mardi 3 décembre 2013

Voilà pourquoi j'aimais Rosine !

Vous l'aurez sans doute remarqué, mais depuis un mois, je parle beaucoup des parfums de Rosine ! Pourquoi autant d'enthousiasme de ma part me direz vous ? Et bien la réponse est simple : parce qu'on n'en parle pas assez, parce que notre soif de nouveautés à tous nous pousse à vouloir toujours plus neuf, plus "in", plus "fashion" et sans doute aussi plus cher. Pourtant, négliger cette maison, c'est passer assurément à coté d'un patrimoine important non seulement de l'histoire du parfum, mais aussi de la parfumerie actuelle.

Remis sur le devant de la scène par Marie Hélène Rogeon depuis environ vingt ans, Les parfums de Rosine ne connaissent pourtant qu'une diffusion limitée. Ne serait-ce pas là ce qui fait leur force aussi ? A force de toujours vouloir sentir de nouvelle choses, on en oublie parfois de se concentrer sur l'essentiel : la recherche d'un parfum pour soi, celui, avec lequel on se sent bien et surtout, choses assez rare aujourd'hui pour être soulignée, celui vers lequel on aura envie de revenir et aura su fidéliser. Ceci, beaucoup de marques anciennes et nouvelles s'en contrefichent et se contentent de lancements réguliers pour faire parler d'elles et rester dans le coup. Souvent, il faut bien le constater, si l'on craque pour une nouveauté, le flacon se vide relativement lentement.

Alors, si vous prenez un jour le temps et faites l'effort (prenez cela comme une aventure), d'aller faire un tour dans les rares points de vente de la marque, voici quelques conseils, aussi modestes soient ils : 

- ayez à l'esprit d'être là pour sentir du parfum et rien d'autre.

- n'ayez pas en tête que vous allez ne sentir que de la rose, car, même si elle est en effet au centre du concept et du nom de la marque, elle ne constitue bien souvent qu'une trame, mais pas l'odeur principale des parfums : par exemple, les amoureux d'épices aimeront Majalis, les fans de tubéreuse et de fleur d'oranger seront ravis de découvrir Vive la Marié, ceux qui aiment les notes marines se loveront sans doute dans les effluves délicates et très finement travaillées de Ecume de Rose, les aficionados de thé vert se plairont à découvrir Un Zeste de Rose, les hommes avides de "fraîcheur citronnée qui tient" risquent d'être conquis par Rosissimo, et si comme moi vous craquez pour Rose d'Homme, que je porte depuis longtemps et de manière très régulière, vous remarquerez que ce parfums présente des facettes boisées, chyprées, tubéreusées et cuirées. 

- faites fi du décorum et dites vous que cette maison propose de la qualité, soyez en certains car vous ne serez pas déçus. Touchez les flacons, testez la vaporisation, remarquez les finitions. Un vrai travail de parfumeur, modeste et moins "star" que François Demachy, Thierry Wasser ou Jean Claude Ellena certes, et une direction artistique conduite par Marie Hélène Rogeon, plus discrète que celle de Tom Ford ou de Serge Lutens, est palpable derrière les parfums. La qualité des matières, des textures est bien là, et le style d'un grand nombre des parfums de la marque ne fait pas daté ; ils se portent très bien avec des tenues actuelles, aussi bien en casual chic qu'en tailleur ou en costume. 

- soyez donc certains que vous ne serez pas décalés par rapport à la mode ou au marché, car souvent, les parfums sont parfaitement contemporains, et reprennent soit des codes de la parfumerie grand public comme Glam Rose, soit de grands classiques comme Secret de Rose, mais avec un travail sur les textures et les matières de fond très poussé. Ils ont tous, en général, une créativité, et une signature qui leur est propre, comme Rose Praline, et surtout, ils "travaillent" avec la peau.

La rose ? Elle parle, mais souvent en sourdine, comme si la plus belle fleur de la parfumerie était indispensable à ces belles créations, c'est une des vérités de la marque, mais les parfums, eux, vont par conséquent souvent bien au delà de ce que pourrait être une soli-note de rose. 

