samedi 18 août 2012

Coriolan, Higher : les incompris de LVMH ?

Ces deux parfums ont quelques points communs : ils s'adressent aux hommes, sur des trames boisées aromatiques en apparence faciles, et ils ont tous deux connu un succès très limité. Pourquoi ? Auraient ils été incompris, ou trop en avance sur la tendance ? 

Coriolan tout d'abord : quand je l'ai découvert en 1998, c'était en pleine période ou psychologiquement, beaucoup pensaient de Lvmh allait tout cassé dans la maison, et ceci a eu pour conséquence de mal comprendre ce parfum.

Coriolan tout d'abord : quand je l'ai découvert en 1998, c'était en pleine période ou psychologiquement, beaucoup pensaient de Lvmh allait tout cassé dans la maison, et ceci a eu pour conséquence de mal comprendre ce parfum. Au premier abord, sa trame boisée paraissait tellement courante que l'on avait l'impression d'un parfum peu original, ayant peu de personnalité, mais c'était mal comprendre que Coriolan était en fait un parfum d'initiés, capables de reconnaître la qualité des produits naturels qui le composaient, comme l'immortelle, dont la profondeur et la qualité approfondissait l'aspect "terre chauffée par le soleil" que véhicule le parfum. Pour moi, Coriolan évoque toujours aujourd'hui les forêts de pinède dans un paysage assez sec, et l'odeur d'un cheval aux tons ambrés au galop qui passerait dans ce paysage. Coriolan ne serait il pas d'ailleurs un joli nom pour un cheval ? J'ai porté ce parfum une journée pendant mes congés, alors qu'il faisait chaud, et je le l'ai redécouvert à cette occasion. Dans cet environnement sec et aride, un soir d'été sous une chaleur torride, avec ses notes fumées, boisées, aromatiques et quelques facettes florales et ambrées, il était parfaitement à sa place. En outre, le flacon est magnifique....

Pour Higher, je crois qu'Hédi Slimane savait parfaitement quel choix il faisait, car malgré des apparences assez simples et à priori assez "vues", la construction de Higher révèle une finesse et des facettes plus riches et plus "françaises" que certains parfums américains dont il pourrait s'approcher olfactivement. Moins chargé en DhMol, l'accord de basilic naturel et de poire structure le parfum demeure assez stable dans l'évolution, ce qui prouve une structure solide et affirmée. Quelques notes de jasmin, d'hédione, de bois secs et de muscs blancs modernes affinent le trait d'un parfum facile à porter mais très équilibré, dans lequel apparait même une toute petite pointe de cuir. Je le redécouvre également alors qu'il fait chaud, de même que son descendant que j'avais un peu sous-estimé à son lancement, mais qui se révèle un peu dans la même lignée olfactive, à savoir Lacoste L12-12 White, dont les notes de tubéreuse et de cuir d"un aspect camphré rappelant quelques crèmes apaisantes utilisées dans l'univers du sport accompagnent parfaitement les facettes fraîches et dynamiques, surtout par un temps chaud comme celui de ce jour précis ou j'écris cet article. Le flacon, assez peu flatteur en terme de qualité perçue, mériterait peut être une autre réflexion ?


Coriolan, lancé sous une autre marque aujourd'hui serait considéré sans doute comme un produit de très bonne qualité technique et olfactive. Higher, lui, trouve une descendance dans L12-12 White, et sa trame, bien que commune, continuera à vivre tant que les hommes rechercheront de la fraîcheur. Par rapport à d'autres produits du mainstream, Higher et L12-12 paraissent mieux composés, plus fins et plus intelligents.

Et si ces deux incompris en leur temps avaient droit à une seconde chance ? Qu'en pensez vous ?

Illustation : photo de chevaux au galop dans un champ aride, Guerlain, Dior.

