vendredi 3 juin 2011

Aura - Swarovski 2011 : nous, nous, nous, c'est le goût !

On ne peut pas dire que Aura fasse partie des parfums que j'affectionne et encore moins des beaux et rares coups de coeurs qui marquent une année. Pourtant, quelque chose retient mon attention dans le sillage de cet Aura ! Un petit quelque chose qui me titille les papilles, comme une sensation familière qui vient de l'inconscient. Lors de l'élaboration de ce parfum, ne serait on pas aller chercher quelque part dans nos assiettes et dans la salle de bain un certain accord qui plait, car à la fois rare, original, noble et facilement reconnaissable : celui de la rose associée au litchi ?

Techniquement, il s'agit d'équilibrer un accord entre les différentes molécules que la rose a en commun avec la violette, la framboise, le géranium et le litchi. Ceci vaut à la fois pour la parfumerie mais aussi en cuisine et pour les arômes alimentaires. Ce travail avait déjà été amorcé par Mirage de Lancôme il y a de cela quelques années, puis il se retrouva en filigranes dans quelques lancements qui n'ont pas duré, et c'est avec Aura à mon sens qu'il arrive a son paroxysme. Alors, il ne serait pas étonnant d'apprendre que les arômes alimentaires aient joué un rôle dans la conception d'Aura. Cela prouve qu'il peut être amusant parfois d'associer parfum et cuisine. A ce propos, je me suis laisser dire qu'un atelier Mugler verra le jour dans ce sens à la rentrée. Prometteur de belles surprises me semble t-il ?

Mais revenons à un petit tour d'horizon de ce qui a pu inspirer Aura et sa trame de litchi rose, ourlée de muguet et d'ylang-ylang pour évoquer la transparence du cristal de la marque éponyme, le tout se fondant sur un accord légèrement vanillé, comme une pâtisserie dont nous allons parler ! Alors oui, il sera donc possible d'affirmer qu'Aura a bien puisé son inspiration dans la cuisine et sous la douche !! C'est parti !

... petite soirée tranquille :

Dans la cuisine tout d'abord, je relève le macaron qui porte le nom d'Ispahan d'un célèbre pâtissier parisien où l'on fait souvent la queue. Rose, litchi et vanille .... tient tient !!! Vous avez choisi de l'apporter pour le dessert !

L'une de vos invités, très à cheval sur sa ligne, préfère ne pas succomber à cette tentation et prendra un yaourt. Pas de soucis, il y a dans votre frigo la toute dernière trouvaille de Mamie Nova, qu'elle est allée cueillir elle même : le fameux yaourt gourmand au litchi ! Elle goûte et trouve qu'il ressemble beaucoup à Aura que vous portez ! Comment est-ce possible ?

Alors que vous venez de terminer avec vos amis le repas copieux et savoureux suivi du fameux macaron Ispahan, une petite tisane est la bienvenue. Pour redonner un peu d'aura et d'énergie à votre estomac, une petite infusion Délicatesse Rose-Litchi de Lipton vous tente t-elle ? Tient donc, ça ne vous rappelle rien ?

Ouf, la soirée se termine, les invités quittent un à un l'appartement et vous ne rêvez que d'une chose : une bonne douche avant de vous coucher. Et là, dans la salle de bain, machinalement, vous attrapez le gel douche Tahiti .... au Litchi ! Encore !

Moi, je n'ai donc qu'une chose à dire : ne seriez vous pas une addict sans le savoir ? Du gâteau à la douche, en passant par la tisane jusqu'au parfum que vous portez, et si l'on fait un tour dans votre cuisine, l'on remarque également un sirop Monin au litchi et un thé aromatisé à la rose et au litchi. Heureusement, vous n'avez pas tout sorti ! Ainsi, tout ce que vous aurez touché de près ou de loin pendant cette soirée joue sur la corde rose-litchi ! Comment, vous n'aviez pas remarqué ? Lâchez prise, vous êtes peut être sous l'influence d'une aura au delà d'Aura !

Illustrations : Swarovski (bijoux et parfums), Ladurée, Mamie Nova, Lipton, Colgate Palmolive.

8 commentaires:

Andy a dit…

Ah Méchant loup, j'ai bien ri. La personnage qui possède vraiment tous ces articles est un réel obsessionnel ! Ceci dit, j'en connais qui font un peu pareil avec la fleur d'oranger, la menthe... Personnellement, cet accord rose-litchi me révulse lorsqu'il sort du pur alimentaire, mais c'est tout personnel!

