samedi 8 septembre 2012

Vanille - Réminiscence 2012 : Miss Shalimar au grand jour.

Depuis plusieurs années maintenant, je ne comprends toujours par pourquoi Guerlain ne s'est jamais penché sur le nom d'un Miss Shalimar. Faisant écho aux publicités du parfum des années 80-90, ce nom aurait sans doute trouvé ses lettres de noblesse. Mais peut être que l'ombre de Miss Dior (on ne rit pas), ou de Coco Mademoiselle a t elle freiné les ardeurs pour ne faire qu'un Shalimar Initial certes créatif et équilibré, mais peut être un peu hésitant. 
Ce Miss Shalimar aurait pu être une vanille cuirée, très douce, un peu comme peut l'être Cuir Béluga. Mais, lorsque j'ai demandé à Sylvaine Delacourte pourquoi l'accord de Cuir Béluga n'était pas exploité pour un grand lancement, sa réponse fut très claire : il n'y a que la France qui aime la vanille à ce point, le marché international, lui veut des floraux.

Soit, mais aujourd'hui, alors que Guerlain hésite et tâtonne sur un marché international sans positionnement fort et avec une certaine perte d'identité et de crédibilité, d'autres, moins timorés, n'ayant rien à perdre, prennent des risques et c'est le cas aujourd'hui avec Réminiscence, qui nous propose une vanille dans le plus pur style de la maison et de ce que sait faire Fabrice Pellegrin, qui s'illustre déjà avec le magnifique Volutes chez Diptyque.

Cette Vanille pourrait donc être ce que j'aurais imaginé personnellement pour un Miss Shalimar : la vanille, signature principale, mais dans une vision moderne, contemporaine, allégée. La bergamote et l'osmanthus, dont les tons abricotés se font remarquer dès les premières notes, marquent le territoire d'une certaine originalité fruitée, mais pas lourde du tout, car presque veloutée. Les notes florales de jasmin, d'iris, d'ylang ylang, d'héliotropine (note centrale dans l'Heure Bleue), sont aussi légers qu'un voile au soleil et aèrent le coeur du parfum. Le fond, très fidèle à la marque, appelle patchouli, notes ambrées de benjoin, de fève tonka, de café et de muscs blancs parfaitement harmonisés. La structure de Shalimar n'y est pas certes, mais le style, l'évocation, elle, aurait été parfaite dans une vision rajeunie de celui-ci !
 
A la fois gourmande comme une glace à l'italienne et légère comme un macaron, elle se porte sans avoir la main trop lourde (autre coutume maison), mais avec une relative facilité, et sans écoeurer l'entourage comme les vanilles de supermarchés. Notons que les évolutions dans le traitement des facettes de la vanille ont permis de réaliser un tel parfum, qui n'aurait pas forcement été possible il y a quinze ans. Trois vanilles, de Tahiti, de l'île Bourbon, et d'Ouganda, aux aspect floraux pour l'une, torréfiés pour l'autre et cuirés pour la troisième, contribuent à cet ensemble. 

Comme à son habitude, la marque prend un pari, que l'on aimera ou non, mais cette vanille que je qualifierais de "vanille poupon", comme Volutes, apparait nettement comme un petit délice de cette rentrée. Coup de coeur également pour le visuel, très "barock glam chic" ... Vous voyez bien que la vie est belle !

Illustrations : couleurs vanille, Réminiscence.

11 commentaires:

Jicky et Phoebus a dit…

Franchement, c'est quand même très très sucré cette Vanille de Reminiscence.

Les trois vanilles utilisées sont très belles mais mal mises en valeur dans le parfum qui sur peau se noie un peu trop dans le sucre.

Shalimar Initial est à mon avis plus créatif, plus maitrisé et beaucoup plus complet que cette Vanille ci...

J.

Méchant Loup / Thierry a dit…

Tu fais donc partie de ceux qui n'aiment pas.
Oui, une vanille sucrée certes, mais Réminiscence n'aime pas les compromis, et nous ne sommes pas sur une vanille classiquement "vanilline" ou bas de gamme.
Avec le recul, je comprends pourquoi ce choix n'a pas été fait chez Guerlain, mais ici, dans la marque, ce parfum trouve légitimement sa place.
Personnellement, je la trouve vaporeuse, élégante, avec cette note régressive de "poupon" commune à Cuir Béluga...
En outre, l'osmanthus, en tête, est très intéressant, et le café torréfié lui donne du corps à mon sens.