Un des atouts les plus forts de la marque, qui ferait bien des envieux, c'est de savoir vous faire revenir, car si vous en trouvez un pour vous, ce qui est mon cas pour Rose d'Homme, vous aurez je pense, envie de reprendre un flacon si le premier est vide, voire de vous laisser séduire pas un extrait, tous superbes.

Voilà pourquoi j'aimais Rosine, et voilà pourquoi j'aime toujours, je suis triste qu'elle soit si peu diffusée et peu présente dans les boutiques "in", et je serais bien déçu si la marque se faisait littéralement "bouffer" et disparaissait parce que tout le monde ne parle que de Serge Lutens, Annick Goutal, Frédéric Malle ou Tom Ford, qui disposent certainement de moyens beaucoup plus importants pour se faire voir !
Ferez vous ce tout petit effort de passer au delà de la mode et du "must have du moment", simplement par amour du parfum ? Pour le moment, j'avoue, je me sens parfois un peu seul !

Illustration : Les parfums de Rosine - une partie de la gamme, la boutique du Palais Royal à Paris, Folie de Rose, Rose d'Homme.


12 commentaires:

vizcondesadesaintluc a dit…

tous les parfums Rosine ne sont pas disponibles en Espagne mais Rose d'homme est un parfum peu connu mais très apprécié que je conseille aux hommes comme aux femmes.
Cordiales salutations de l'Espagne
Sara

Méchant Loup / Thierry a dit…

Et oui, il semble que la distribution ait connu des défaillances en Espagne, et les parfums deviennent introuvables.
Rose d'Homme, comme beaucoup d'autres de la marque, peut indifféremment être porté par les hommes ou les femmes. Je le porte et il se fait désirer si je le laisse !

Anonyme a dit…

Un beau sujet pour une belle marque indépendante qui est déjà à 2 résurrections avec son nom né au début du XXième Siècle (avec un Poiret qui engageait déjà son talent dans la Mode et le Parfum....sans connaître la trajectoire d'une Mademoiselle Bonheur) et un mauvais faux départ de la Maison actuelle à la fin du même siècle..."I Will Survive" pourrait dire Rosine...qui le mérite bien comme vous le signalez si justement Méchant Loup...Vous n'êtes pas seul...tout au fond de la nuit...sous les Arcades Valois....et "Rose d'Homme" a notamment toute sa place dans ma collection avec son fond Cuiré non tapageur...Et un bonheur comme celui là à 98€ les 100ml..je dit "Banco" et bye bye Sephora ( ou Lutens : il n'y a pas que lui finalement pour mon bonheur au Palais Royal ^^)
Portez-vous bien :)
AdRem

Anonyme a dit…

P.S: pour les flacons "Homme" leur aspect me fait penser à une version plus luxueuse de "Minotaure" de Paloma Picasso... ^^

Tangerine a dit…

Les parfums de Rosine sont tous très bien faits, de Twill Rose à Rose Praline… Merci d'en avoir parlé !

Ambre Rouge a dit…

Et bien justement, aujourd'hui, c'est ma journée "école buissonnière" et je compte aller faire un tour au Palais royal. Je vais de ce pas suivre vos conseils! Majalis et Ecume des roses me font bien envie....

Méchant Loup / Thierry a dit…

Comme tout cela fait du bien a lire ! Prix encore raisonnables pour les eaux de parfum (les extraits sont très beaux mais très chers), et qualité bien présente (touché des flacons, travail des finitions et de la vaporisation, qualité des matières premières, accueil).
De plus, c'est un peu comme l'Artisan parfumeur avant ses dernières folies, il n'y en a aucun que j'arrive à detester, et même s'ils ne sont pas tous renversants, ils sont tous d'un équilibre remarquable sur peau.
Autre chose à mettre au crédit de la marque : sa réussite au Japon, où se sont imposés Zeste de Rose et Rose d'Homme, naturellement, par référents culturels à la culture du thé et de l'encens des temples. Bravo !

