vendredi 14 janvier 2011

Parfum de crème, crème de parfum ?

Je ne sais pas si vous aussi vous l'avez remarqué, mais il semble y avoir une tendance très présente en ce moment dans la tête des parfumeurs, à moins que ce ne soit dans celle de ceux qui étudient le "marché" à leur place : les parfums qui se positionnent pourtant comme des produits assez haut de gamme puisent de plus en plus souvent dans le registre des parfums des crèmes cosmétiques ou des lingettes pour le corps. Crème de jour ou de soin, leur trame est reprise et retravaillée pour en faire de vrais parfums de peau. Vous y verrez souvent les notes de magnolia, de muguet, de rose et de violette. Dans les cas que je vais citer en exemples, les matières sont bien choisies et l'effet n'est pas désagréable. Reste à savoir si au final, c'est le sentiment de sentir bon ou celui de porter un parfum qui prévaut ?

Le tout premier parfum auquel je pense est Blu de Bulgari, qui reprend plutôt l'odeur d'une crème solaire dans un esprit vacances. J'aime sa douceur de rose douce et musquée et le contraste qu'apportent le gingembre et le patchouli. Abstraction faite de tous les paramètres objectifs, ce parfum m'amène en vacances.

En 2010, le premier à annoncer clairement le mouvement est Annick Goutal, qui présentait Rose Splendide en revendiquant clairement que ce parfum était dérivé de sa ligne de produits pour le corps. Effet de rose perlée dans une crème de jour, le parfum est subtil, très délicat, mais manque un peu de matière dans son évolution sur peau à mon goût.

Love Chloé surfe aussi sur la vague, mais là, dans mon esprit, il reprend la note douce et crémeuse du savon et du gel douche Dove, qui reste tout de même un bel exemple d'accord "fonctionnel" texturé et luxueux. Des notes très poudrées d'iris habillent ce sillage signé.

Fleur de Cristal, le tout dernier parfum de Lalique, reprend lui aussi un accord de lingettes pour le corps pour en faire un parfum de peau très féminin. Le seul petit défaut que je lui trouve, c'est qu'à trop vouloir aller chercher à imiter J'Adore en décortiquant des études sur les matières qui excitent les hommes, ils ont poussé le bouchon un peu trop loin dans le coté "oestro-génant", comprenne qui pourra. Dommage, dans un flacon qui lui, est splendide, ce muguet propret aurait mérité plus de tension, comme J'Adore le fait si bien.

En Italie, Lorenzo Villoresi se caractérise par des parfums assez capiteux et très texturés par les matières naturelles de grande qualité. Ainsi, bien qu'Iperboréal, son tout dernier bébé, puise dans les crèmes de luxe son identité, le sillage, lui, est dense et très marqué par le benjoin, qui caractériserait un peu la "patte" LV et apporte une réelle profondeur à cette atmosphère féminine et feutrée. Sur peau, c'est pareil, et du coup, ce parfum ne fait pas si cosmétique qu'il pourrait le laisser présager au départ.

Enfin, L'Eau d'Issey florale, qui arrive très bientôt, reprend également un accord violette-rose-hédione très courant dans les crèmes et lingettes, et l'habille d'une rose très douce et des notes marines et boisées de l'original Eau d'Issey, retravaillées avec des musc bancs. Je lui trouve un effet très "peau" et très doux.

Je pense également à la Rose de Roger et Gallet, qui offre pour un prix dérisoire une sensation cosmétique qui peut être appréciable les jours où l'on n'a pas forcement envie de se sentir parfumé. Une eau calme et apaisante, qui procure tout au plus le plaisir de sentir bon.

A mon avis, même s'ils ne sont pas désagréables, il faut bien avoir à l'esprit que se sont au départ des accords discrets qui ne sont pas vraiment des parfums. Je suis partagé car même si je trouve qu'ils n'ont pas les mêmes qualités que les grands Guerlain, j'aime leur douceur et leur lecture au final assez simple, qui dans les cas de Blu, Iperboréal, Love Chloé et L'Eau d'Issey Florale, est pourtant relativement texturée. Si c'est une tendance observée par les experts de la chose, j'espère que le public qui est sensible à ces parfums de crème sait aussi reconnaître par ailleurs la crème des parfums.