Patrice a dit…

Le litchi est un fruit assez étrange pour moi, je ne sais pas si j'aime ou pas. Ce goût de rose me dérange, certainement trop l'habitude de le sentir et non le goûter!
Mais le pire du pire (pour moi), en mangeant un litchi, c'est cette amertume astringente qui me hérisse les poils lorsque l'on arrive vers le noyau!
Bref, c'était le moment "racontage de life", mais c'est dans le thème après tout!
Cette amertume n'est pas présente dans le parfum, heureusement, car il y a déjà cette horrible note soufrée! J'ai d'ailleurs été surpris que vous ne l'abordiez pas!

méchant loup a dit…

Ca m'a amusé de partir sur un accord "tendance" même si on peut faire exactement la même chose avec la vanille, la menthe et la fleur d'oranger en effet.
Pour ma part, je suis assez fada de la tisane Lipton dont je parle, car elle est assez sophistiquée pour une grande marque et fait preuve d'un bel équilibre aussi bien au nez qu'en bouche. Et le litchi est un fruit que j'aime bien "au sirop". En revanche, j'ai du mal a percevoir la note soufrée dont vous parlez dans le parfum Aura.

méchant loup a dit…

Et pour le macaron, là, c'est un vrai bonheur à partager volontiers

Patrice a dit…

Pourtant c'est ce qui m'a sauté au nez et rebuté dès les premiers instants. Avant même de discerner la purée de fruit!
C'est une note chaude et... je ne saurais la décrire correctement, mais apparemment je ne suis pas le seul à l'avoir senti. C'est ce qui m'a interrogé sur qui pouvait porter un truc pareil!

Géraldine a dit…

Je n'ai pas senti Aura... je crois que je vais simplement continuer à craquer de temps en temps sur un Ispahan... en évitant de m'en tartiner derrière les oreilles :-)
A-t-on envie de sentir sur soi ce que l'on aime manger ? Et là je parle bien sûr plus de cornes de gazelle ou de salade de fruit que de côte de boeuf / os à moëlle (grrrrr).
Cette question me turlupine.

méchant loup a dit…

Patrice, peut être est-ce la framboise ou l'ylang ylang qui peut avoir un effet soufré parfois ? Je ne saurais vraiment pas répondre précisément à cette question ?
Sinon, Géraldine, la réponse à la question que tu soulèves est complexe car tout ce qui touche au gustatif n'est pas si éloigné de ce qui est utilisé dans nos parfums. Dira t-on que Serge Lutens va trop loin avec ses prunes confites de Boxeuse et son tajine aux épices de El Attarine ? N'y a t-il pas dans le fond de tous les grands Guerlain une note de gâteau tout droit sorti du four ?
De plus, le goût et l'odorat étant liés dans notre cerveau, l'un ne peut fonctionner indépendamment de l'autre, et la frontière est très mince.
C'est sans doute en toute connaissance de ces phénomènes que la marque Swarovski a travaillé sur Aura. Ce parfum va pourtant plus loin que le coté purement gustatif, c'est un "vrai" parfum, mais il puise sa signature de manière tellement évidente dans cet accord rose litchi que l'on trouve dans des produits de consommation courante que je trouvais intéressant de le soulever.

Géraldine a dit…

C'était en effet une approche très intéressante, Méchant Loup.
Nous avions évoqué ici même il y a quelques temps les résonances entre parfumerie de conso courante et parfumerie. Sur l'alimentaire, la question vaut le coup aussi.
Les amateurs de parfums sont-ils tous de grands gourmets? C'est mon cas, en tout cas. J'aime le vin, le thé, la gastronomie dans tous ses états -y compris les produits les plus simples. Le parfum est pour moi une sorte de déclinaison de cette appétance, avec l'avantage de pouvoir être consommé sans limites ni risque pour l'organisme !
Pour ma part je n'apprécie pas forcément sentir sur moi ce que j'aime goûter. Je serai par exemple peu tentée par un accord pomme canelle ; en revanche, la vanille, le zeste de citron, le pruneau... pas de souci.
Notre tolérance est reste meilleure avec le sucré : d'où le succès des parfums gourmands.
Je ne boude cependant pas complètement mon plaisir à sentir sur ma peau un parfum qui me met l'eau à la bouche... certains le font sans être alimentaires, d'ailleurs : c'est le cas pour moi de Musc Ravageur, qui m'excite littéralement les papilles et me donne envie de lécher ma peau (oui je sais c'est débile, mais c'est ainsi !)
Ces résonances me semblent, en tout cas, inépuisables...