jeudi 12 août 2010

Arsène Lupin le Dandy et le Voyou - Guerlain 2010 : gentlemen cambrioleurs.

C'est bien joli de vouloir parler d'un parfum senti brièvement un soir après le travail et testé en fait très peu de temps, mais que voulez vous, quand on tient un scoop, il semble difficile de résister ... nous sommes donc parfois faillibles !

J'ai pu le découvrir plus longuement en ce vendredi 17 septembre et c'est l'occasion pour moi de revenir sur ce que j'ai écrit, qui comporte des incohérences et des raccourcis. Arsène Lupin Le Dandy est un cuir, où ce sont en fait surtout les épices et l'orange amère qui parlent en tête, dans une impression très sèche, mais opulente. Ensuite, je maintiens les quelques points communs avec Mitsouko que j'évoquais mais il y a également un peu de l'oeillet de Derby. Cette évocation par petites touches est due à la conjugaison de la violette, des épices, du patchouli et du cuir. La violette est plutôt "feuille de violette" que fleur, assez verte et piquante, et accentuée par l'armoise, aux notes d'herbe sèche. Le fond dévoile un cuir retourné, patiné, du foin coupé et de la fumée. Le Dandy est ainsi fidèle à la tradition équestre de Guerlain.

En conclusion, Le Dandy n'est pas mon univers, car peut être un peu trop apprêté à mon goût, mais il est tout le même fabuleux tant la sensation d'un bouquet de violette déposé sur la banquette en cuir d'une De Dion Bouton est précisément traduite, jusque dans la patine du cuir et la légère odeur d'essence. C'était à priori l'idée de départ !

J'ai par contre été trop sévère avec Le Voyou, qui s'avère plus complexe que ce que je décrivais. Pourtant, je n'ai pas voulu le tester plus longuement. Un chose est sûre, il est plus accessible que Le Dandy.

Ils arrivent en boutique le 25 Septembre mais certaines d'entre elles ont déjà des testeurs.

Voici donc ce que j'ai écrit il y a un mois, mais qui n'est pas tout à fait mon ressenti final.

"Arsène Lupin présente la particularité de se grimer, se maquiller, se déguiser ou se transformer, même, selon le personnage qu'il incarne. Il est donc assez difficile d'en faire une description exacte. Néanmoins, au naturel, il s'agit, semble-t-il, d'un personnage plutôt élancé, de belle allure et d'une force peu commune, liée à son entraînement."


Cette phrase, trouvée sur le web pour décrire le physique du personnage s'applique aussi aux parfums qui en reprennent le nom. Les deux nouveaux Guerlain pour homme annoncés pour très bientôt pillent dans le répertoire olfactif du passé de Guerlain pour se grimer, se maquiller et se transformer au goût du jour, dans deux directions : le dandy et le voyou.

Pour le premier,
le Dandy, c'est du coté des chypres et de Mitsouko que le voleur est allé chercher son trésor. La trame de ce Dandy étant l'accord bergamote-pêche- patchouli et mousse d'arbre (car il ne peut utiliser la mousse de chêne). Le parfum se présente donc comme un parfum distingué, altier, élégant, ce que renforce les notes fumées de cuir et de bois comme le vétiver sans doute tant l'aspect général est digne des plus beaux parfums autour du vétiver. Contrairement à Mitsouko, il est peu fleuri, et je trouve que ce Dandy part un peu avec la même intention que ce qui avait été fait l'an dernier avec Mitsouko Fleur de Lotus, à savoir réinterpréter le mythe dans un contexte plus contemporain. Le coté un peu féminin que génère cette parenté avec Mitsouko pourrait gêner quelques uns d'entre vous, mais il est de tradition chez les Guerlain masculins de frôler l'autre rive sans y aller vraiment. Je trouve Arsène Lupin le Dandy intelligemment pensé et digne de la marque, s'il n'y avait le prix. Le seul regret, c'est qu'il n'innove pas plus.

Le second,
Arsène Lupin le Voyou cache sous ses airs de parfum de luxe son amour pour le remix. Est-ce pour brouiller les pistes ou pour être dans le vent ? Sans doute, mais je ne peux m'empêcher de lire dans celui-ci la volonté de faire plus accessible en puisant ouvertement sur le territoire de Boss Signature pour la vanille et le bois de cèdre, qui aurait muté avec la signature ambrée cuirée du parfum qui célébrait les 180 ans de la marque, Guerlain 180 Ans. Cette patte Guerlain trop évidente n'est pas ma tasse de thé, mais elle a me mérite d'être moins élitiste peut être que le Dandy. Vous jugerez par vous même.

Même si je trouve
le Dandy intéressant, il n'y a pas de coup de coeur pour moi, car je trouve que ces héros maquillés manquent peut être ce qui faisait des Guerlain ce qu'ils étaient avant : l'âme de héros des parfums qui prennent des risques, l'âme des vrais parfums. Le choix de ce héros serait-il par hasard le reflet de l'état d'esprit des actionnaires, car vu le prix, le trésor que veulent piller ces gentlemen cambrioleurs, c'est à n'en pas douter celui de votre porte monnaie? Je trouve bien regrettable d'en arriver à ce point pour se retrouver une identité, mais c'est un autre débat.