5 commentaires:

Jicky&Phoebus a dit…

Oh la la !!! Méchant Loup ! Tu viens de faire succomber tous les profs de français de France avec ton magnifique chiasme ! Petite filoute ;)

Trève de plaisanterie ^^

Je suis pas hyper fan de leur nouvelle rose chez Goutal finalement. Oui, comme toi, pas assez de tenue ni de réelle personnalité. Ok, c'est une belle rose, mais est-elle vraiment utile face à d'autres de la même marque ? Je ne crois pas... (cf le mois de la rose !)

Sinon, je viens de remarquer le côté charnel et crème de L'Eau d'Issey Florale ! Je suis sûr que c'est avec le lotus ! Je vois toujours l'image d'un rouge à lèvre blanc ou rose pale avec le lotus...

Je ne connais pas le Blu, mais j'irai le sentir !

En tout cas, merci Méchant Loup pour ce pure moment de littérature =)

Jicky !

nez-lik a dit…

Pour ma part j'apprécie beaucoup la Rose Splendide de Goutal, précisément pour ce qui est dit dans l'article : c'est une odeur cosmétique, légère et agréable pour les jours où l'on a simplement envie de sentir bon. J'aimais beaucoup la vaporiser sur mon oreiller en septembre, quand les soirées avaient encore une atmosphère estivale.

Il s'agit en effet d'une "eau parfumée" et non d'un "vrai parfum" - qui aurait été beaucoup plus riche et travaillé si la maison Goutal avait décidé de la sortir sous cette concentration (je m'avance peut-être un peu, mais il suffit de sentir Quel Amour ou Ce Soir ou Jamais pour s'apercevoir de la différence).

Voilà, c'était ma minute groupie...

Sur cette thématique, je me permets de poser une question ouverte : y a-t-il des parfums que vous préférez sous forme de crème ou de cosmétique, plutôt qu'en eau de toilette ou eau de parfum ? Je vous avoue que les poudrés me font un peu cet effet : j'ai préféré acheter la Rose de Rosine en crème pour le corps, je trouve que l'effet est plus réussi. En plus, cela me permet de superposer une eau de toilette différente pour faire des mélanges sympathiques, genre Rose Ikebana ou Musc Koublai Kahn.

Pardon pour le 3615 MyLife... :p

D. a dit…

J'ai aussi envie de réagir à propos de la Rose Splendide que j'ai beaucoup aimé parce que j'utilise des soins Goutal et que j'adore leur senteur, mais finalement, la version parfum, agréable, est plutôt décevante et j'aime autant me servir d'une crême de la marque pour retrouver cette jolie odeur.

Tout comme Nez-Like, il y a des parfum (à odeurs assez simples en général) que je préfère utiliser en lait pour le corps parce que leurs notes finalement s'y prêtent très bien, voir mieux.

Dans le cas de Roger et Galet, ça semble une démarche délibérée, non? Puisque leurs "parfums" sont d'emblée conçus comme faisant partie d'un tout et doivent donc dès le départ être pensé comme pouvant s’intégrer aussi bien à une forme cologne, savon, lait ou bougie.

méchant loup a dit…

Jicky, littérature littérature, cela me surprend beaucoup car je n'ai malheureusement jamais été très doué dans ce domaine pour tout avouer. Sur l'Eau d'Issey Florale, on peut sans doute parler de lotus, mais c'est un fait soit un accord réalisé par Alberto Morillas, soit une base constituée de différents composants. Cela dit, je suis bien d'accord avec cet effet que tu évoques.
Et oui, Nez Lik et D, il y a en effet des parfums que l'on préfèrerait voir rester sous forme de crèmes où de lingettes mais la démarche qui contredit cela est celle de R&G, comme le souligne D, car les parfums sont pensés dans un tout pour parfumer un geste quotidien.
Envisager un parfum qui pousse l'accord "cosmétique" dans les retranchements plus nobles pour le magnifier, c'est finalement pas si nouveau que cela car cela se fait depuis le début de la parfumerie, et je crois bien que certains des parfums Guerlain doivent leur signature aux crèmes de bonne femme et autres météorites imaginés pour d'autres cieux et d'autres "supports" comme disent les pros.

soph a dit…

c'est ça, c'est e qui me vient à l'esprit quand je sens l'eau di'ssey florale, une odeur de créme de soin, de lingette, quelque chose d'intime, de cocon et de rassurant, une odeur de soin un peu cosmétique, très très doux.