Anonyme a dit…

Le probleme de la marque, des parfums uniquement construit autour de la rose soliflore, ca se vend mal, surtout a l'etranger, les americaines ont toujours boude la rose. Justement pour rivaliser avec l'univers de Serge Lutens, il aurait fallut que la marque s'inspire directement de l'heritage extraordiaire des parfums de Rosine pour Paul Poiret!
Les redites c'est le gros probleme des parfums confidentiels ou comme l'on dit souvent de niche.
Plus grand monde ne s'interesse serieusement aux nouvelles Hermessences, toutes plus agrumes et pamplemousse les unes que les autres, qui parle encore des declainaisons a n'en plus finir de Montale autour de l'oud? D'autant plus que toutes les marques ont pique ce filon commercial, a l'exception de Serge Lutens, qui lui a toujours une longueur d'avance, normal, l'industrie du parfum le copie depuis vingt ans, avec un train de retard bien sur.



Emma

Méchant Loup / Thierry a dit…

Le problème serait plutôt la lecture que l'on fait de la marque des parfums de Rosine, car les parfums ne sentent pas tous la rose de manière évidente, et on peut aimer ces parfums, pourvu qu'on les découvre, même si l'on a des a priori sur cette fleur. C'est sur ce point que je voulais insister dans l'article.
Pour Montale, si tout le monde s'en fout chez nous, honnêtement, ce n'est pas bien grave et chez Hermes, en effet, il serait peut être temps que le parfumeur, qui est un très bon sélectionneur de matières premières de qualité et doué d'une finesse certaine, soit un peu plus original dans son écriture. Le dernier "Déclaration de Fuel for Life Spirit au cumin torréfié sans bois qui piquent", dit Epice Marine, parait bien pauvre en regard de ce dont il a été capable.
Pour Lutens,on ne peut que reconnaitre sa contribution à la parfumerie contemporaine.

Anonyme a dit…

J'avais achete dans les annees 90 Mea Culpa des parfums de Rosine, c'etait une belle tubereuse fruitee et pulpeuse qui me plaisait bien, on trouvait la marque dans certains points de vente a New York. Des que la strategie a ete de retirer ce parfum du catalogue pour ne se recentrer que sur des roses au debut des annees 2000, a l'heure ou Annick Goutal marchait fort aux Etats-Unis (nettement moins le cas aujourd'hui), ou Serge Lutens et Frederic Malle commencaient a percer on ne trouvait deja plus de points de vente des parfums de Rosine et l'interet de la communaute parfum sur internet n'a jamais ete assez important pour renverser le cours des choses.

Ma deception est profonde pour Hermes. La encore, la strategie de lancer des parfums "Jean-Claude Ellena" et non Hermes me choque. Jour d'Hermes est une redite de pas mal d'accords que l'on retrouve dans les Hermessence et surtout un parfum qui n'a rien d'un grand feminin digne d'une marque comme Hermes. C'est le parfum le plus triste que j'ai senti depuis des annees! Une soupe froide vegetale de navets et de banane verte, une remanence atroce, un sillage transparent et minimaliste pousse a l'extreme. Un parfum qui n'est pas un parfum mais un sent-bon pour aller travailler dans un "cubicle" en ne derangeant surtout personne! Parce que personne ne sentira Jour d'Hermes sur vous apres vingt minutes.


Emma

Anonyme a dit…

effluves :

Je suis rentré grâce à vous dans la boutique du palais Royal "Les Parfums de Rosine. Mon intérêt pour les parfums est récent (3mois) et donc mon aptitude à distinguer un bon parfum d'un mauvais est limitée également. Je venais pour visiter la boutique Lutens et tester les exclusifs pour la première fois et en commençant par Rosine sur votre conseil, j'ai été émerveillé. J'ai testé sur touche Rosissimo, Rose D'Homme et Twill Rose. Sur peau j'ai mis Twill Rose qui m'a parlé. Rose d'Homme m' a bien évidemment plu également. Mais Twill Rose m'a rendu addictif tout de suite.
Je ne serai dire pouquoi ? Peut-être son coté vert/ poudré que je perçois et son fond boiséet musqué. comme vous je suis déçu que personnes n'en parle sur les blogs ou presque. Encore merci pour cette découverte.

Anonyme a dit…

Effluves.

Désolé quelques fautes d'orthographe m'ont échappé.