lundi 18 octobre 2010

Poême - Lancôme 1995 : écrire une autre histoire ?

Les tous premiers frimas redéfinissent le paysage olfactif de Paris. J'ai toujours été marqué par cette période, car les envies changent et avec elles, la volonté de notes plus chaudes, confortables et rassurantes. C'est là en général, que l'on choisit ce parfum qui nous accompagnera pour l'hiver et qu'il sort pour se livrer aux premiers tests dans la rue. Ainsi, cette volonté de notes plus empathiques qui sortirons des vêtements écriront un sillage dans le creux de l'hiver signant cette saison pour marquer le tournant.

Pour moi, tout comme Amarige, 24 Faubourg et Samsara entre autres, Poême est un parfum lié à cette période des premiers froids, à l'approche de Noël, de l'achat des cadeaux, des promenades dans les rues dorées de notre ville lumière. Lors de sa sortie, les femmes qui l'avaient choisi arboraient un large sourire et il était très présent autour de nous.

Poême est un parfum qui se porte comme un bijou. Il convient mieux le soir, car pour déployer le charme de ses lignes, il joue sur les fleurs mystérieuses de la nuit. Datura, jasmin et tubéreuse sont les principales interprètes de la partition, à peine soutenue par les notes florales plus légères comme la pivoine, la rose et quelques notes boisées. La vanille et l'ambre, un ambre quasiment végétal donnent de la rondeur, et l'écriture se fond avec la peau. L'impression est séduisante et solaire, lascive et ondulante, ronde et chatoyante. Le parfum est à la fois capiteux, presque vénéneux, mais il sait aussi se faire gourmand, suave et confit, un peu comme un abricot sucré bien généreux à la peau de velours.

Et c'est alors que j'ai envie de vous dire : si vous en avez assez de faire la course à la nouveauté, de sentir des trucs à tout bout de champs qui ne tiennent pas la route, si vous avez des envies d'envoyer balader les jasmins pâlichons, les tubéreuse mielleuses et les daturas saturés de sucres, courrez redécouvrir Poême ! Qui sait, il pourrait peut être s'écrire sur une nouvelle page de votre vie ?

Et pour vous, y a t il un parfum qui ait marqué plus particulièrement cette période de l'année ?

Illustration : Patrick Demarchelier, Lancôme.

12 commentaires:

Emmanuelle / Mon Bazar Unlimited a dit…

Et oui, le froid est de retour ! Comme tu le dis si bien, on a envie de passer à d'autres sensations parfumées, à se réchauffer de parfums souvent importables l'été, car trop capiteux ou riches de matières "doudous".
Si la tubéreuse ne me pose aucun souci, quelles que soient les saisons, mes cuirs chéris vont enfin retrouver le chemin de ma nuque et de mes poignets. J'ai porté pour la première fois aujourd'hui, et cela faisait longtemps, le délicieux "Cuir Ottoman" de Parfums d'Empire. Cela sonnait comme les retrouvailles avec un vieil ami parti quelques mois faire un long voyage, à qui on pensait mais dont on ne savait comment on allait le retrouver.
Je me souviens bien de "Poème", que tu évoques ici pour parler de ce passage à la parfumerie d'hiver. Comme pas mal de parfums, il n'avait pas fait long feu sur moi. Tu m'as donné envie de retenter le coup, car l'amoureuse de la tubéreuse que je suis se doit de lui donner une seconde chance...

Emmanuelle

Le Critique de Parfum a dit…

J'aime beaucoup Poême. Beaucoup!

Il mériterait une grande campagne pour le remettre sur le devant de la scène.

méchant loup a dit…

Ouhhh, je ne pensais pas susciter autant d'enthousiasme ! Pour ce qui est de lui redonner une chance, c'est une bonne idée, et je crois qu'une marque comme Lancôme n'a pas vraiment d'autres choix si elle veut conserver une image, car les dernières créations nées d'un processus industriel qui montre ses limites sont de belles catastrophes olfactives.

Jicky&Phoebus a dit…

Ah... Pour moi c'est Armani Code, ça a été mon premier parfum (sincérement, en "premier, y'a eu pire !). Je le portais réellement à cette période de l'année, et bah voila, demain c'est lui que je vais mettre pour la peine !

