mercredi 18 août 2010

Bas de Soie - Serge Lutens 2010 : iris silver silk.

Je ne me rendais pas compte à quel point les nouveaux Serge Lutens étaient attendus mais c'est en discutant autour de moi que je me suis aperçu que les amateurs de parfums frémissent tous à l'idée de découvrir le dernier bébé, au même titre que Guerlain par exemple. Seulement voilà, autant l'on peut être déçu parfois, autant maître Lutens nous livre ses derniers temps de bien belles surprises. Force est de constater que le dernier né, Bas de Soie, ne fait pas exception et porte bien son nom.

Quand l'iris est travaillé en parfumerie, il est généralement associé à la violette, car les deux matériaux présentent de bien belles affinités olfactives. Pourtant, cet accord se mariant si bien, ce qui sort autour de l'iris est assez redondant, et j'ai souvent le sentiment que l'on tourne en rond, avec au final peu de surprise. En outre, il est difficile d'éviter l'effet poudré. C'est alors que parfois, une idée lumineuse surgit et que l'on découvre que cet accord binaire peut sonner différemment. C'était le cas avec Dior Homme, et c'est aussi le cas avec Bas de Soie.

La poésie, la douceur,sont encore de mise de nos jours, vous l'aviez oublié ? Bas de soie vous réconcilie avec le charme et la sensualité à fleur de peau. Puisant ses racines dans un Iris Silver Mist métallique et peut être un peu trop brutal pour certains d'entre nous, Bas de Soie y prend l'essentiel en gommant les aspérités, la brutalité, pour ne proposer qu'une douceur soyeuse et n'en retirer que le velouté et la fragilité. Ce qui frappe donc au premier abord est cet iris transparent et lumineux, métallique sans être crissant. Bien sûr, sa compagne de toujours, la violette est bien à ses cotés, mais elle se fait discrète. Ce qui fait le charme et toute la signature de Bas de Soie vient ensuite : un accord propre, où l'on nous annonce une jacinthe sans que je ne la perçoive vraiment, mais où ce qui me frappe est un effet "lingette pour bébé" à la fois frais, métallique, propre et doux qui sied parfaitement à l'effet voulu d'évoquer la cuisse d'une femme vêtue de bas de soie. La sensation est tactile, sensuelle, à fleur de peau, un peu comme si l'on touchait une peau de velours très douce et fraîchement sortie de la douche.

Le moment est propice, juste avant de commencer à effeuiller ses bas et de respirer sa peau que le parfum magnifiera, vous saisissez un soupçon de pêche blanche, avec cette sensation à la fois juteuse et encore une fois veloutée qu'elle peut avoir. Je crois d'ailleurs savoir que les parfumeurs parlent souvent, pour évoquer la peau d'une femme, de notes aldéhydées et de noyaux de pêche, et j'ai ici cette sensation. Une fois les bas retirés, il ne reste d'elle que la trace laissée par son parfum, un trait d'iris velouté et non poudré, la sensation d'une peau de pêche généreuse et sensuelle qui n'appartient qu'à vous dans un moment intime.

Dans le fond, je saisis enfin cette jacinthe propre et quelques muscs blancs un peu plus communs qui me laisse une sensation de déjà vu. Comme s'il devait ne pas être parfait, je lui pardonne volontiers cela pour m'attarder sur l'effet et la sensation recherchés, parfaitement traduits. Bas de Soie est à découvrir absolument dès maintenant à la boutique du Palais Royal et dans certaines parfumeries, en Septembre ailleurs. Ne vous contentez pas de le sentir sur touche, ce parfum doit impérativement se vivre sur peau comme un voile de soie sensuellement parfumé d'un iris argenté. Ne vous prend-il pas soudain comme une envie de séduire ?

Pour Boxeuses, attendu avec impatience lui aussi, je vous invite à lire l'article de Graindemusc, je ne saurais dire mieux, car c'est exactement cela. Une autre petite merveille.

Illustration : Guy Bourdin.

