mardi 23 février 2010

Mûre et Musc - l'Artisan Parfumeur 1978 : fruit défendu.

Mûre et Musc est devenue en trente années une sorte de légende, un parfum que l'on range sans hésiter parmi les parfums cultes. Mais d'où peut donc venir ce succès ? Né douze années après Eau Sauvage, Mûre et Musc s'en inspire sans vraiment le crier. Ce n'est effectivement pas une évidence, mais en y prêtant bien attention, comme l'a si justement fait remarquer Jeanne sur auparfum, Mûre et Musc et Eau Sauvage sont bien de la même lignée. Cette ligne simple, limpide, un accord facile à lire et unique, voilà peut être un cocktail bien dosé pour durer.

Pour en avoir le coeur net, j'ai moi même mené une petite expérience. Mettre l'Eau de l'Artisan, très proche de Eau Sauvage dans son effet sur une touche, ajouter quelques gouttes de frambinone, qui sent la framboise, et de galaxolide, musc blanc réputé à l'odeur douce de mûre. Comparer ensuite cette grossière juxtaposition à Mûre et Musc et figurez vous que le résultat est édifient, la filiation étant évidente avec une conclusion qui s'impose d'elle même : Mûre et Musc n'est pas uniquement un parfum fruité. En effet, cette comparaison fait ressortir la trame aromatique d'estragon et de basilic, les citrus, un peu d'hédione et une pointe qui fait penser à la cannelle. Il y a aussi peut être un peu de patchouli pour un effet chypré que mentionne Jeanne, mais que je ne perçois pas autant que quelques notes propres et savonneuses pas désagréables pour un sou. Ce qui ressort, c'est bien un accord fruité de mûre et de framboise qui, associé à la finesse de cette construction aromatique, propre et légèrement chypré donne à ce parfum son empreinte unique. Pour le représenter, j'ai choisi une nature morte : des fruits bien présents, le bois des branches, les feuilles un peu piquantes et le filet argenté qui recouvre la coupelle, qui pourrait illustrer cette transparence apportée par l'hédione, comme une sorte de joli contenant.

J'ai toujours reconnu ce parfum quand je l'ai senti porté, et il faut bien avouer que parmi les soupes aux fruits très à la mode actuellement, ce Mûre et Musc me donne très envie de le défendre; un fruit défendu en somme, car il tire très bien son épingle du jeu de nos jours, surtout face à Améthyste de Lalique, Jeanne de Lanvin ou Fuel for her de Diesel.

Deux variantes sont disponibles, Mûre et Musc Extrême, qui appuie sur la framboise, plus charnel, plus sombre et l'Extrait, enrichi de rose par rapport à la version extrême et qui souligne un peu plus les facettes chyprées et épicées. L'Eau de Mûre et Musc, où le pamplemousse apportait une pointe acidulée et un peu de lumière contemporaine était une interprétation intéressante mais hélas en série limitée qui n'est plus disponible aujourd'hui.

Si vous êtes un homme et que vous ne craignez pas les fruits, comme dans Oval de Eden Park ou l'Amoureux 6 de D&G par exemple, l'aspect légèrement savonneux de Mûre et Musc et la facette aromatique peuvent très bien vous plaire. Il sera approprié pour un week end en tenue décontractée par exemple. J'ai testé, sans remarques particulières, à bon entendeur !

Après coup, j'ai oublié quelques remarques et précisions : la trame aromatique de Mûre et Musc fut sans doute reprise dans le travail sur l'Eau de l'Artisan, ce qui donne comme un air d'Eau Sauvage à ce dernier. Et, parce que je le porte régulièrement, et que j'ai comparé les deux parfums sur peau côte à côte, j'ai l'impression de lire la trame aromatique-savon-framboise-musc blanc aussi dans Fou d'Absinthe, en filigrane mais bien présente, et envahie d'un chaud-froid d'épices du plus bel effet sur peau. Lui aussi pour le coup, j'en suis fou.

Illustration : Raphaëlle Peale.

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Très belle revue du best-seller de l'AP! Personnellement je la préfère dans sa version extrême, mais je lui ai préféré...Amethyst de Lalique, eh oui! Je la trouve tout simplement plus féminine sans manquer de personnalité pour autant, je la porte en été et elle fait son petit effet! Mais je comprends que nombreuses lui préfèrent l'original.

