samedi 16 janvier 2010

Dans le sillage de Musc Ravageur - Maurice Roucel pour Frédéric Malle 2003.


Il fait froid. Elle s'avance vers moi, démarche chaloupée d'une habituée des podiums. Je distingue à peine sa silhouette dans la pénombre de cette petite rue du quartier de l'Opéra. Plus elle approche, plus j'aperçois les matières, les textures de ce qu'elle porte. Epaisseur et fluidité d'un tweed de qualité, noblesse de la soie, souplesse du cuir de ses longues bottes à talon, cette fille a du style, me dis-je, et quelle élégance !

Nos chemins se croisent, son regard déterminé de mannequin indique qu'elle sait où elle va et ce qu'elle veut, mais elle ignore que je l'observe, du fond de mon écharpe. Quand elle passe près de moi, c'est un souffle, de ceux que l'on ressent quand une personnalité, une aura émane de quelqu'un.

Le temps s'arrête l'espace d'une seconde, et je stoppe mon élan car l'atmosphère se réchauffe. Dans son sillage, un parfum. Un ambré de caractère ; ambre, vanille, bergamote, agrumes, cannelle, cardamome, benjoin, patchouli, et beaucoup de labdanum? Est-ce Shalimar ? Impossible, ce parfum possède ce petit quelque chose de diabolique qui me rend dingue, cette petite touche d'animalité qui fait que je deviens fou dans son sillage. Un musc, opulent et "animal", soulève et donne du volume à ce sillage ambré magnétique. Les sens en émoi, béat, je ne contrôle plus rien, j'ai envie de lui courir après, mais elle est déjà loin.

Où suis-je ? Quelle heure est- il ? Qui était-elle ? Je ne sais pas. Tel une arme en puissance, ce parfum m'a ravagé, je suis à terre, où comme un loup fou à lier. Quoi de plus normal ? Je suis tombé dans le sillage de Musc Ravageur.

Ceci n'est pas une fiction !

16 commentaires:

Passionez a dit…

Bonjour Méchant Loup! Quelle étrange coïncidence! Pas plus tard qu'hier j'ai porté Musc ravageur! Le mannequin cela aurait pu être moi! ;-)

J'ai découvert Musc ravageur il y a deux jours et j'ai tout de suite voulu le tester sur ma peau. Son sillage me fait penser à L'heure bleue version plus animale. Autant j'apprécie l'originalité de ce parfum, autant je ne pense pas continuer à le porter. Peut-être plus tard. Je crois qu'il est trop "animal" pour moi pour l'instant. Je préfère Tonka Impériale (que j'ai enfin pu sentir il y a 3 jours!) et mes Double Vanille et Cuir Beluga sur moi!

Mais en tout état de cause, j'ai eu un véritable coup de coeur pour les parfums Frédéric Malle, que j'ai pu découvrir sans saturer du nez (ce qui est une première pour moi!) et avec un extrême plaisir! L'accueil était d'ailleurs de taille! J'avais plus l'impression d'un dialogue entre passionés de parfum que d'une discussion entre vendeur et cliente! Frédéric Malle m'a reconcilié avec la parfumerie de nos jours!

Uella a dit…

J'ai achete Musc Ravageur en 2002 mais je ne l'ai pas garde. J'aime ses notes de depart complexes mais malheureusement en fond le musc disparait au profit d'une version mediocre d'Ambre Sultan tres ambre vanille pour reprendre l'expression de Luca Turin a propos de ce parfum. Un beau depart, un fond decevant et banal.

méchant loup a dit…

Passionez, cela fait plus d'un mois que j'ai croisé cette fille, mais c'est toujours un souvenir olfactif marquant.
Uella, je suis d'accord, la vanille que tu décris est bien présente et c'est une facette que je n'aime pas non plus.
Pourtant, il est étonnant de voir combien ce parfum varie sur différentes peaux. En effet, dans ce sillage, rien de désagréable ne me genait, ce n'étaient qu'épices chaudes et baumes délicats.
Quant à l'accueil chez Frédéric Malle, rien à dire : à la hauteur et compétent.

soph a dit…

c'est vrai qu'il ne laisse pas indifférent musc ravageur.... il a en effet quelque chose de shalimar, mais sur ma peau je préfère musc ravageur.C'est vrai qu'il peut avoir un côté lourd en fond, mais c'est curieux ce n'est pas toujours le cas, certains jours je le trouve un peu lourd en effet, et d'autre c'est un régal!Sensuel, animal, enveloppant...

Anonyme a dit…

Bonjour,
Ce parfum me rappelle étrangement le "L" de Lolita en moins virginal...
Je ne sens pas MR comme un musc mais plutot comme est un oriental riche, baumé, et bien épicé cannelle (sur une base vanillée + patchouly + notes santalées); un genre de Shalimar travesti en brute épaisse.
Seule la note animale (probablement du Chevral, un nom qui laisse rêveur sur la finesse du sillage) pourrait se rapprochait d'une note musc (un peu comme celle du Musc Koublai Khan) ou de Dzing.
Un bon musc arrangé chez Roucel / Malle c'est "Dans tes bras"...
Alexolide

méchant loup a dit…

C'est sans doute cette ote animale de chevral qui a reveillé le loup qui est en moi. Pourtant c'est bien un oriental épicé, baumé et effectivement peu virginal que j'ai senti.
Pour dans tes bras, là, c'est un autre univers, un autre endroit, un autre moment, et peut être même une autre femme et surtout ... il s'aprécie bien après la conquête !

