samedi 29 novembre 2014

La mandarine, parfum de saison non ?

 
Avant d'avoir envie d'écrire cet article, je me suis demandé pourquoi j'aimais porter un parfum de mandarine en cette saison, car depuis environ trois ans, quand les premiers froids commencent à se faire sentir, c'est comme si j'en avais besoin. J'ai alors compris il y a peu que la mandarine, en fait, et c'est presque une évidence, est un fruit de saison. Instinctivement, mon odorat et mes besoins parfumistiques se sont dirigés vers les deux parfums qui l'exploitent, tous deux dans une vision assez différente, mais autour d'un trait commun. J'omets volontairement Mandarine Mandarin de Lutens, car celle-ci est beaucoup plus confite, donc moins vive et d'un effet moins naturel que ces deux là.

Le premier est Mandarine, de l'Artisan parfumeur. Celle-ci, très présente et reconnaissable au départ, se développe ensuite vers des notes florales plus chaudes et s'enveloppe dans les muscs blancs. J'aime particulièrement le lien que fait Olivia Giacobetti entre le vivifiant du fruit et la douceur suave de la fleur de frangipanier, qui apporte douceur et un peu de volupté à la texture. Le cèdre et le gingembre, que l'on ne sent pas trop dans le parfum, ne font que "soulever" les notes de mandarine et appuyer le coté frais et vif de cette eau de Cologne qui se vaporise généreusement. Jamais envahissante, toujours juste, cette mandarine donne la pêche pour affronter les froids de l'hiver. 

L'autre mandarine est celle de Hermès, L'Eau de Mandarine Ambrée, concoctée par le talentueux Jean Claude Ellena, et là, j'avoue être bluffé par le trompe l'oeil olfactif qu'il a réussit à harmoniser. Les toutes premières notes ne trompent pas, car il s'agit bien du beau parfum juteux et vivifiant du fruit, mis en valeur par toutes les matières de la palette du parfumeur qui permettent à l'essence de mandarine de se soutenir. Une base fruit de la passion prend le relai pour lui donner de la rondeur, mais là où je reste scotché en admiration, c'est le twist qu'il a réussit avec les notes ambrées et douces. Ce twist est en fait réalisé par la lavande, que l'on ne devine pas tout de suite, mais qui se dévoile sur peau et dans le sillage de cette eau fraîche. Hermès ne la revendique pas, mais elle se tient, là, noblement et dans une naturalité discrète, comme pour enrichir la création et lui donner du corps. Pas si discret ni fugace que cela, l'Eau de Mandarine Ambrée serait donc pour moi une sorte de mandarine bleue, juteuse mais noble, élégante et très agréable à fréquenter, dans la lignée parfaite des autres Eaux de la maison. 

Et vous, préférez vous porter les parfums frais en été, ou n'auriez vous pas envie également, comme moi, de vous laisser revigorer par le piquant de ce merveilleux et délicieux fruit de saison ?

Illustrations : L'Artisan Parfumeur, Hermès.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Thierry, tu oublies la délicieuse Hermessence Iris Ukiyo-é dont la note d'iris arrive surtout de la mandarine presque verte utilisée.
Bises par l'amie d'un autre Thierry

Anna-Maria

Méchant Loup / Thierry a dit…

Et non, je n'ai pas oublié, mais je ne peux pas mentionner Iris Ukyoe dont le propos est l'iris (un bel iris aqueux et vert) mais qui n'est pas centré sur la mandarine, même si elle est bien présente pour apporter un effet !
En prenant du recul, je me rends compte qu'il n'y a rien que je n'aime pas chez Hermes, à part peut être Voyage, que je trouve très froid et qui ne me parle pas du tout !