Anonyme a dit…

Dsl, oublié de signer:clochette

méchant loup a dit…

Même si j'aime aussi le Lalique, j'ai tendance à préférer le sillage de l'original, imité, mais pas encore égalé.

Six' a dit…

Pour ajouter une note amusante de (bien curieuse) boucle de bouclée en parfumerie: tu as remarqué à quel point le dernier parfum urne de Caron ressemble à M&M?

méchant loup a dit…

Ouh !!!
Caron, j'ai du oublier cette marque depuis que j'ai senti Tabac Blond en extrait... soit il y a environ 15ans ! Donc, le dernier, c'est un grand mystère ! Vaut il le coup ?

Anonyme a dit…

Je comprends tout à fait et d'une certaine manière je préfère aussi M&M même si j'ai choisi de porter le Lalique; toutefois je ne mets pas ce dernier dans le même sac que les "soupes de fruits synthétiques" qui sortent à la louche, type Eau Mega, Scarlett, Fuel for her, Rose the One et même le dernier Givenchy que je viens de découvrir, Mademoiselle (la tête que feraient Audrey et Hubert...)
Il me semble qu'on en a déjà parlé, à propos de Sicily ici-même (si ma mémoire est bonne),les créations de Nathalie Lorson brillent plus par leur féminité leur qualité et leur équilibre parfait que par leur originalité. d'un point de vue féminin, j'ai toujours envie de porter ses créations même si elles ne cherchent pas à étonner, la plus ambiguë étant probablement Perles, que j'imaginerais aussi bien sur un homme même si elle relève la féminité.
clochette

méchant loup a dit…

Bonjour Clochette, j'essaie également de m'attacher à cette idée de féminité et d'équilibre, qui effectivement n'est pas toujours synonyme d'originalité, et qui est assez rarement soulignée lorsque nous apprécions un parfum. Vu sous cet angle, le Lalique est effectivement plus féminin que Mûre et Musc.

Six' a dit…

Ciel, sacrilège! ;)

Tu as pu sentir Tabac Blond en extrait il y a 15 ans (donc encore à peu près intact) et t'en remettre? Ca a été une de mes plus grandes claques parfumesques... ;)

Honnêtement, ce dernier Caron, je ne m'y suis pas plus attardée que ça, étant donné que:
1) il remplaçait Alpona (ù£%$^!!!)
2) à ma première impression en tout cas, ce n'est certainement pas ce dont on s'attendrait d'un Caron...

méchant loup a dit…

Quelle claque ce Tabac Blond en effet !
Et je regrette d'être passé à coté des extraits de Farnesiana et Bellodgia à une époque où l'on ne pouvait préjuger du devenir de Caron et du massacre infligé par les normes !
Aux antipodes de Mure et Musc, mais qu'il est bon de se remémorer ces références qui ont écrit l'histoire du parfum.
Hélas, les Caron ont disparus dans leur forme "ancienne", Mure et Musc perdure, et se pose même en icône avec son écriture simple qui survit à ses contemporains.

soph a dit…

àpropos de mûre et musc, savez vous que l'extrait va être arrêté? c'est dommage mais apparemment il ne se vendait pas assez.... bref..

tabac blond en extrait il y a15 ans, quelle chance!

Moon Palace a dit…

Mechant Loup, la encore Luca Turin estime que la version reformulee de Mure et Musc (restrictions IFRA de certains musc obligent) n'est plus aussi belle que l'original.
Il condamne aussi la version M^M Extreme, selon lui une concentration mievre qui n'a absolument rien d'extreme.

J'aime bq Oeillet Sauvage, malheureusement discontinue mais je prefere encore sa disparition du catalogue plutot que d'assister au massacre de reformulations puisque desormais les concentrations d'eugenol (oeillet) en parfumerie sont fortement reglementees par l'IFRA.

méchant loup a dit…

Malheureusement, je n'aipas connu la version originale de Mure et Musc, et celle qu j'ai a au moins cinq ans !
La version extrèmeme fait l'effet que me font souvent les versions eau de parfum : elles arrondissent le parfum en allourdissant inutilement la mélodie, et dans le cas de M&M, l'eau de toilette se suffit à elle même !
Et oui, j'ai appris que l'extrait allait être arrêté, car il ne se vendait pas. Et pour sûr, à 180€ le flacon, ce n'est plus "l'Artisan", qui sont plutôt de bons parfums de peau et des idées stylisées que des produits de luxe au prix exorbitant.