12 commentaires:

Uella a dit…

Quelle revue! Gros coup de coeur egalement pour moi. J'ai pu me faire envoyer un flacon de France, une merveille ce nouveau Lutens, une vraie reussite.
Alors que j'achetais des recharges du Teint Si Fin et Fini Petale ainsi que le nouveau mascara Oeil pour Oeil de Serge Lutens, j'en ai profite pour presenter Bas de Soie pas encore sorti aux Etats-Unis au staff du corner Serge Lutens Barney's New York, ils ont hate de le recevoir pour le coup.

La ou Iris Silver Mist etait trop austere et stricte, Bas de Soie se fait soyeux, a la fois altier et sensuel. Un sillage "parfum de peau" qui perdure toute la journee avec en prime des compliments qui fusent de temps en temps.
Je le porte presque tous les jours depuis; je l'aime a la folie!

Thierry a dit…

Ce qui est étonnant c'est que plusieurs personnes - ce que je peux comprendre - trouvent Iris Silver MIst trop froid, métallique, austère...
Pour moi justement le départ de Bas de soie que je trouve très créatif et novateur est encore plus métallique et un peu strident (ma remarque n'a rien de péjoratif) et la jacinthe (pas dans ces facettes charnelles) est présente immédiatement. L'accord propre et savonneux qui suit me déçoit parce qu'un peu "générique", manquant de personnalité.
Quant à Boxeuses, il faut que je le ressente mais je crois que je vais l'adopter...

méchant loup a dit…

Et bien je crois qu'il y a là un parfum qui met tout le monde d'accord ! Uella, je comprends au combien cet engouement, et Thierry, vu que tu aimes ce qui est chaud, rond, sensuel et cuiré, je ne serais pas étonné de te voir céder à la tentation coup de poing des prunes charnues apportées pas boxeuses. Moi aussi j'adore les pruneaux à l'armagnac...
Cet été, j'ai pour ma part cédé à Bornéo et Fumerie Turque, enfin, depuis le temps que je cherchais à les apprivoiser en conservant toujours une forte attirance pour Sarrasins, qui risque bien lui aussi de les rejoindre très bientôt!

chakim a dit…

quelle poésie, quel lyrisme !
Autant j'ai été enthousiasmée par Boxeuses dont j'ai obtenu un décant avec plaisir autant Bas de soie m'a laissé de marbre !
J'adore Iris Silver Mist que je ne trouve ni froid, ni métallique, ni austère par contre Bas de soie m'a laissé sans impression, juste un fleuri "ordinaire" (je sens que je vais me faire lyncher sur ce coup là lol !) pas sensuel du tout et à la limite "agaçant" au sens étymologique du terme !
Mais tu le décris avec tant de joliesse, tant d'ardeur que je me sens de lui laisser une seconde chance !
merci de ton lyrisme !

méchant loup a dit…

Chakim, il faut lui laisser une seconde chance. Quand même, à coté de tous ces fleuris ordinaires à base de muguet, de framboise et de muscs, cet iris soyeux est vraiment de bonne facture. Aller, un petit effort... par contre, si tu aimes boxeuses, c'est tout a ton honneur. Ce cru 2010 présente un beau duo !

chakim a dit…

merci de ton indulgence, j'irais donc le ressentir, je te fais totalement confiance !
Donc peut être que prochainement j'émettrai un autre avis plus consensuel !

Uella a dit…

J'hesitais a intervenir mais Mechant Loup qui a raison me facilite la tache.
Bas de Soie est un OVNI dans le paysage de la parfumerie actuelle!

A New York, 90% des femmes ne se parfument meme plus et lorsqu'elles se parfument c'est forcement un fruite floral pale ou un vulgarissime fruitchouli hautement calorifique, alors imaginez-moi parfumee en Bas de Soie, maquillee et fardee en Serge Lutens dans une societe americaine qui idolatre le style vestimentaire "casual", les hair extensions, les fausses dents blanches, les faux ongles, les levres siliconnees et le visage botoxe et ou s'habiller en noir est tres mal percu, je passe pour une femme tres europeenne, hautaine et intellectuelle (alors que je n'ai pas du tout l'impression d'etre la bourgeoise intello "Neuilly-Auteuil-Passy"!)

