vendredi 29 janvier 2010

Fleur de Narcisse - L'Artisan Parfumeur 2007 : miroir sur le beau.

Il est des parfums dont la richesse et la complexité sont telles qu'il faut du temps pour en apprécier la beauté : prendre le temps de l'appréhender, de le vivre, et découvrir ce qu'il veut bien raconter sur peau. Fleur de Narcisse est de ces parfums qui parlent aux initiés, sensibles à la culture du parfum, à son histoire, à son approche en tant qu'art, et qui ne s'arrêtent surtout pas au j'aime / j'aime pas du premier "sniff".

L'absolu narcisse d'Auvergne récolte 2006 utilisé dans Fleur de Narcisse 2006 présente naturellement une richesse olfactive étonnante, mais qui peut surprendre au départ, car ce qui permet de le mémoriser est qu'il fait penser à l'huile d'olive : une note fruitée, acidulée, épicée, avec des inflexions florales et de cuir retourné. Généralement, dans une composition parfumée, l'absolu narcisse se combine naturellement avec le mimosa, la cassie et la jonquille, qui présentent des facettes assez proches. Cette création d'Anne Flipo n'y échappe pas, ce qui a pour effet de me remémorer que cet accord mimosa-jonquille-narcisse renvoie à la structure de grands extraits de parfum que sont ceux de Vol de Nuit, Mitsouko et Samsara. Au porté, Fleur de Narcisse agit donc un peu comme un miroir sur ces extraits de parfums de grande référence : de part la jonquille, le narcisse et le mimosa, c'est l'extrait de Vol de Nuit sans les notes poudrées, de part ses notes épicés et fruitées, c'est celui de Mitsouko sans les notes confites, et puisqu'il y a de l'ylang, du jasmin et de beaux bois, c'est celui de Samsara sans la rose.
La complexité de Fleur de Narcisse se dévoile ensuite grâce à quelque chose qui ressemblerait au cashmeran ou au papyrus, qui naturellement appellent la peau par un aspect salé qui fait penser à une peau mouillée, moite, qui sort de l'eau et à une bonne dose de salicylates. Ce travail projette Fleur de Narcisse au coeur de la belle parfumerie contemporaine car il évoque des parfums comme Dans tes Bras ou Une fleur de cassie chez Frédéric Malle. Enfin, les notes de cuir, exacerbées pas les absolus de foin et de tabac qui donnent un coté cuir retourné "daim", d'une belle épaisseur et sombre, me renvoie à des parfums comme Duel d'Annick Goutal et Cuir de Russie de Chanel.

Fleur de Narcisse semble faire corps avec celui ou celle qui le porte, et pour l'avoir essayé sur plusieurs jours, il me donne l'impression d'être hors du temps, hors du style vestimentaire que j'ai choisi, hors contexte dans lequel je me trouve et même si je suis un homme, le fait qu'il rappelle ces grands parfums féminins ne me gène pas du tout, ce qui est rare à vrai dire. Un parfum riche, qui n'a pas besoin de concept ou d'histoire, qui se vit naturellement, dans une aventure intime et personnelle.

Un parfum qui agit comme un miroir sur le beau, qui serait en quelque sorte une trace laissée par une parfumerie d'une beauté à couper le souffle qui n'existe plus aujourd'hui, tuée à trop se regarder et s'exploiter éprise de pensées impures, et peu aidée pas une législation qui enfonce le clou. Vous ne l'avez pas connue, et vous ne la connaîtrez plus, mais il est encore temps de cueillir cette fleur de Narcisse, avant qu'il ne soit trop tard, comme pour se souvenir !

Si vous souhaitez en profiter, faites vite, il reste encore quelques flacons 100ml numérotés, soldés jusqu'à ce samedi je crois (pas jusqu'à la fin des soldes), au prix de 144€ au lieu de 240€ (soit -40%). Sinon, quelques décants sont possibles (5 ou 10ml), me contacter.

Illustration : Narcisse par Caravaggio.
____________

Petite parenthèse : demain dimanche 31 janv. 2010, sur France 5 à 16h40, ne manquez pas l'émission "Par le bout du nez", qui promet d'explorer le monde méconnu du parfum... aiguisons nos narines et nos oreilles !

10 commentaires:

Thierry a dit…

Eh bien... je ne pensais pas que FDN te rendrait aussi prolixe !
Je saisis tout à fait les connexions que tu fais avec Vol de Nuit et Une Fleur de Cassie, moins celles avec Mitsouko... Il se trouve que je n'ai pas encore trouvé le temps ni la peau pour le porter plusieurs jours d'affilée et tu pousses probablement l'analyse (au sens de décortiquer, dont je ne trouve pas le substantif) davantage que je ne le fais souvent.
Quoiqu'il en soit, c'est le moment où jamais d'attirer l'attention de tes lecteurs... avant qu'il ne soit vraiment trop tard.

Six' a dit…

On est tous les deux en pleine période L'Artisan, on dirait! ;)

Tu me donnes vraiment envie de me replonger dans ce Narcisse, auquel je n'ai manifestement pas laissé suffisamment de temps...

Il faut dire que ces millésimes de L'Artisan sont sortis à des prix vraiment prohibitifs, qui ont dû faire renâcler plus d'un fidèle de la maison... (et l'iris m'avait pourtant ravie, mais trop, beaucoup trop cher...)

