jeudi 26 juin 2014

C'est une belle journée...

Il y a des matins comme cela, où vous vous levez le sourire aux lèvres en sachant dans le fond, que votre journée ne sera pas comme les autres. Pourquoi ? Parce que vous aimez les parfums, et qu'elle sera marquée, au fil des heures, par de belles découvertes, des surprises, des rencontres et des avancées. 

Tout commence le matin tôt : vous n'avez pas beaucoup dormi car dans votre tête trainait l'idée de finaliser vos formules au propre afin de les envoyer au laboratoire qui vérifie la conformité IFRA. Une étape importante, avec un espoir qu'il n'y ait pas trop de modifications à faire, et qu'une suite sera possible.

Vous rejoignez ensuite votre amie PoivreBleu qui vous apprend que son premier atelier va voir le jour, ce qui vous met en joie car elle le mérite et sachant son goût, sa passion et sa motivation, vous ne pouvez qu'encourager cela. Toutes les infos sont ici. 

Vous prenez ensuite le chemin d'un grand magasin parisien où une marque que vous connaissez assez peu en fait vous présente une partie de sa collection : et là, vous découvrez que ces parfums vous parlent, et que, bien que certains soient un peu trop dans la lignée de choses que vous connaissez et font écho à Le Mâle, Hypnotic Poison, L'Eau d'Hadrien et Premier Figuier, d'autres au contraire, sont capables de vous transporter au plus profond d'une culture italienne qui vous est chère et familière. Vous devinez alors que la gourmandise, les petits biscuits glacés, le limoncello, l'expresso, l'amaretto, les amandes, les liqueurs aromatiques, le sable, la mer, les herbes de la méditerranée, une balade en sous bois et un bon whisky tourbé dans un fauteuil en cuir, l'odeur d'une église et celle des anges sont des choses qui vous parlent d'un pays que vous adorez. A vos yeux, les plus représentatifs de tout cela, les plus italiens et les plus "Profvmvm" seraient Battito d'Ali, un gourmand liquoreux espiègle et juste, peut être parce qu'en Italie, les anges descendent du ciel plus qu'ailleurs, et Olibanvm, un encens cèdré et cuiré très équilibré, parce qu'ils se posent dans les églises ? Vous oubliez alors les premiers et comprenez que Profvmvm Roma est empreinte de cette culture, de ce goût "vivant" des choses et de la vie, de sens en éveil et de cette lumière si particulière là bas, de l'autre coté des Alpes. Les fondateurs de la marque, une famille unie, s'expriment avec des mots, mais aussi avec les mains pour évoquer des "émozione" vécues. Vous vous dites alors que, même si pour vous, ce n'est pas forcement de la grande parfumerie de prestige, elle est honnête et créative, mais vous retenez aussi que la gourmandise est un fil conducteur qui peut être traité avec goût, originalité et délicatesse, et pas à la truelle comme peuvent le faire certains rouleaux compresseurs. Sorisso, le dernier né, vous donne même le sourire, avec son chocolat amer, ses notes de rhum et de baileys, et son café liquoreux !



Votre chemin continue, et vous changez de destination avec l'intuition que quelque chose de bien vous attend. Vous étiez tombés quelques semaines auparavant sur les photos de jolis flacons de Le Galion que vous connaissiez, mais que vous n'aviez pas encore vu en rayons. Vous vous renseignez, et ils vous apprennent alors que la marque va revivre très bientôt, et sont alors ravis de vous inviter au re-lancement. Et là, c'est une révélation, un choc, une grande émotion, un "wouahou" ! Sortilège, leur chef de fil et parfum emblématique réussit à vous faire traverser un demi siècle d'histoire du parfum en un pshitt, en traçant une ligne directe entre Diorella, Diorama, Diorling, Eau fraîche et Eau Sauvage, Arpège, Femme, N°5, Gold et j'en passe, et Special for Gentlemen achève de vous mettre à genoux quand il se love sur votre avant bras par ses réminiscences d'Eau d'Hermes, de Jicky, de Shalimar mais aussi de fougères ambrées très masculines. 