Poivrebleu a dit…

J'envie parfois les hommes à vrai dire... J'adore ce parfum, je lui trouve un charme incontestable et une signature qui lui est propre, même s'il parle aussi de grands classique comme Shalimar. Seulement, je n'ai que très rarement (voire jamais) le plaisir de le croiser dans la rue et d'en appréciez le sillage. Je le porte certes, mais je n'ai pas cette occasion de voir le parfum porté par une autre et de me laisser charmer par son empreinte... Parfois cela me manque un peu ! Vous aussi Thierry vous devriez porter Musc Ravageur, vous rendriez service à beaucoup de femmes! (sans compter le succès unanime que vous remporteriez... !)

méchant loup a dit…

Poivrebleu, c'est en efftune chance qu d'avoir croisé cette jeunen femme, et ce n'était pas la première. Dans le sillage d'une autre femme, il était pesant, ici, dans cet ensemble, ce style, cette allure, il retrouvait toute sa cohérence.
Le tester sur moi est une expérience à laquelle je devrais me livrer effectivement, mais je crains de ne pas me sentir très à l'aise avec ce parfum qui est tout de même proche de Shalimar, et qu'il est merveilleusement mis en valeur dans le sillage de certaines femmes, et cela n'engage que moi.
Chez F.Malle,pour le moment,c'est Vétiver Extraordinaire qui me suit.

Uella a dit…

Mechant Loup, et bien moi le Frederic Malle qui me suit c'est Une Fleur de Cassie dont la toute derniere reformulation me convient mieux que l'original (tiens, pour une fois!) - moins musc sale et fauve, plus verte, florale et fraiche.

Passionez a dit…

Je suis enfin allée à la découverte des Parfums de Rosine! Quelle drôle de coïncidence, l'hôtesse m'a parlé de votre passage et de votre engouement pour les parfums de la Maison.

Je n'ai pas encore découvert toutes les fragrances mais mes préférences vont actuellement vers Rose Kashmirie, Secrets de Rose et Rose de Feu. Je ferai certainement un article dans les prochains jours pour décrire mes impressions olfactives. A ce propos, je viens de commencer un blog dédié au parfum. N'étant qu'au balbutiements, tout commentaire, suggestion ou conseil sont les bienvenus. Voici le lien si vous souhaitez jeter un coup d'oeil!

http://passionez.wordpress.com/

Anonyme a dit…

Vivant au Portugal où les gens ne sont pas vraiment adeptes de parfums, j'ai la chance d'être "vierge" de toute lassitude et préjugé. C'est peut-être pour ça que j'apprécie pleinement des parfums tels que Lolita, Angel, Coco Mademoiselle, For Her de NR (c'est drôle de les porter et d'entendre les gens demander ce que je porte, alors qu'en France c'est sûrement "Ah, tu portes Lolita"), qui me saoûleraient probablement vite croisés à chaque coin de rue, surtout mal portés (surdosage ou look too much). J'adore porter L de Lolita Lempicka (un des parfums qui me vaut le plus de compliments), et quand j'ai découvert Musc Ravageur, c'était en cherchant un équivalent masculin, ça ne m'est pas venu à l'idée qu'il puisse être porté par une femme, comme quoi! Je confirme en tout cas que c'est divin sur un homme!
ClochettedeMuguet

Anonyme a dit…

PS: la ressemblance avec L n'est pas étrange, Alexolide, même signature de Roucel! En revanche "virginal" est le dernier adjectif qui me viendrait à l'esprit concernant L, comme quoi les différences de perception (je suis apparement la seule à ne pas ressentir sombre la rose de Lumière noire pour femme de Kurkdjian)
Clochette

méchant loup a dit…

Pour l'avoir testé de nouveau,sur moi, Musc Ravageur varie étrangement entre un musc animal épicé et cuiré, comme une sorte de Shalimar plus corsé, une vanille légère,souple comme L de Lempicka et un ambré patchouli-rose comme Ambre Extréme de l'Artisan, chacune des facettes allant venant au gré du lieu et du mouvement. Un parfum qui n'est pas "moi", mais je conviens qu'il ne soit pas décalé sur un homme.

méchant loup a dit…

Pour l'avoir testé de nouveau,sur moi, Musc Ravageur varie étrangement entre un musc animal épicé et cuiré, comme une sorte de Shalimar plus corsé, une vanille légère,souple comme L de Lempicka et un ambré patchouli-rose comme Ambre Extréme de l'Artisan, chacune des facettes allant venant au gré du lieu et du mouvement. Un parfum qui n'est pas "moi", mais je conviens qu'il ne soit pas décalé sur un homme.

Méthanie a dit…

Ca pourrait être moi aussi: je travaille quartier de l'opéra, j'ai des bottes en cuir, je mets des robes en soie et je porte Musc Ravageur (par contre je ne suis pas mannequin et mon manteau est en cachemire noir pas en tweed...). En tout cas cela me confirme dans mon choix: Musc Ravageur est mon parfum (même si je lui fait qq infdélités) et ça ne risque pas de changer.

méchant loup a dit…

Qui sait ? J'ai peut être un peu imagé de mémoire la personne croisée dans ce quartier d'affaire et de shopping !
Si j'ai indirectement contribué à vous convaincre que ce parfum est fait pour vous, j'en suis plus que ravi !
Au moins, il atteint il un de ses buts premiers : susciter l'émotion et séduire dans son sillage.