dimanche 15 mai 2011

Womanity - Thierry Mugler 2010 : l'ADN d'un gagnant !

Il y a un peu plus d'une semaine maintenant se déroulait la cérémonie de remise des prix du parfum 2010 organisée par la Fragrance Fondation. Le prix des parfumeurs, remis par un jury constitué uniquement d'un panel de parfumeurs professionnels a consacré cette année le parfum Womanity de Thierry Mugler, qui appartient au groupe Clarins. Womanity l'emporta sur Like This par de vrais arguments techniques, esthétiques et de communication. Il est en outre rassurant de voir que les parfumeurs, appartenant à des sociétés de création différentes, se sont affranchis de leurs entreprises, et de voir ce prix remporté par un parfum grand public.

Alors pourquoi les parfumeurs ont voté pour ce parfum ? Voici quelques pistes.

1) La Forme :
Lorsque vous croisez Womanity dans la rue, reconnaissez qu'il ne ressemble a aucun autre! En outre, il est impossible de le classer facilement dans une famille olfactive : florale, fruitée, gourmande, salée, boisée, aucune case ne lui est ouvertement adressée, ce qui augure un bel exercice de style et un parti pris innovant.

2) Le Sillage :
Le sillage de Womanity est puissant et très fortement polarisant. Plusieurs parfums ont exploré la figue, mais aucun n'est allé aussi loin dans l'idée de faire le lien entre le gustatif et l'olfactif, car ils se contentent souvent de rester purement figuratifs. Ici, la volonté d'explorer la piste d'un chutney à la figue est traduite de manière très aboutie. Le sillage est unique : à la fois fruité et vert grâce à la figue "pulpe du fruit", il s'accommode de notes boisées lactées qui font le lien avec les autres parfums Mugler et la figue. Un bouquet d'un effet "fleurs blanches solaires" agrémente l'ensemble, donne une structure solaire et luxueuse à la diffusion du parfum. Enfin, la note caviar obtenue par extraction moléculaire vient faire picoter les papilles de ceux qui suivront son sillage. Le sillage est à la fois floral, marin, boisée et effectivement sucré-salé. Tout cela affirme une forte personnalité, sur laquelle je n'apporterais qu'une seule réserve : une concentration moins intense eut été souhaitable ou alors, carrément l'inverse, un bel extrait mettant en exergue les plus belles facettes de ce sillage (figue profonde et charnue, bois chauds et jasmin solaire), encore faudrait-il qu'il y ait une clientèle. Womanity n'a cependant pas encore dit son dernier mot, car je suis certain qu'à l'instar des autres parfums Mugler, certaines facettes vont être explorées par la suite autour de ce beau potentiel.

3) La Technique.
L'axe le plus marquant des choix techniques de Womanity sont la note figue et la note caviar développées par Mane. La technique d'extraction moléculaire permettant de restituer au plus près l'effet naturel du gustativo-olfactif étant à ce jour très aboutie, la palette du parfumeur s'élargit considérablement. Ici, elle a permis de donner naissance à une note très fidèle de caviar et d'une belle figue fraîche et juteuse. Cette technique ouvre également de nouvelles pistes, dont celle, dont nous entendrons parlé entre autre avant la fin de l'année, de pouvoir reconstituer l'odeur d'une goutte de sang et de sperme dans le parfum d'une Lady Gaga qui voudra faire des ravages (info à vérifier cependant). Womanity est un des premiers parfums à revendiquer ouvertement ces choix techniques, toujours orchestrés, bien sûr par des parfumeurs, en l'occurrence Fabrice Pellegrin et Mathilde Bijaoui, sous la direction artistique de Pierre Aulas.

4) Autour du parfum.
Soulignons également les choix environnementaux, car Womanity est un parfum entièrement développé dans une logique de développement durable, que ce soit pour le carton recyclable de chez Tullis Russell, les flacons ressourçables et la fabrication plus écologiques. La communication explore également de nouvelles pistes en jouant à fond la carte communautaire. Des liens se créent entre femmes, et même entre passionnés, autour de ce parfum innovant. Le discours, les objectifs et la volonté réelle de la marque se fait entendre et comprendre.

Pour toutes ses raisons, et également une autre, plus "inconsciente" de contenir en lui l'odeur caractéristique que je perçois en entrant dans un labo de parfumeur, Womanity fut élu par ce jury. C'est pour tout cela que je le qualifie de parfum de parfumeurs, un parfum, peut être aussi comme ils aimeraient en faire plus souvent ?