11 commentaires:

Dominique a dit…

Hello,

Très honnêtement je n'ai jamais entendu parler du Guerlain, l'affiche est belle je trouve mais c'est hélas tout ce que je peux en dire, Coriolan ne me disant rien.
Higher en revanche date de 10 ans à peu près, il y eut ensuite Higher Energy et dans on souvenir Higher avait fait grand bruit à l'époque.
Pour les Lacoste, j'ai fini par être découragée par toutes ces couleurs, sans doute à tort puisque le fameux polo est décliné à l'infini ! Bref, bleu, vert, blanc, rouge je m'y perds !

Méchant Loup / Thierry a dit…

Coriolan a été renommé et existe encore sous le nom l'Ame d'un Héros chez Guerlain, un tout petit peu moins fumé et plus fusant.
Pour les Lacoste, les parfums ne sont pas si originaux que cela, mais le vert est assez agréable et le blanc, lui, évoque clairement l'idée de ce que l'on peut sentir dans un vestiaire de sport : crème de massage camphrée, baskets, équipements de sport, gel douche frais, le tout sur la même trame aromatique basilic-poire que Higher! Sur ce point, il est bien réussi.
Higher Energy, lui, ne semble avoir été lancé que parce que Higher était un relatif échec, pour essayer de redynamiser les ventes, mais il est sans aucun intérêt et le flacon est vraiment très moche.

Jicky et Phoebus a dit…

Franchement, même avec le recul j'ai jamais vraiment accroché les deux.

Le Coriolan j'en ai deux échantillons de l'ancien et j'avoue c'est beau mais j'ai quand même du mal avec l'aspect aromatique. Je préfère le fond plus boisé, plus rond (plus Guerlain en somme)

Et le Higher, j'en avais un fond de flacon par un collègue de ma mère et je trouvais ça trop boisé aromatique masculin quoi. J'étais pas allé plus loin : promis je rejete un coup de nez là dessus en rentrant :D !

J.

dominique a dit…

Oui le flacon vert, effectivement pas très esthétique. Higher Energy me rappelle un souvenir... Voilà tout. Les flacons Lacoste sont très conformes à la marque, les couleurs sont vives, ils ne passent pas inaperçus même chez Sephora ou surtout chez Sephora ! Il faudra que je les sente sur peau mais en ce moment je suis plutôt Diptyque ou Hermès, l'humeur me dictera sûrement d'autres choix dans quelque temps !

DAU a dit…

J'ai connu la sortie de Coriolan et effectivement, il était atrocement banal. Bien fait, avec de jolies matières, certes. Exactement comme le Bleu de Chanel, et tout aussi déjà vu. Son échec me semble le même: ce n'est pas qu'on n'en voit pas la subtilité, c'est juste qu'on n'a pas envie de sentir la même chose que tout le monde en mieux, on a envie de sentir autre chose.

Dominique a dit…

Hello,

Il y avait des Dior tellement beaux. A l'inverse de Higher dont le lancement a été très bien orchestré je me souviens de Jules, si tenace qu'il ne partait pas au lavage. A cette époque, j'étais au pair chez celui qui deviendra Maire de Francfort quelques années plus tard Andreas Von Schoeler. Il ne jurait que par ce parfum là - Jules donc - et je me souviens de la puissance extrême du jus, vraiment impossible à effacer. Je m'en souviens d'autant plus que cette odeur finissait par imprégner tout le dressing ( commun à Monsieur et Madame ). Là, il y avait du caractère, de même avec Fahrenheit on avait droit à un beau parfum. Eau Sauvage évidemment, ensuite honnêtement je n'ai pas trop suivi les lancements masculins chez Dior mais Higher ou Higher Energy font très pâle figure par rapport à ceux-là. Même le modèle est falot et chétif, très jeune aussi, correspondant à la cible visée par la marque. Avec Higher Energy, on va plus loin tout est exprimé dans le nom du parfum. L'homme se doit d'être surpuissant, overbooké et bien sûr toujours dispo.

