lundi 20 octobre 2014

Elie Saab, Essence N°4 Oud : un parfum "ouddoux" ?

Quand Francis Kurkdjian s'attaque au bois du oud, au combien à la mode mais au combien galvaudé aussi, il sait le faire avec douceur et différence. En effet, outre "son" oud dans la gamme de sa maison FK, dans ce travail pour Elie Saab, il sait garder cette part de douceur et de naturalité qui fait que "ses" ouds, sont finalement, avec ceux de Bertrand Duchaufour, les plus dignes d'intérêt sur un marché inondé.

Ce que je trouve assez merveilleux dans cet Essence N°4, c'est l'idée d'avoir travaillé le cèdre et le oud ensemble, dans un cheminement naturel issu d'une réelle affinité entre le parfumeur et le couturier, sachant qu'Elie Saab est libanais et que le cèdre, lui, est l'emblème du pays. L'accord de ces deux bois nobles fonctionne à merveille ici. Après un départ frais et fugace relativement cologne, le parfum dévoile un sillage très souple autour d'une fleur solaire entre le lys et le jasmin, puis se fond dans les bois où se réveille un cèdre puissant et mat, ponctué d'une touche de pin qui apporte cet aspect camphré proche de ce qu'il sent dans la nature. Un soupçon de poivre le masculinise et l'affine, comme il le fait dans Poivre Samarcande. Enfin, un oud, sans doute naturel, dévoile son animalité contemporaine sur une pointe de mousse et une facette un peu menthée. 

Le parfum n'est pas des plus faciles, mais il a le mérite d'être singulier, avec ce fond boisé moussu un peu sombre et qui "grince" un peu comme dans M/Mink de By Redo, ce qui le rend finalement très addictif. Le poivre et le oud participent au jeu qu'il aime faire avec la peau, et les fameux "bois qui piquent", qui souvent agacent dans ce type de parfum ne se font présents qu'avec parcimonie. Ce parfum me fait voyager au pays des cèdres nobles, provoque une sensation d'élégance et de puissance, comme le fait aussi Poivre Samarcande, tout en ayant également cet aspect cuir doux en fond "à la Cuir d'Ange", et tout en illustrant olfactivement le reflet des perles noir-pétrole sur les robes du couturier.

Ce n'est pas un parfum doudou, c'est certain, mais il s'apprivoise pourtant de la même manière, tellement cet accord de oud-doux s'accorde et se fond à la peau. Alors oui, certes, il est très cher, mais on commence presque à s'y faire. C'est à mon avis le plus intéressant de la gamme des 4 Essences, et sans doute un des ouds qui mérite un minimum son prix.

Illustrations : cèdre du Liban et parfums Elie Saab.

2 commentaires:

robelle la a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Méchant Loup / Thierry a dit…

Je vous remercie pour votre intérêt, mais je suis désolé,ce blog n'est pas un blog pour faire de la publicité, quelle qu'elle soit !