vendredi 6 juin 2014

Rose d'Homme - les Parfums de Rosine 2005 : calme du levant.

Rose d'Homme, disons le tout de suite, fait partie de mes parfums préférés et je le porte régulièrement, surtout pour des diners entre amis ou une sortie dans un bon restaurant. Fidèle compagnon d'une tenue plutôt habillée, casual chic, il me rappelle sans doute aussi un des parfums qui m'a bercé dans mon enfance, je parle là le Miss Dior, le vrai l'authentique, que portait ma grand mère. 

Je retrouve en effet dans Rose d'Homme ce chypré vert si particulier, appuyé de galbanum, de mousse de chêne, de patchouli et d'une pointe d'encens. Ce parfum me semble très compact, tellement les notes défilent en harmonie et sans rupture, avec une certaine constance. Le parfum est complexe, riche, et l'on y devine une tête de bergamote bien charnue évoluant sur des aromates (peut être un peu de thym) et des épices (poivre noir). La lavande et le géranium jouent de concert pour accentuer l'effet "parfum d'homme", élégant et propre, comme toute bonne fougère qui se respecte. Il s'arrondit ensuite dans un accord miellé, constitué sans doute d'un peu de vanille, de baume de tolu, de vétiver, de cèdre, puis très vite vient le cuir, souple mais légèrement tanique. Par certains aspects, il évoque également les encens indiens classiques, que l'on trouve dans les boutiques à thème, ou l'encaustique, voir même la colophane. Bien sûr, la rose, et même peut être une pointe de tubéreuse donnent du liant et la tonalité générale. 

Pour moi, la plus belle évocation de ce parfum est celle d'un temple japonais, construit en bois ciré, entouré de roses ou d'autres fleurs olfactivement proches. Au Japon, j'ai beaucoup senti cette odeur autour des temples et sur les gens. Il parait qu'il se vend bien dans ce pays que l'on imagine sentir le shampoing à peine distinctif. Mélange d'encens et des feuilles de patchouli qui entourent ces temples en abondance, qui sait, peut être est-il imprégné de culture japonaise ?

Rose d'Homme est un samouraï, un homme de caractère mais d'une élégance à toute épreuve, et qui ne se laisse jamais abattre, et aussi calme qu'un lever de soleil sur le mont Fuji. Quoi, vous avez dit petite merveille ? Pensez donc, allez sentir l'extrait, vous m'en dire des nouvelles. Stop, je défaille !

Illustrations : Marc Chapaud - Temple japonais, Les Parfums de Rosine. 

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Grace à vous j'ai découvert les Parfums de Rosine et merci bien je les adore. Je m'intéresse depuis quelques mois aux parfums et je côtoie les mouillettes avec assiduité. Etant un homme je me suis penché évidemment sur Rose d'Homme que j'aime beaucoup. J'affectionne tout particulièrement les Chypres (vous évoquiez Miss Dior que je ne connais pas). Vol de nuit que je porte est un de mes parfums préférés avec Mitsouko peut-être une future acquisition. J'aime beaucoup également Twill Rose qui va être bientôt discontinué. Mon coeur balance entre les deux et je ne sais que faire. Bravo pour votre texte magnifique. Pourquoi les autres blogs ne parlent-t-pas des Parfums de Rosine ? Leurs boutiques façon boudoir nous emmènent dans une autre époque !

Anonyme a dit…

Pardon je n'ai pas signé !

Pseudo : Effluves

Méchant Loup / Thierry a dit…

Merci pour vos encouragements et en effet, j'aime beaucoup cette marque donc j'en parle. Je vois que nous avons tous les deux les mêmes parfums préférés, Vol de Nuit et Mitsouko étant bien entendu sur mon podium également. Si vous hésitez entre Twill Rose et Rose d'Homme, je dirais que le second est plus emblématique de la marque mais comme le premier disparait, il est peut être bien d'en avoir un !