samedi 11 septembre 2010

Love Chloé - Chloé 2010 : blanche colombe.

Il y a des accords mythiques en parfumerie, mais ceux-ci ne se cachent pas toujours là où on le pense ! Quand on évoque la marque Chloé, et que l'on songe au succès rencontré par le premier parfum qui a relancé la marque il y a plus de deux ans maintenant, on ne peut s'empêcher de penser à la démarche entreprise dès l'idée du projet : partir d'un accord mythique et en faire un vrai parfum. Quand je parle alors d'accord mythique, je pense à ceux qui se nichent dans les produits de la parfumerie fonctionnelle (gels douches, cosmétiques, lessives), qui existent depuis très longtemps et perdurent encore aujourd'hui parce qu'ils plaisent. Ils font ainsi partie de notre inconscient olfactif et constituent de fait un socle rassurant pour qui souhaite lancer un parfum à succès. Chez Chloé, il me semble vraiment que ce soit cela qui ait guidé le premier Chloé, qui revendique ouvertement son accord lessive (Soupline grand air pour ceux qui connaissent), tout en ayant les traits d'un vrai parfum, car il est habillé de vraie rose, de patchouli et de notes végétales et florales vertes. Comme son succès prouve que la recette fonctionne, pour le second, Love, c'est l'accord du gel douche classique Dove qui semble avoir été travaillé.

Love, Dove, il n'y a qu'un pas à franchir, c'est peut être même tellement évident qu'on ne le voit pas. Ses notes poudrées de violette fusante,de jacinthe piquante et d'oeillet m'ont évoqué le parfum Millinary de Stephen Jones pour Comme des Garçons la toute première fois que j'ai senti Love. Ce n'est pourtant qu'une impression fugace car ce dernier laisse rapidement s'exprimer une douceur très "cocooning" de talc, de colle blanche Cléopatra (comme dans Louve par exemple) et de rouge à lèvres. Ce n'est qu'au bout d'une petite heure environ que se dévoile alors le fond, cet accord de propre et d'aldéhydes qui est à lui seul un parfum... celui de Dove, que je vous invite à redécouvrir. L'effet produit s'avère pourtant qualitatif, et l'on a vraiment la sensation de sentir un sillage et la structure construite d'un vrai parfum, mais un parfum qui parle de femme, de poudre de riz et de propre. Il rejoint pour moi les parfums qui jouent habillement avec ces accords fonctionnels très marqués et les accords plus classiques (notes poudrées, iris, oeillet) mais de grande classe de la parfumerie, comme Sicily, Drôle de Rose, Lipstick Rose et A Scent.

Pour ne rien vous cacher, cette démarche me plait. Elle fait partie de l'histoire de la parfumerie et rend indirectement hommage aux parfumeurs de talent qui ont créé ces accords fonctionnels forts, nouveaux, et immédiatement reconnaissables. Ces accords sont quasiment des parfums, mais pas reconnus comme tels... alors Chloé et Love, c'est un peu le faire valoir de leur noblesse et une sorte de reconnaissance. Il y a eu le Chloé câline parti de Soupline, le Chloé Love parti de Dove, parions alors sur l'avenir : le prochain pourrait s'appeler Chloé Blush et serait construit sur l'accord mythique mondialement connu et que j'adore qu'est celui des boutiques Lush. Vous en pensez quoi, vous ?

Love est un parfum cocon, très doux, sensuel, un brin rétro dont l'esprit m'évoque la pureté d'une blanche colombe ... peace and love, une blanche colombe, qui en anglais se dit dove. La boucle est bouclée, non ?

Illustration : René Magritte, grande famille, Chloé.

Et Jeanne, c'est un hasard, mais nos esprits se sont croisés, car Love est aussi sur auparfum !

7 commentaires:

Clochette a dit…

Mais Dove, au départ, c'est pas inspiré de Chanel N5? Jusqu'aux années 90, il était courant de sentir un produit d'hygiène décliné à partir d'un parfum à succès (il y a un anglicisme pour désigner ce processus, qui m'échappe). Maintenant c'est de plus en plus souvent le contraire qui se fait, d'où la tendance parfums à odeur de fructis. Si le parfum d'origine est bon, pourquoi pas, au moins dans ce cas on évite un énième The One ou Lola, mais franchement je suis assez contre le principe. Evidemment que le travail de la majorité des nez consiste à créer des odeurs pour les produits ménagers, et c'est honorable, parfois il peut en résulter une fragrance de qualité; je suis d'accord que nombre de mainstream ne valent pas mieux que beaucoup de parfums de lessive ou gel douche, mais de là à substituer ce travail à celui fait par les nez quand ils créent un grand classique, faut pas charier quand-même. Et que penser de ces inspirations multiples, le gel douche copie le parfum pour ensuite être copié pour créer un nouveau parfum, c'est le serpent qui se mord la queue! Et si je ne me trompe pas sur l'inspiration Chanel N5 pour Dove, le fait que maintenant on parle d'un parfum inspiré de Dove, c'est absurde non? Et le résultat de ce mélange de créations de fragrances pour produits ménagers d'une part et produits de luxe de l'autre c'est la médiocrité, jusqu'à présent. Dans tous les domaines, la majorité des artistes (et pour les artisans c'est pareil) se retrouve à devoir executer un travail "alimentaire", c'est ce que je fais aussi, il faut bien payer les factures, et évidemment qu'il reste quelque chose du talent, dans le portrait fait dans la rue à Montmartre il y a du talent du peintre, mais certainement pas la même portée que dans un tableau fait avec toute l'âme, la liberté artistique (=soutien financier)! C'est logique! Alors non, moi j'attends plus d'un flacon que je paye une cinquantaine d'euro! Je n'étais pas fan de Chloé, sans savoir qu'il s'agissait d'une déclinaison de lessive; j'attends de sentir Love avant de juger, de toute façon d'après vos descriptions ça vaut mieux que Bleu de Chanel ou Belle d'Opium (comme quoi le luxe, maintenant, c'est pas ça non plus), mais ça m'étonnerait de tomber en pâmoison! Et est-ce que le fait que le luxe n'en soit plus justifie de se réjouir quand un parfum s'inspire d'un produit d'hygiène de qualité?

