mardi 10 avril 2012

A Men, le goût du parfum sublimé de piment rouge - Thierry Mugler 2011 : voyage gustatif en forêt noire ?

Fin 2011, j'étais passé relativement rapidement sur ce parfum qui fait partie de la collection de variations sur le thème de A Men. Ceux-ci, qu'il soient Pure Coffee, Pure Malt, Pure Havane, sont tous, je le remarque à mon détriment car je les ai laisser passer, voués à devenir collectors. Collectors, de par leur flacon, mais aussi par leur fragrance, qui, à chaque fois, étonne, surprend en envoyant valser les tonalités chaudes de A Men vers des territoires que l'on imagine pas à priori. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, A Men se métamorphose.

Pour les variations sur le thème du goût du parfum, la marque Thierry Mugler enrichit l'accord de base d'un extrait de piment rouge. Et le résultat est surprenant : très présent, le café se dévoile immédiatement en duo avec cet extrait de piment, mais ce qui me surprend aujourd'hui, c'est le résultat de cet accord. Les notes de tête, finalement, me font plutôt penser à des notes de cerise noire et donc, pas extension à la fameuse Swarzwald Kirschtorte, succulente forêt noire.

Poussé par le café, relevé par le piment, le chocolat originel de A Men devient plus intense, plus corsé, la vanille se révèle presque réglissée et safranée, dans un accord au final assez sombre, qui serait d'une couleur entre le noir et le pourpre. Gustatif en diable, l'évolution sur peau se fait boisée, le cèdre et le patchouli réchauffent le tout, et curieusement, se mêlent au chocolat noir pour réveiller un accord qui rappelle subtilement et sans excès, la noix, accord que l'on trouvera également dans le fond d'un autre beau parfum : Chypre Rouge de Serge Lutens.

Jamais aussi sucré que son ainé, plutôt sombre, corsé, intense, la griotte/chocolat de A Men le goût du parfum est une très belle innovation, un excellent travail sur le gustatif appliqué au parfum, tout en subtilité. C'est une série limitée, et, comme pour les autres variations, c'est dommage, mais c'est aussi le jeux.

Illustrations : Schwarzwald Torte (forêt noire), Thierry Mugler.

3 commentaires:

Jicky et Phoebus a dit…

Plus j'y repense, plus elle était vraiment géniale cette collection le goût du parfum Mugler....

(mais je reste un inconditionnel de Womanity et de Alien, respectivement chutney de figues et caramel au beurre salé)
Pour le coup, je le souviens plus trop de celui ci, mais la tête m'avait laissé cette impression de contraste, que je trouve propre à A*Men, entre le chaud et le froid. C'est ça : des épices froides et un cœur chaud !

J.

méchant loup a dit…

Ach ! Revelazion ! Je viens de me rendre compte complètement par hasard, alors que je sirotais une canette de Dr Pepper avec A Men "Piment" sur le poignet que ces 2 là se faisaient écho, c'est hallucinant ! A Men dévoile donc bien des accents de cerise noire, comme le Dr Pepper, et j'y découvre aussi en le portant souvent en ce moment, une note de cannelle dans le fond, liée à la "noix " dont je parle. Du pur gustatif, ludique certes, mais rudement bien foutu. J'en suis dingo, littéralement.
Et du coup, vous savez quoi : je me suis mis en quête d'un Pure Coffee, Pure Havane et Pure Malt et hop, bonne pioche pour ce dernier hier. Lui, me surprends également par une facette fruitée d'abricot confit.... Dingo je vous dis.

chrisfred a dit…

A men pure havane revient dans les magasins et doit rester au catalogue ;)
c'est clair toutes le variations d A men ont quelque chose de particulier!
Par contre moi je suis une fan de B men