Quant à Poême, ma mère en a un flacon. Perso, je l'aime pas trop. Trop "too much", trop rond, trop crémeux, trop envahissant presque. Je vais essayer de le reporter, mais bon, c'est pas mon préféré des préférés... (ils devraient relancer Magie Noire chez Lancôme !)

Jicky / Alexis

méchant loup a dit…

Jicky,sincèrement dans le genre "too much", il me semble qu'Armani Code se pose là !!! Raison de plus pour redécouvrir Poême avec un regard plus nuancé non ?

Jicky&Phoebus a dit…

Ah mais c'est pas méchant ! ^^ ... mais sur moi, je le sens trop (surtout que je le sens plus en mars, je jure d'essayer en pleine saison ! Mais réellement, c'est pas le genre de parfum qui me touche. Il ne vit réellement sur moi...

Alors que Magie Noire...

Clochette a dit…

Ah, "Poême"... J'avais oublié, c'est vrai qu'il a disparu des parfumeries, ici, on ne trouve que "Magie Noire" (rarement)et bien-sûr les "Magnifique" et Cie. Qui les a composés, d'ailleurs?
Ça fait bien longtemps que je n'ai pas senti Poême, au moins 5 ans, voire 10, je me souviens que pour moi, c'était une odeur de miel! Je ne l'ai jamais porté, à l'époque de sa sortie j'étais accro à "l'Eau" par Kenzo, les autres parfums que j'ai portés au lycée étaient "l'Air du temps" de Nina Ricci, "Anaïs anaïs" de Cacharel, "Trésor" de Lancôme et "Angel" de Thierry Mugler (sur 5 ans, pas mal tout de même). Beaucoup de jeunes filles portaient d'autres parfums plus ou moins aussi passés à la trappe, en tout cas moins portés qu'à leur sortie, "jungle" de Kenzo, "Organza" de Givenzhy, "le Classique" de Jeau-Paul Gaultier. Même si tous ces parfum sont moins portés qu'à l'époque où leurs pubs (très belles, d'ailleurs, je me rappelle des pub Anaïs, Air du temps, Angel et la sublime pub de Gaultier "esprit es-tu là?") passaient à la télé, Poême est vraiment celui qui est devenu le plus rare. Je serais ravie que ces marques en perdition (Lancôme, Cacharel et Cie) remettent leurs "anciens" en rayon.

Uella a dit…

Je redecouvre avec bonheur Chypre Rouge et Douce Amere en cette periode des premiers froids.

méchant loup a dit…

Il me semble important de ne pas oublier ces grands classiques, et d'y repenser de temps à autre. Pour ce qui est de l'impression miel, je rapprocherais cela de l'abricot sucré dont je parle.
Magie Noire reste un chef d'oeuvre, mais il s'est un peu trop appauvri dans sa version actuelle.
Uella, il est normal, en tant que Lutensienne affirmée, que tu redécouvres en cette période ceux qui s'affirmeront le mieux !

Geraldine a dit…

Moi c'est Ambre Sultan que j'aime retrouver quand les premières fraîcheurs s'affirment, mais j'ai été infidèle cette année et n'ait fait que renifler son bouchon. Je me suis un peu amusée avec Chypre rouge, qui sied très bien à l'automne avec son bois humide et fruité. Et je me suis mise à Vol de Nuit Evasion, dans lequel je me love comme dans un voile de cachemire. Merci Thierry d'avoir attiré mon attention dessus, j'ai pu en faire attrapper deux flacons in extremis dans un aéroport par un ami voyageur...

smithereens a dit…

Je viens de découvrir votre blog car je suis une fan de Poème, bravo pour votre blog, je reviendrai!

Camille a dit…

Bonjour ! Je cherchais un avis pour Amarige, que vous évoquez au début de votre texte et je trouve un bel écrit sur Poême que j'ai porté pendant des années... découvert sur une de mes profs au collège! Il m'envoûtait... Puis-je vous demander un avis sur Amarige ? Vous l'évoquez sans dire si vous aimez ou pas... je suis très curieuse de savoir car je suis allée sur plusieurs blogs, personne n'en parle! Merci pour vos écrits en tout cas!