Anonyme a dit…

Donc c'est bien la preuve que Guerlain/LVMH/Sylvaine Delacourte lancent des parfum uniquement en fonction de ce qui ressort des etudes de marche a l'international! Bravo! Pourtant si je ne me trompe, effectivement les parfums Guerlain en dehors de France ne marchent pas tres fort, aux Etats-Unis, Guerlain c'est uniquement le maquillage, les parfums ne marchent pas, que ce soit les classiques ou les nouveautes, ca vend pas.

Heureusement qu'il y a encore des parfumeurs authentiques comme Serge Lutens qui lui se fout completement de tout ca, d'ailleurs ca ne l'a pas empeche d'ouvrir sa superbe boutique a Barneys New York ou desormais il vend ses flacons de table!


Emma

Méchant Loup / Thierry a dit…

Je précise que Sylvaine ne faisait pas ce qu'elle voulait, qu'elle a tout de même réussi à imposer la gamme "l'Art et la Matière" (tu vas dire que ce n'est pas du Lutens) mais ce n'est pas elle qui imposait les études de marchés ! Pourtant, c'est bien la réalité, les Guerlain largement diffusés sont étudiés pour être vendus dans le monde.

Méchant Loup / Thierry a dit…

Et là il s'agit de Réminiscence, donc on ne va pas encore, une énième fois relancer ce débat ;-)

Anonyme a dit…

Sylvaine Delacourte s'arrange toujours pour faire celle qui fait ce qu'elle peut alors qu'elle est tout de meme directrice!
Flop apres flop apres flop apres flop commercial a l'international, je me demande comment cette femme ait pu garder son poste, je suis stupefaite!
L'Art et la Matiere n'est pas un vrai concept Guerlain mais bel et bien Serge Lutens. Les noms de parfums principalement, Guerlain a toujours fait des orientaux donc ce n'est pas la le probleme mais quand on a des parfums exclusifs qui repondent aux noms de Tonka Imperiale et Rose Nacree du Desert, la on nage en plein Lutens et c'est fort dommage, ca denote un sacre manque d'imagination et une impossibilite d'evoluer en rapport avec l'identite de la marque.
Si j'avais le poste de Sylvaine Delacourte, vraiment Guerlain aujourd'hui ce serait autre chose!



Emma (New York)

Méchant Loup / Thierry a dit…

Je crois que tout le monde à bien compris. Sinon, as tu un avis sur cette Vanille, sur Réminiscence ?

Anonyme a dit…

Non malheureusement pas, la vanille fait partie de ces matieres qui ne m'interessent pas ou plus en parfumerie, il en va de meme avec la fleur d'oranger. J'ai porte il y a dix ans Fleurs d'Oranger de Lutens, je ne pourrais plus aujourd'hui, de meme j'avais bien aime l'execution de Vanille Galante mais je me suis lassee tres vite de ce parfum.
Et puis je suis aux Etats-Unis, je ne suis pas certaine de pouvoir trouver cette marque ici, en fait tu me donnes envie quelque part, ne sait-on jamais ;-)


Emma

Anonyme a dit…

Tres belle évocation de Vanille.
C'est une suite logique aux patchouli ambre et musc.. Elle fait partie de la signature de cette belle maison. La vanille touche l inconscient des gens, universelle, réconfortante , elle se fait séductrice et addictive , et se dévoile avec passion. Elle fait du bien au cœur !

Anonyme a dit…

C'est fou la ressemblance avec Cuir Beluga, de Guerlain ! Une évidence ! Du coup, la même note daim qui me gêne...

soph a dit…

pareil, je sniffais des trucs à sepho tt à l'heure avec juliette, et elle me dit tiens a s tu senti cette vanille? Moi non pas encore... Elle; tu vas vaoir elle me fait penser à .. enfin non tu verras.... et la première chose qu'elle m'a evoque c'est Cuir béluga, certes en un peu plus doucereux, un petit poil moins élégant, mais globalement c'est assez proche; (bon je porte cuir béluga aujourd'hui alors peut-être que ça m'influence, mais quand meme..) Enfin bref pas mal je trouve! et l'aspect poudré et cuiré permet d'atténuer le côté potentiellement trop sucré de la vanille .