signature Boss Bottled. J'aime aussi beaucoup cette association de bleu et d'argent qui lui va très bien.   

Il se dessine cette année une tendance : celle de travailler plus en finesse les fragrances, qu'elles dérivent d'un parfum à succès ou pas. Quelques nouveautés comme 1881 Signature, CKAll, Hot Cologne sur lesquelles je reviendrai appuient mon propos. En revanche, il y a peut-être un travers : s'ils sont moins intenses, sans doute pour être plus discrets que leurs aînés, ils semblent aussi moins tenaces. C'est plus difficile à vérifier quand on porte soi même le parfum, le nez pouvant saturer et s'habituer à le sentir, et ainsi ne plus saisir s'il a un sillage raisonnable ou s'il est insipide. Chacun se fera donc son propre avis sur ce petit dernier, mais pour ma part, déjà amateur de l'original, j'approuve cette variation sur le même thème. 

Illustrations : cocktail Caribean Lagoon, Hugo Boss.

jeudi 16 février 2017

Thierry Blondeau Parfums 2017 : ce qu'apportent les nouvelles formulations.

Comme je le précisais dans mon précédent article, 2017 figure un nouveau départ, avec de nouvelles formulations qui apportent un plus à mes parfums et auxquelles je tenais. Même si leurs signatures ne change pas outre mesure, ces formulations avaient pour but d'apporter de nouvelles nuances, tout en subtilité. Quelles sont-elles ? 

Commençons pas Cuir des Sables, le petit dernier mis en valeur par ce nouveau visuel : Cuir des Sables se veut l'évocation du parfum d'une peau bercée par un vent de sable. Ses notes amandées, relevées d'épices comme le poivre et le safran, accompagnées d'un accord "ambre clair" et d'un accord "cuir mat" se réchauffent encore plus dans sa nouvelle formule. Il se fait plus doux, plus clair, plus peau, et devient plus proche encore de l'idée d'origine. 

Alea Jacta Est évoque une fleur de tubéreuse narcotique, troublante et enivrante, qui mord avant de vous envoûter et de vous jeter un sors. Ses notes aldéhydées se font plus délicates bien qu'elles soient encore assez présentes. Elles marquent mieux le "mordant" de cette fleur étrange. La tubéreuse, associée à la fleur d'oranger s'adoucie dans un effet irisé-poudré qui s'accentue, et qui s'appuie sur le cacao amer. Je le voulais plus sensuel, plus suave, plus élégant, comme le pense aussi une partie de ceux qui le portent déjà. 

Cuir Extrême, jusqu'à maintenant le best-seller, lui, est un cuir fumé crépitant, comme le feu de bois. Original et affirmé, il se porte presque comme un talisman, comme un parfum chamanique. Bergamote et rose viennent l'adoucir, et la nouvelle formulation fait qu'il se "pose" mieux sur la peau car il est moins brutal. Encens, poivre, cade et bouleau donnent ainsi l'effet d'un cuir patiné, qui se dévoile plus progressivement et dure plus longtemps. 

Jessy's Rose plait, mais bizarrement pas sur Paris. Les quelques retours que j'ai de celles et ceux qui le portent me disent pourtant que c'est un parfum auquel on s'attache et que l'on a plaisir à porter. Ses notes de verveine citronnée, de pêche, de pivoine se réchauffent de santal et de patchouli. La formulation 2017 fait ressortir des notes plus confites, plus rondes, plus douces, et l'effet vert un peu crissant qu'il pouvait avoir en tête s'atténue. 

J'ai lu de Narcisse Emoi qu'il évoquait a un passionné de parfum "le plus bel accord de jonquille qu'il ait jamais senti". Comment ne pas être touché par un tel compliment ? Evocation d'une clairière de narcisses au parfum d'herbes amères réchauffées par les rayons du soleil, il joue sur l'amertume du pamplemousse, de l'absolu gentiane et sur les notes cuirées "foin" de l'absolu narcisse. Pour que l'effet soit plus doux et élégant, il se pare d'un accord d'orchidée blanche et de miel. Sans doute le plus "frenchy" et peut-être le plus pointu de tous, en 2017, il fait ressortir des facettes poudrées plus douces, et un effet irisé, un peu comme pour Alea Jacta Est.  

Voilà, peut être que certains d'entre vous sont allés les découvrir chez Jovoy Paris depuis début Février ? Sachez que depuis ce jour, ils sont également disponibles chez Jovoy Doha pour ceux qui voyagent. Ne disait-on pas 2017, un nouveau départ ? Et vous, qu'en pensez vous ?

Illustrations : Jean Baptiste Huong , photographe - Thierry Blondeau Parfums. 

mercredi 25 janvier 2017

Thierry Blondeau Parfums : 2017, un nouveau départ !

Me revoilà, tout chaud tout frais par ce froid glacial pour apporter quelques nouvelles en ce début d'année. 
Inutile de préciser qu'elles sont bien fraîches ! 

Tout d'abord, je vous souhaite une très bonne année 2017, à vous et vos proches, et j'espère qu'elle sera riche en jolies créations, comme tous les ans me direz vous ! 

Quoi de neuf alors ??? 

Et bien, sachez que dès la semaine prochaine, j'aurais le plaisir de vous inviter à découvrir les nouvelles formulations 2017 de mes 5 premiers parfums. Ces reformulations me paraissaient indispensables pour plusieurs raisons : 

Je me suis lancé en 2015 avec cinq créations, mais j'avais au fond de moi le sentiment qu'il leur manquait quelque chose. Ce sentiment était accentué en constatant les réactions de certains d'entre vous, ainsi que de mon entourage, et cela confirmait d'autant plus mon ressenti. Il me fallait trouver une "clé" pour désamorcer cela. J'ai alors voulu me faire aider d'un maître parfumeur ou même d'un parfumeur plus expérimenté, mais cela n'a pas pu se faire. 


Alors voilà qu'un beau samedi matin, inspiré, je me penche sur le problème et trouve tout seul cette "clé technique" que je teste immédiatement en application sur tous mes parfums, y compris le tout dernier Cuir des Sables. Rapidement, je me dis "ça y est, je tiens le truc, c'est ça qu'il faut faire !" Tout se tient, le rendu olfactif est meilleur, l'envolée des parfums est plus contenue, moins violente, le sillage s'améliore ainsi que la tenue sur peau, sans que la signature originelle des parfums ne soit bouleversée outre mesure. Je sens bien une évolution qualitative, et cette formulation me permet en plus d'appliquer la même concentration à chaque parfum. La confiance revient et ce sentiment bizarre de "gêne" que j'éprouvais disparaît. 


Févier 2017, soit deux ans après les toutes premières versions et après avoir fait évoluer les packagings l'an dernier, c'est parti, je me lance pour prendre un nouveau départ. Les anciennes versions seront retirées. 


Dès la semaine, vous pourrez découvrir ces nouvelles formulations 2017, en exclusivité chez Jovoy, au 4 rue de Castiglione à Paris, où je m'apprête à livrer une petite série dans un premier temps. Un complément arrivera rapidement. 


Après quelques vagues et remous fin 2016 où j'ai bien cru devoir arrêter tout ça, 2017 sera je l'espère une année riche, avec d'autres surprises que je vous invite à suivre sur la page Facebook Thierry Blondeau Parfums et ici bien entendu, mais je ne dis pas tout tout de suite. N'hésitez pas à aller voir et à commenter, ici ou là bas ! 

Encore bonne année à tous ! 

Illsutrations : Thierry Blondeau Parfums.