Ps : soyez indulgents sur vos commentaires car je faisais une petite pose "article" pendant mes vacances et je repars dès demain. Je pourrais donc difficilement répondre. Merci à vous.

10 commentaires:

Association a dit…

Un rapport lointain avec le thème de ce blog mais comme "les sons & les parfums tournent dans l'air du soir"... je prends la liberté de présenter aux lecteurs d'Olfactorum le concert "Le Dandy & le Voyou", organisé par l'association Capricorn le 10 septembre 2010 au Théâtre Adyar (Paris 7). Au programme, mélodies des compositeurs Francis Poulenc & Samuel Barber, par François Le Roux et Jeff Cohen. Tous les détails dans le document ci-dessous (ou sur notre site www.samuelbarber.fr).

http://www.samuelbarber.fr/pdf/Concert%20Barber-Poulenc%2010%20septembre%202010.pdf

Passionez a dit…

J'espère que tu passes de bonnes vacances!

Bien que je ne porte pas de parfums masculins, j'attends avec impatience ces deux nouveaux masculins. Je suis une fervente admiratrice d'Arsène Lupin dont j'ai dévoré les aventures de gentleman cambrioleur!

D'après tes descriptions, j'ai surtout envie de sentir le Dandy.

Anonyme a dit…

On espère que vous étiez mal luné ou enrhumé au moment où vous les avez essayé.

Sinon triste triste. moi qui me réjouissais.

HH

méchant loup a dit…

Ce ne sont pas forcement deux coup de coeur mais le dandy vaut quand même vraiment le coup d'être découvert. Je n'étais pas mal luné mais je regrette vivement de ne pas les voir plus accessibles aussi bien en terme de distribution que de prix et à ce prix, je crois que j'attendais plus.

Anonyme a dit…

Thierry, Arsène Lupin est un parfum qui traîne dans les tiroirs de JP Guerlain depuis un moment. C’est loin d’être un parfum remarquable (un joli accord cuir + violette pour homme) mais c’est mieux que toutes les médiocrités pondues à la chaîne depuis quelque temps par les services marketing maison qui n’ont ni la vision, ni le courage pour refaire de Guerlain la marque de référence dans l’univers du parfum de luxe français. La complicité affichée dans la presse entre JP Guerlain et son successeur Thierry Wasser est un écran de fumée : JPG refuse de lâcher l’affaire et pour le calmer on lui laisse la possibilité de lancer un parfum exclusif à plus de 150 € dans les boutiques Guerlain tandis que le flanker d’Idylle sortira lui partout ailleurs. Quelle tristesse... Cordialement, Juliette

Anonyme a dit…

j'ai bien pensé aussi que vous en attendiez beaucoup et c'est très dommage de devoir réviser ses désirs à la baisse face à une maison comme Guerlain.
Je ne suis sans doute as la seule à être étonnée que Guerlain sorte 2 cuirs pour homme en même temps, au début j'avais cru un pour homme et un autre pour femme, pourquoi pas? Et en lisant le post de Juliette je comprends pourquoi. Ça va vraiment mal dans cette maison. J'irai quand même sentir le dandy...
Bonnes vacances
HH

Thierry a dit…

J'entretenais quelque espoir pour le Dandy...
Dans une collection sélective, avec Jean-Paul Guerlain aux manettes, il est légitime de s'attendre à une fragrance innovante. Quand on se souvient comme moi des lancements de Derby (en 1985) et d'Héritage (en 1992) en grande diffusion cela laisse songeur...

méchant loup a dit…

Comme tout cela est bien réel et regrettable. Y a t il un pilote dans l'avion ?
Je crois voir que d'autres marques en profite intelligemment, comme Serge Lutens, peu perverti malgré tout, Pierre Guillaume, Frédéric Malle, Santa Maria Novella, Annick Goutal, que je vous encourage vivement à explorer ou à réexplorer.

encrenoire75 a dit…

Bonsoir Méchant Loup. J’ai fait comme vous aujourd’hui. Il m’arrive de penser que la boutique Guerlain du Marais est sans doute la plus accueillante de Paris : j’y ai été très bien reçu par une vendeuse qui a sorti ses notes pour m’expliquer en long et en large les caractéristiques des deux parfums. Après un premier essai sur mes poignets, la violette du Dandy me semble presque trop insistante à première vue pour rendre ce parfum attachant. En revanche, le Voyou est assez intéressant : il y a l’aspect cuiré-ambré dont vous parlez dans votre article mais aussi, sauf erreur de ma part, un développement plutôt original auparavant (quelque chose d’aromatique peut-être ?). Il faut dire que j’avais senti pas mal de choses avant et que cela limite un peu la pertinence de mes analyses. Cela vaut cependant la peine de réessayer ces deux parfums pour mieux les cerner. Je dirais juste que ce premier aperçu, s’il n’est pas décevant, ne me donne pourtant pas l’impression que ces nouvelles créations dépassent un parfum comme Derby que j’apprécie de plus en plus par ailleurs. (Reposté après une première publication sur AuParfum.)

méchant loup a dit…

Je suis d'accord, la violette du Dandy est insistante, c'est clair, mais sur moi, c'est une note fumée qui ressort nettement au bout d'une heure. J'ai bien aimé cette note douce amère que je n'avais pas perçue au départ dans le Voyou (orange amère et armoise peut être ?). Je retourne très bientôt, il aura une seconde chance !