mardi 25 novembre 2008

Héritage - Guerlain 1992 : papa, mon fils et moi...

Il m'est impossible de passer ce parfum sous silence tellement il a marqué mon existence. Quand en 1992 Guerlain commercialise son Héritage en flacon, il se passe quelque chose ! Tout ce que j'ai pu sentir avant n'existe plus, il n'en reste qu'un et c'est Héritage. Pourquoi tant d'engouement ? On peut difficilement expliquer ce qui nous parle dans un parfum, mais celui ci évoque des ambiances et des émotions connues : le parfum de mes pairs, des odeurs de lieux fréquentés, des sensations oubliées, d'autres parfums, tout ce que j'ai déjà aimé et beaucoup plus encore ! Tout me plait dans cet Héritage, j'y trouve sans doute des souvenirs d'enfance, de mes maquettes, du bois ciré des meubles, des parquets, du velours rouge des canapés. Surfant sur le passé entre Habit Rouge (patchouli-cuir) et Vétiver (lavande-vétiver), impeccablement signé Guerlain par sa guerlinade (vanille-fêve tonka) bien marquée, il n'oublie pas d'être un classique habillé de poivre, de géranium et de cèdre. La fraicheur apportée par la coriandre me plait beaucoup. Tout cela se fond dans un ensemble sensuel et masculin, qui se marie à merveille avec la laine, le velours, le cuir. Un très beau parfum à connaitre et à porter surtout quand les feuilles tombent aux couleurs de l'automne. Aujourd'hui, mon quotidien a évolué , je le porte plus rarement mais il reste mon symbole d'une époque. Si mon père portait Habit Rouge, que j'ai eu ma part d'Héritage, que restera t-il pour mon fils de ces Guerlain tant aimés ? Une filiation, qui semblait plutôt bien perpétuée par un Héritage et le temps d'un Instant homme, mais qui semble plus mal comprise avec Guerlain Homme. C'est sans doute un peu dommage, n'est ce pas, mais rien n'est perdu, je veux y croire !

1 commentaire:

Laurent Husser a dit…

merci pour ce texte que j'ai lu plusieurs fois au cours des mois, sans passer le cap d'acheter Héritage. C'est chose faite depuis cette semaine et j'en suis ravi. Bien que fan de Guerlain (habit rouge, Vétiver, Mitsouko, Kicky L'heure bleue ou Arsène Lupin dandy sont parmi mes favoris), je me laisse encore des surprises et par exemple je n'ai jamais senti Chamade pour hommes ou Derby mais sous peu un tour à la boutique des Champs résoudra cela!
En tout cas, Héritage est comme vous l'exprimez, un parfum chicissime, d'un autre temps (c'est un compliment pour moi). Cela valait la peine d'attendre, il me fait penser au moelleux de certains Havane, à une ambiance de club pour hommes et à une boite précieuse en loupe d'amboine.