lundi 4 juin 2012

Vanilles exquises aux destins troublés !

 Je ne sais pas si c'est une fatalité, mais les trois exemples de vanilles que je m'apprête à décrire connaissent un destin tourmenté. Toutes trois font figures d'originales dans la production actuelle en s'éloignant de la vanille traditionnelle, gourmande ou orientale.

La première à avoir ouvert la porte d'une vanille habillée est Vanilia de l'Artisan Parfumeur, qui s'ornait de facettes aromatiques et héspéridées pour mieux se singulariser. Légère, par ses petites touches de romarin, de sauge, de poivre et de patchouli agrémentés d'un bel accord ambré, elle réussissait à s'éloigner des territoires trop sucrés auxquels la vanille aspire pour offrir un sillage à la fois doux, sensuel et piquant. La vanille y était subtile, légère, jamais collante.  Dommage, sans doute pour cause de faible succès, elle est aujourd'hui supprimée du catalogue...

Une autre vanille exquise a vu elle, sa créatrice quitter ce monde beaucoup trop tôt. Mona Di Orio se distinguait par des créations audacieuses et très typées, où la Vanille en question faisait presque figure d'Ovni. Telle une mousse de vanille sur une tarte au citron, elle donne l'impression d'avoir été montée en neige, allégée de tout ce qui pouvait être lourd ou collant tant ses notes acidulées de citron et de bergamote apportent en tête une lumière que l'on ne retrouve nulle part ailleurs à ce jour. L'évolution sur peau se fait très douce. Pour la découvrir encore aujourd'hui avant que la marque ne disparaisse ou non, car on ne sait pas vraiment ce qu'elle va devenir, je vous invite à passer chez Antonio de la boutique Marie Antoinette, place du marche Sainte Catherine à Paris qui m'a fait redécouvrir et aimer cette vanille singulière, après que Juliette, notre fameuse Poivrebleu, en ait parlé lors d'une soirée des lecteurs. Vanille mérite vraiment le détour, un "must have". 

La troisième parfum vanillé dont je voulais parler est l'original Berberiades de Stéphanie de Saint Aignan, qui conjugue la vanille sucrée sur un mode aérien, digne de la danse des 7 voiles. Léger, grâce à quelques notes d'orange douce, vaporeux car relevé de salicylates qui lui donnent une facette solaire, Berberiades se fond dans le sable chaud, le vent pour évoquer le paysage lumineux d'un village de maisons blanches en bord de mer. Une peau chauffée au soleil de ce parfum pourrait éveiller bien des curiosités... hélas, il est assez difficile à trouver.

Il y a bien d'autres vanilles légères, comme Vanille Galante et son évocation d'un lys vanillée, ou Odin 01, qui se distingue par l'originalité de ses notes de tête qui évoquent le Cointreau, qui méritent aussi le détour, mais le moins que l'on puisse dire pour ces trois là, c'est que leur destin n'est pas le plus facile pour qu'elles continuent d'exister.

Illustrations : gousse de vanille et rose jaune, l'Artisan Parfumeur, Mona di Orio, Stéphanie de Saint Aignan.

9 commentaires:

Laurent Husser a dit…

je ne connais pas ces parfums mais j'ai été épaté par Spiritueuse double vanille de Guerlain, qui me fait penser à un rhum arrangé. En tant qu'homme je peux d'ailleurs le porter, ce qui n'est pas toujours le cas des vanilles trop sucrées...

Nana 29 a dit…

Bonsoir Olfactorum,

Très bel article, sur les parfums à la vanille menacés : j'espère que non, car je trouve la vanille de Mona Di Orio, superbe, et j'espère me l'offrir un jour, ou me le faire offrir.
Sinon, en beau parfum vanillé pas sucré doudou, il existe l'Eau Duelle de Dyptique.

méchant loup a dit…

Je milite pour que ces vanilles aux destins incertains continuent de vivre, bien que la première, Vanilia, ait déjà été retirée...c'est donc peine perdue.

En revanche pour les 2 autres, j'ai déjà sauvé un flacon de Berberiade, et je vais sans doute m'offrir celle de MDO car c'est une référence.

Pour Spiritueuse et L'Eau Duelle, pas de destin noir en vue pour le moment, sinon j'en aurais aussi parlé, mais c'est bien de les mentionner aussi.

SAUVONS LA VANILLE !!

Anonyme a dit…

Bonne nouvelle pour le sublime Berberiade, la marque Stéphanie de St Aignan na va pas s'éteindre ! La créatrice de la marque est retourné dans le monde la pub mais sa marque vient d'être revendue, la production ne s'est donc pas arrêtée ! Et il pourrait y avoir des nouveautés dans très peu de temps. Ce sont des infos que j'ai eu a la boutique qui les revends encore sur Paris dans le Marais :)
(perso je porte en ce moment Voleur de Ciel avec ses accords cuir, jasmin, menthe... un vrai bonheur !)
Matthieu-

méchant loup a dit…

C'est une bonne nouvelle et je ne le savais pas. J'aime aussi beaucoup Voleur de Ciel effectivement très jasmoin menthe fraîche, cuir, tabac blond sur moi.

Anonyme a dit…

Je vais encore me faire l'avocat du diable mais je vais pas pleurer pour des vanilles disparues. La vanille ne sera jamais attaquee par IFRA parce que c'est la note la plus commerciale de la parfumerie, de la vanille il y en aura toujours et a toutes les sauces. Ces centaines de chypres et cuirs, toutes ces notes de civet et de muscs sales que l'on ne reverra jamais: Empreinte, Doblis, Dioressence, Givenchy III, Poivre de Caron, Oeillet Sauvage, un desastre, alors moi franchement la vanille,,euh,,


Emma

Philippe a dit…

Rien à voir avec la vanille mais j'ai hâte de lire votre critique du nouveau parfum (pas l'eau de toilette, hein, le parfum) Eau Sauvage...

Méchant Loup / Thierry a dit…

Bonjour,
C'est prévu, sans doute pour ce week end, mais sur l'autre blog, coulissesparfum.blogspot.com.
Voilà !

Philippe a dit…

Merci de votre réponse. Je ne connaissais pas cet autre blog.