vendredi 5 décembre 2008

La saga Poison - Dior 1985 - 2007 : une réussite aboutie . Et vous ? Quel Poison êtes vous ?

Cinq Opus, cinq interprétations différentes.
Poison : lorsqu'il sort en 1985, on le sent partout. Emblème réussit de la parfumerie des 80's, il est encore là aujourd'hui. Des fruits noirs (cassis, myrtilles, mûres), des fleurs blanches, venimeuses, addictives. Tout cela confit d'un accord miel ! C'est délicieux, comme une tarte aux myrtilles, mais pour vraiment l'apprécier, il faut surement le privilégier en extrait, par très petites touches aux endroits les plus sensuels. Poison donnera alors le meilleur de lui même, sans empoisonner l'entourage.
Tendre Poison : très marqué 90's, mais pas sans intérêt pour autant, Tendre poison fait une interprétation plus douce et très féminine de Poison. Un parfum généreux pour une femme généreuse, maternelle, sensuelle, qui "est" femme et le vit bien. A redécouvrir aujourd'hui, sauf si vous êtes anorexiques, c'est pas pour vous !
Hypnotic Poison : dans le style "je m'impose", il renoue avec son ainé , mais dans un registre plus gourmand. Notre tarte aux myrtilles s'est transformée en "chouchoux", vous savez, les cacahuètes grillées caramélisées. Hypnotic est sucré d'une douce note de caramel et d'amande, de bois lactés et de fleurs blanches solaires et voluptueuses. Comme pour Poison, je dis un grand Oui, mais à petites doses et là où il faut, quand il faut !!
Pure Poison : c'est sa ressemblance avec la Chasse aux papillons de l'Artisan Parfumeur qui m'a tout de suite frappé avec Pure Poison. Du tilleul, du chèvrefeuille et de l'hédione (une note de jasmin, fraîche et délicate), bref, des fleurs blanches énigmatiques pour une signature très Poison. Ces fleurs révêlent ici une facette plus solaires que vénéneuses grâce aux salycilates (notes "solaires") et aux muscs blancs surdosés. Plus juvénile que ses pairs, plus gai et plus frais, plus pur aussi, dommage de passer à coté sous prétexte qu'il est "commercial". A défaut passez faire un tour chez l'Artisan !
Midnight Poison : le tout dernier semble prendre un virage pour coller à la mode du moment. Point ou peu de fleurs blanches ici mais un accord chypré bien fait auquel se sont greffés des fruits sucrés et gourmands : orange, pomme, fraise, abricot offrent un cocktail un peu trop dosé qui masque le bel accord patchouli/rose, bien réel , hypnotique et envoutant mais qui passe presque inaperçu dans ce Midnight. D'autant plus dommage que l'idée de la rose noire était intéressante. Ce qui me plait, c'est qu'il est tout de même moins compromissif que tous ces nouveaux chypres dénués de caractères pondus actuellement à la chaine (Gucci, Elle, Euphoria etc.) . En cela c'est un vrai Poison. Pour résumer, aucun des cinq ne m'empoisonne vraiment, et je trouve l'idée de décliner le concept plutôt bonne parce que les flacons sont jolis et les concepts aboutis. Il vaut mieux cela que des flops à répétition. J'ai envie que tu me piques avec ton poison, quand est ce que tu m'envenimes et avec lequel ?

2 commentaires:

chrisfred a dit…

alors moi je suis hypnotic poison!! et la version elixir est pas mal du tout!!
un bon point aussi à la version elixir de midnight poison qui lui donne un côté moins beauté froide!!

méchant loup a dit…

Et oui, n'en déplaise aux puristes, j'aime le travail de Dior, et ces élixirs sont encore plus aboutis que les originaux. Bon choix en tout cas.