Méchant Loup / Thierry a dit…

J'avais ce sentiment, mais Coriolan n'est pas d'un banal achevé. Ses notes fumées et son évolution sur peau, de même que sa fraîcheur ne sentent absolument pas comme tous les parfums boisés pour homme et on est assez loin de l'esprit de Bleu justement.
Il était peut être trop classique dans sa forme, pas dans ses matières, car au porté par temps chaud l'immortelle prend toute sa dimension.
C'est peut être plus Higher qu'il faudrait comparé à Bleu, car il fait plus "déjà vu", et n'as pas rencontré le succès sans doute en parti à cause de cela. Pourtant, il est subtil...

Evidemment, bien sûr, avec Lacoste nous sommes assez loin de l'esprit Diptyque ou Hermes, mais l'idée de sport et de reproduire la sensation de vestiaires de sports pour homme ne viendrait même pas l'idée de ces marques, qui n'ont pas du tout le même univers.

dominique a dit…

Hermès a commencé par le travail du cuir, de la scellerie, de l'équitation, ancrage traditionnel qui perdure aujourd'hui. Les flacons exclusifs sont tous habillés de cuir pour les hauts de gamme en tout cas. L'univers reste très éloigné des vestiaires qui correspondent à la sur-valorisation/exploitation du sport. Je ne sais pas si cette tendance peut s'inverser, l'angoisse de vieillir étant de plus en plus marquée ( taux de suicide très important chez les personnes âgées ), le réchauffement climatique auquel l'homme est déjà confronté avec une attitude parfois instinctive " après moi le déluge ", la corruption des valeurs sont autant de facteurs défavorables. Mais, puisque mutation il y a de facto, on peut espérer l'émergence de nouvelles tendances "éco-conscientes " même en parfumerie ! Le sport tous azimuts et la soif de jeunesse et de santé seront probablement moins tendance d'ici quelque temps parce qu'on sera en droit de bien vieillir dans un monde plus sain avec l'arrivée très attendue des biocarburants, révolution majeure s'il en est. Reste à les produire à grande échelle et à revoir notre mode de vie. A en juger par les nouveaux matériaux déjà au point un peu partout, il semble qu'il y ait du changement dans l'air. ça touchera forcément l'univers du parfum, mainstream y compris. Evidemment l'avenir dira si j'ai raison ou pas... C'est un peu à pile ou face je l'admets bien volontiers !

NLR a dit…

Bonjour,

Très intéressant votre blog – que je découvre depuis peu. Pour Higher, ce qui a sans doute aussi retenu le public est le visuel de la campagne, pourtant très présente. Le jeune homme est vraiment maladif et froid, limite anorexique. Sorti en période (récurrente) de débat houleux sur la traditionnelle maigreur des mannequins, cela n'a pas dû favoriser l'identification...

Anonyme a dit…

Coriolan: banal ?
je le trouve exceptionnel, le slogan disait "un parfum comme on n'en fait plus"
il est diablement dur à appréhender, très versatile; sous son nouveau nom "L'ame d'un héros" il a rejoint la collection Les Parisiens, la reformulation si elle existe est à peine notable (un peu moins de mousse dans son fond ?)
je ne saurais lui comparer aucun autre parfum et il n'a rien à voir, mais absolument rien à voir avec Bleu

CEDRIC a dit…

Bien le bonjour, je viens de découvrir ce blog et vraiment BRAVO! Je souhaite partager avec vous mon ressenti sur Higher et Coriolan. J'ai connu ce merveilleux parfum de chez Guerlain CORIOLAN en eau de toilette et en eau de parfum quelle merveille. Je crois qu'il n'a pas été compris lors de sa sortie, trop anti conformiste peut etre? En attendant c'est un tres beau Guerlain avec de belles matières et qui le faisait tenir sur moi toute la journée et ce flacon génial! D'ailleurs je suis heureux d'apprendre qu'il est dispo chez Guerlain dans la collection les Parisiennes j'en suis ému... HIGHER....c'est une fragrance fraiche et cette note aromatique de poire est de belle facture mis vraiment ce jus mériterait un nouveau flaconnage plus joli. J'adorais la campagne de pub et l'esthétique qui s'en dégageait. tres peu porté mais justement c'est ce qui m'attire aussi! J'adore! Cédric