Maintenant qu'ils sont en solde, autant en profiter, en effet!

méchant loup a dit…

En effet, ce parfum m'a rendu prolixe et j'ai vraiment eu envie d'en parler, de part sa richesse et ses évocations qui me ramènent à une parfumerie qui n'existe plus. L'occasion ne se présentant pas tous les jours, c'est une occasion d'en parler et une affaire à saisir.
Le rapprochement avec Vol de Nuit, Mitsouko et Samsara est directement lié à l'absolu narcisse. J'en déduis qu'il devait être une des matières clé de ces grands Guerlain : ce serait un peu la facette "vert sombre", associée à la mousse de chêne dans Mitsouko (vintage bien sûr), à la jonquille dans Vol de Nuit (extrait), au santal et à l'ylang dans Samsara (extrait).

Six', j'ai beaucoup aimé ton hommage à l'Artisan et je te remercie pour cela car nous étions vraiment sur la même longueur d'inspiration en ce moment, en effet.
L'Iris Pallida me plait également beaucoup, mais je le trouve pour le coup trop féminin pour moi. Un iris clair et pur, qui devient charnel et chaleureux sans effet sur-vanillé.

Une chose est sûre, le prix actuel (jusqu'à ce soir ou demain)repositionne ces parfums dans un registre de prix presque abordable pour un 100ml de cette qualité, surtout comparé à d'autres initiatives de certaines marques de niches.

Uella a dit…

Jamais senti, faut dire que la critique de Luca Turin qui evoque un foin de ferme et une "cologne" au masculin moyenne et tres chere ca m'a jamais incite a m'y interesser.
Merci Mechant Loup pour cet "autre" point de vue.

méchant loup a dit…

Je n'ai ni la renommée, ni l'expérience, ni le sentiment de contribuer autant que Lucas à influencer le regard sur un parfum, mais je suis d'accord sur le terme "foin pour homme" car Fleur de Narcisse est bien un parfum qui peut rappeler le foin par ses facettes vertes et cuir retourné. En revanche, sur le coté "cologne pour homme", je ne comprends pas ce qu'il veut dire, et c'est à mon sens un peu réducteur par rapport à la richese réelle de ce parfum.
Sur le prix "à l'origine", je suis d'accord, car quelques soit la qualité des composants et la contenance, "ma" barrière se situe à 140-150€ pour un parfum, même très ciblé, très particulier.
Au delà, j'ai le sentiment de payer la "marge".
Cela étant, même à 240€, la Fleur d'oranger à l'air de bien se vendre, comme quoi, il y a bien une clientèle !

Senga a dit…

J'ai craqué pour Iris Pallida, j'en rêvais et avec -40%, je n'ai pas hésité et du coup je n'ai même pas senti "fleur de narcisse". Je le regrette d'autant que vous évoquez vol de nuit et Mitsouko. J'adore les champs de narcisses en Auvergne au printemps mais l'odeur en est forte et j'ai du avoir peur d'un parfum trop envahissant.

méchant loup a dit…

N'ayez pas de regret, Iris Pallida est un des plus fins que je connaisse, féminin, doux et chaleureux. C'est un très bon choix, surtout à ce prix.

Fleur de Narcisse se vit naturellement, sans être trop présent. Bien au contraire, comme souvent chez l'Artisan, c'est un parfum de peau, qui entre en osmose avec elle, sans jamais être opulent.

C'est uniquement la facette narcisse, qui est également présente dans ces 3 grands Guerlain qui les fait apparaitre en filigrane, mais FDN a sa propre identité, que je trouve très contemporaine et comme le dit Thierry, très singulière !

Un parfum unique et qui sera d'autant plus unique que la richesse naturelle de la fleur de narcisse récolte 2006 lui donne la particularité de pouvoir évoluer différemment selon les peaux.

Pour finir, je dirais que les 3 parfums de ces récoltes limitées sont tous très beaux : un lumineux, un chaleureux, un plus bohème ... dommage que la fleur d'oranger n'ait pas été soldée elle aussi !

inspire ! a dit…

Bonjour

Nouvelle parution en ligne !

www.inspire-blog.com

liliprune a dit…

Merci pour la critique de ce merveilleux parfum si complexe et tellement original...
Je l'ai découvert au cours d'un atelier olfactif chez l'AP et je cherche depuis le nouveau coup de foudre qui pourrait se substituer à cette serie (hélas) limitée...
Passionnée de parfum et fidèle lectrice de votre blog, je me lance enfin...
Auriez vous quelques orientations a me donner pour mes recherches du grand ou petit frère de ce fabuleux parfum qu'est FDN ?
Au plaisir de vous lire....

méchant loup a dit…

Bienvenue Liliprune.

Les petits frères de Fleur de Narcisse pourraient être Samsara de Guerlain, Fleur de Cassie ou Dans tes Bras de Frédéric Malle. Bien que très différent, essayez également l'Ombre dans l'Eau chez Diptyque.

En revanche, comme Fleur de Narcisse est un parfum assez singulier, il y a peu d'autres suggestions dans l'immédiat.
Sinon, je peux aussi vous proposer un décant de 5 ou 10ml pour un petit prix si vous ne souhaitez pas un immense flacon. Dans ce cas, contactez moi à l'adresse indiquée ci-contre. Merci à vous.