Richesse des matières et des compositions, fond sublimes, élégance des formules, justesse et équilibre technique, flaconnage simple et cohérent, qualité du verre, du packaging et de la vaporisation, et surtout, sincérité et pétillement du regard de la fille de Paul Vacher le fondateur de la marque en 1930, et des propos de Nicolas, à l'initiative de cette renaissance. Vous applaudissez, vous pleurez en redécouvrant ces parfums (sincèrement pour mon cas en tout cas pour les deux parfums cités), et vous vous dites qu'il y a d'autres voies et d'autre voix possibles que le dhmol + cédramber + vanille ou oud à la louche en parfumerie haut de gamme, enfin !!
Votre journée s'achève chez des amis qui découvrent ce que vous faites et vous vous sentez très émus quand l'un d'entre eux tombe sous le charme d'une de vos créations qui lui va plutôt bien, et que les futurs flacons plaisent, même si un travail sur les étiquettes semble indispensable, et oui ! 

Voilà, vous êtes un peu comblés, vous dormez assez mal, mais un article en sort en ce lendemain matin. Etait-ce un rêve ? Non, une belle journée.

 Illustrations : angels falling from the sky, Profumum Roma, Le Galion.

8 commentaires:

Poivrebleu a dit…

Je crois que cette journée a été un grand plaisir pour nous tous, avec de belles surprises et de belles rencontres. C'est cela aussi, le parfum, et c'est probablement ce que nous nous devons de garder en tête pour continuer d'avancer, et d'y croire.
Tout vient à qui sait attendre, comme on dit. ;-)

sophie normand a dit…

.... dégoutée je n'ai pas pu aller chez le galion ;(

Méchant Loup / Thierry a dit…

Juste avant Le Galion, je disais que parfois la France "se la pète un peu" à coté de la spontanéité des italiens, mais j'ai découvert hier que là bas, une marque Turinoise copie sans vergogne Profumum Roma, et que chez nous, on est quand même capable de faire revivre ce magnifique patrimoine que sont les parfums Le Galion, avec la qualité que l'on peut en attendre. C'est parfait, il n'y a rien a jeter ! Reste à connaitre le prix maintenant ?

Aryse a dit…

Bonjour,

Je ne connais pas encore les rééditions de LE GALION, mais cela ne saurait tarder puisqu'ils seront, en principe chez Jovoy à la fin du mois.

En visitant leur site, deux parfums avaient attiré mon attention par leur compo : Spécial for gentleman et 222.

J'imagine des points communs entre ces 2 jus et Shalimar.Et ce sont ceux qui me parlent le plus.

D'après votre description, SFG me fait vraiment envie et je foncerai le tester.Mais, pouvez-vous me donner votre impression sur 222 et s'il vous semble égal ou vraiment moins bon que SPG ? Je me doute qu'ils n'ont pas la même senteur mais 222 vaut-il aussi le coup pour vous ?Je suis déjà dans l'optique du test.

Merci par avance.

Méchant Loup / Thierry a dit…

Bonjour, personnellement, je préfère de loin SFG car il est entre Shalimar, Jicky, Mouchoir de Monsieur, avec un coté Pour un Homme de Caron dans ces versions d'avant, doux, caressant, noble et très attachant au porté. 222 semble plus contemporain un beau cèdre lacté mais qui n'a pas, à mon humble avis, autant de noblesse que SFG, l'Eau Noble ou Sortilège, qui sont pour moi les plus emblématiques.

Aryse a dit…

Merci beaucoup.Vos descriptions me donnent effectivement envie de me porter sur SFG que je testerai en priorité.

Eau Noble pourrait m'intéresser aussi mais je crains pour la tenue car, d'après ce que j'ai lu, il s'agit plutôt d'un hespéridé.

Quand à Sortilège, je possède l'ancienne version.Donc, je patienterai un peu, même si la réédition est très intéressante.

D Samuel a dit…

Bonjour Thierry
Avez-vous une adresse e-mail où l'on peut vous contacter?
merci
ghost7sam

Méchant Loup / Thierry a dit…

oui,elle est indiquée sur le coté dans le profil : olfactorum@gmail.com