Souhaitons donc une longue vie à Womanity et à la marque Mugler, qui, en faisant un choix audacieux et prospectif dans le marché actuel, ne choisit pas de se "prostituer" pour séduire les masses. A bon entendeur !

Illustrations : Thierry Mugler - ADN, Womanity. Figue fraîche.

6 commentaires:

Jicky et Phoebus a dit…

Content de voir que tu reviens peu à peu :D !

Womanity, je suis super content qu'il ait été primé. Car il est pas aimé tant que ça. Les gens s'attardent sur le "ça pue". Et bizarrmeent, je ne le trouve pas génant du tout.

C'est une réelle réussite, dont l'adn du succès n'est pas non plus hypra calculée. La démarche claire et nette de Mugler sur ce coup là est vraiment interessante ! J'ai hate de voir la suite ;)

Sinon, j'ai cru comprendre par Juliettte il me semble que finallement, le parfum de Lady gaga serait un floral fruité =(
Moi qui pensait pouvoir enfin aimer pleinement un de ses trucs...

Mais affaire à suivre aussi ;)

Vive l'odorat !

D a dit…

Womanity m'inspire la même chose que tous les parfums Mugler; j'ai envie d’applaudir. Mais en même temps, Je les déteste souverainement. Je reconnais toutes leurs qualités mais ne peux que penser "pas de ça chez moi!"

Ce qui m'étonne de Womanity c'est de le sentir si peu autour de moi. Et son sillage n'est pas à blâmer... Une carrière à la Angel qui se bâtit doucement ou un coup dans l'eau pour Mugler?

méchant loup a dit…

Comme tout parfum qui n'est pas autant lissé qu'un J'adore ou qu'un 1 Million, ces parfums "signés" à forte identité varient en fonction des personnes et de l'affinité des peaux avec les matières premières du parfum. Comme pour Angel, Alien, N°5, Shalimar et bien d'autres, c'est parfois superbe, parfois horrible.
Je trouve que sur Paris, nous commençons malgré tout à sentir le sillage de Womanity régulièrement. Evidemment moins souvent que Angel, évidemment aussi qu'il démarre plus lentement que ce qu'en attendait la maison Mugler (sans doute), mais ça commence !

Géraldine a dit…

Je trouve cela rassurant en effet qu'un tel parfum, non formaté, soit récompensé. L'artillerie lourde est bien là, mais il semble qu'il y ait un vrai parti-pris créatif.
La première fois que je l'ai senti, je l'ai trouvé très écoeurant. Je l'ai ressenti récemment, sur touche, et tout comme Angel (que j'avais adopté dès sa sortie et que j'ai laissé tomber par la suite, lassée de le sentir sur toutes les femmes que je croisais !)en dosage parcimonieux ça ne m'étonnerait pas qu'il fonctionne bien.
Les déclinaisons d'Angel ont été infinies (crème pour les mains, brume pour les cheveux, diverses concentrations...) Gageons que si Womanity va vers le même succès, si les actionnaires lui laissent le temps de s'installer, il connaîtra autant d'interprétations !
En revanche pour la note caviar... c'est pas que j'en mange tous les jours mais à part une petite note iodée j'ai du mal à faire le lien !

méchant loup a dit…

Géraldine, pour la note caviar, il y a en effet une petite note iodée (je pense que c'est l'Hélional), mais il y également un effet salé, dont je ne connais pas les secrets de fabrication. Quant aux déclinaisons à venir, je pensais plutôt à l'exploration de facettes intéressantes, comme le fait déjà Mugler en explorant des vieillissements en fûts, des travaux sur différentes facettes (rose, violette, bois) de leurs parfums. Pour moi, c'est une démarche intéressante, qui permet de porter un regard nouveau sur un parfum comme Angel, AMen ou Alien, et elle se distingue de l'exploitation simple d'un flanker. Sans être dénuée d'intéret commercial (il ne faut pas se leurer), c'est tout de même méritoire.

l.air-de-rien a dit…

pour la note salée c'est du à la calone, il y en a une quantité indescente dans ce parfum et c'est ça qui est génial avec tous les parfums de Mugler! Les overdoses harmonieueuses. Je n'ai jamais trouvé une seule marque qui sache à ce point pousser des matières premières bien au-delà des limites acceptables et pourtant : c'est beau et c'est bon! Du pur géni!!