méchant loup a dit…

Uella, effectivement, l'Amérique ne renvoie pas une image qui prône la finesse et la délicatesse, mais, et elle apprécie les odeurs propres. Tu as donc parfaitement raison, c'est un OVNI qui conjugue le meilleur du fin, du délicat, et du propret. Mais tu sais, dans un monde ou même Chanel se met à lancer des choses bien aseptisées pour vendre et qui se vendent, porter Bas de Soie est presque un acte intellectuel et revendicatif. C'est aussi pour cela qu'en prenant le temps de redécouvrir les créations orchestrées par Serge Lutens (qui tu as failli me faire détester quand même), il est bon de souligner qu'une telle parfumerie alliant matières de qualité, style, créativité en toute simplicité existe encore aujourd'hui, et c'est à ce demander si ce n'est pas la seule. Même si je continuerai à parler et à aimer d'autres marques et d'autres créations, actuellement, je suis en passe de penser que c'est le concept de la marque Serge Lutens qui est extra-terrestre.

Uella a dit…

C'est vrai qu'entretenir une vision non-consensuelle de la beaute et de l'esthetisme c'est un acte intellectuel et revendicatif. Quand on compare les photos de Serge Lutens legendaires pour ses femmes et ses hommes androgynes au teint blanc a la vulgarite commerciale des magazines de mode actuels ou les mannequins sont artificiellement bronzees, saines et heureuses toute l'annee, ca me penser a ce qu'avait dit un jour Christine Angot a propos de Regine Desforges (qui pensait que lire Sade c'est traumatisant), Quand on a lu Sade, forcement apres c'est impossible de lire une mievrerie comme La Bicyclette Bleue.
Dans ma vie il y a eu un avant et un apres Serge Lutens; quand on porte Tubereuse Criminelle et Feminite du Bois, comment peux-t-on apprecier les nouveautes mainstream de Chanel, Guerlain et Dior? Serge Lutens disait qu'a l'epoque ou il travaillait chez Dior, Dior c'etait Christian Dior, aujourd'hui Dior c'est Nike.

JulienFromDijon a dit…

Je trouve les commentaires d'Uella très intéressants.

Étrange vision de ce New York où les femmes riches ont les dents trop blanches, et où les femmes ne semble connaître que 2 types de parfums.
L'idée du style vestimentaire "casual" m'intrigue aussi. En Allemagne j'en ai connu une autre version.
J'imagine qu'au USA, celà consiste à faire comme si on avait choisi une robe au hasard le matin, jolie pas trop travaillée et confortable. Une façon d'être jolie, décontractée, et bien dans ses baskets : en un mot "cool". Comme si on était naturellement belle et décontracté. Bien sûr c'est un style travaillé, une manière de récolté des compliments.
En Allemagne, le style jean et/ou vêtement noir prédomine chez les étudiantes et les femmes, "casual" donc. Un côté adolescent : le noir masque les formes et n'est pas une couleur trop difficile à coordonné, une façon aussi de ne pas se mettre en avant (c'est comme un uniforme qui vous masque). Un côté "vêtement quotidien" relâché, mais aussi un peu austère dans la façon de ne pas s'autoriser à être original.
Et si un copain venant d'Afrique, ou moi, sortions un peu trop habillé façon costard, on suscitait de drôle de regard.

Mademoizaile a dit…

Je viens de découvrir Bas de Soie (sur une touche je précise) et je suis étonnée par l'odeur qui reste au bout de quelques jours. Ça sent la femme non pas sale mais qui ne sort pas à l'instant de sa salle de bain. C'est vraiment étrange. Il faut que je le teste sur ma peau pour voir si l'effet apparait en tout cas c'est surprenant et surtout pas courant.

D. a dit…

Petite déception pour moi. J’ai l’impression de sentir une variation sur le N°19. (Version eau de parfum) Jolie et intéressante variation, mais pas de quoi susciter mon enthousiasme. Mais c’est vrai que dans le paysage actuel, ce type de parfum semble devenir une urgence.