méchant loup a dit…

Attention Clochette, je me suis sans doute mal exprimé, mais les parfums Chloé ne sont pas des déclinaisons de parfums fonctionnels. Ils s'en inspirent, ce qui tend à montrer que ces accords ont quelque chose qui peut être magnifié...ce ne sont pas de simples gels douches recopiés, contrairement à bien des floraux fruités que l'on trouve aujourd'hui. Là, il y a un vrai travail de mise en valeur de l'accord, et c'est en cela que je les trouve intéressants. Quand au fait que Dove ce soit inspiré de Chanel 5, oui, c'est un fait, mais d'autres l'ont fait avec beaucoup moins d'habileté et le vendait beaucoup plus cher qu'un flacon de Dove, sans compter les imitations à 2 sous. Vous pouvez penser que c'est dommage, mais pourtant, bon nombre de parfums chers sont bien pires et puisent ailleurs (les vieilles formules refusées, les anciennes formules pas terribles, les bases potentiellement exploitables avec de nouvelles matières), sans que le consommateur n'y pense et ne le voit. Souvent même, ce travail soit disant artistique, pourvu qu'il soit présenté comme conceptuel ou novateur, sera loué par certains, et parfaitement assumé car générant vite beaucoup d'argent frais à moindre coût.
Peut être que le métier de parfumeur est alors bien plus triste quand on lui demande de faire cela, que celui qui a su créé le parfum d'un gel douche devenu iconique, qu'il retrouvera en filigrane joliment mis en valeur dans un vrai parfum. Non ?

jeanne a dit…

et oui, les grands esprits se rencontrent, même Octavian a publié un billet aujourd'hui !

Dove, c'est une rose aldéhydée et épicée, j'avais entendu dire que ça ressemblait à un vieux parfum Oscar de La Renta...

Clochette, l'anglicisme est "trickle down" de l'EDT au produit d'hygiene, ce qui a toujours existé, et "trickle up" dans l'autre sens, ce qui est plus recent, et effectivement plus chiant lorsqu'il s'agit de Fructis !

Dans le cas de Love, Chloé, je crois que c'est juste un aller retour ! Moi, il m'evoque beaucoup le Sanex peaux sensibles à vrai dire, qui devait être lui même inspiré de Paris, ou alors d'un autre lointain parfum oublié...

EN tout cas, comme vous dites, ça vaut toujours mieux que le dernier YSL !

Six' a dit…

Pas encore senti, mais j'en attends beaucoup de bien au vu de vos premiers commentaires... et puis tu as dit les mots magiques: "Stephen Jones"!

(et très, très honnêtement, au risque de me faire lyncher... le précédent Chloé éponyme, il me "disait quelque chose"... et puis j'ai fini par retrouver à quoi ça me faisait penser: la litière de mes chats(!!!) (une de ces "litières parfumées", oui) Je t'assure, la ressemblance est assez effrayante ;)

Niveau ménagerie, j'espère plutôt avoir aussi une version colombe avec Love!

méchant loup a dit…

Tu sais, il m'est déjà arrivé de retrouver dans des produits pas très nobles des traits communs entre de très grands parfums comme Chant d'Arôme, que j'adore, N°19 ou Drôle de Rose, mais cela ne leur enlève rien.
Attention tout de même car les traits de Stephen Jones (une merveille que ce parfum !), n'apparaissent dans Love qu'en filigrane derrière toutes ces notes de cocon bien propre. IL n'y a pas photo quand même entre les deux !
Et sinon, pour mon "test", là, ce soir, sur l'avant bras, depuis 1h, j'aime vraiment beaucoup !!! Merci

D. a dit…

Dans un autre genre, Diptyque ne fait-il pas un peu pareil?
Il me semble que souvent, certains de leurs parfums reprennent des accords déjà existants dans leurs bougies. Bougies qui me mettent à genoux, parfois disponibles en versions parfums pour la maison dont je sais que certains n'hésitent pas à asperger leurs vêtements. Et tout ça reste en famille dans du haut de gamme, mais...

méchant loup a dit…

En effet, vous avez raison mais ce n'est pas un cas isolé. Il est courant de retravailler pour le corps des accords intéressants en "intérieur". Ce n'est pas condamnable dans le sens ou la parfum de peau sera de toute façon travaillé pour évoluer sur peau, ce qu'un parfum d'intérieur fera mal car coupé en général des notes de fond les plus riches. Vaporisé sur le corps, un parfum d'intérieur vibrera mal sur peau.
C'est encore moins condamnable que les parfums des bougies Diptyque sont déjà de très bonne facture, en tout cas bien meilleur et souvent plus riches en matières premières de qualité que certains mainstream. Cela dis, tout à fait entre nous, ça change et ils cèdent aussi à la facilité selon moi, et subissent eux aussi les normes IFRA qui massacrent leur plus belles compos de peau .... Il n'est pas étonnant alors que les bougies soient plus riches que leur parfums de peau, mais on se mord la queue !