samedi 12 septembre 2009

Aqua Universalis - Maison Francis Kurkdjian 2009 : united colors of Francis Kurkdjian.

Je commencerais cet article par un seul mot : merci ! Monsieur Kurkdjian, malgré votre réserve et votre distance un peu froide que je mettrais sur le compte d'une popularité peut être lourde à supporter parfois, je tenais à vous remercier. Vous ne le savez sans doute pas, mais vous venez de concrétiser un de mes rêves olfactifs. Constatant cela, je comprends mieux également pourquoi j'ai choisi de prendre de la distance par rapport à la création de parfum, qui était un rêve personnel : pourquoi s'évertuer à vouloir faire quand d'autres le font déjà très bien avec talent ?
Personne ne le sait et c'est normal, mais je me demandais depuis déjà plusieurs années comment transcrire l'idée d'une Cologne moderne, portable par tous et par tout temps, mais dont le concept irait au delà du parfum, avec comme représentation mentale le bleu du ciel avant le coucher du soleil. Le nom d'Aqua me parlait déjà avec l'idée de l'utiliser comme un "splash". Rafraîchissante comme une bouffée d'oxygène, je l'imaginais en puisant dans Ck be, dans Dunhill Homme d'Amandine Marie et dans Dune Homme de Dior quelques notes propres et salycilées faisant penser à une peau salée que le sable aurait frottée. Ce serait le point de départ. Après quelques essais que je laissais tomber très rapidement par manque de temps, de moyens et d'envie mais que je conserve encore, l'idée demeurait en secret. Aqua Universalis correspond exactement à ce que j'imaginais, je vous remercie donc d'avoir su et pu réaliser ce rêve, avec un style et une signature olfactive fraiche et vive, très légèrement marine et épicée d'une finesse qui transcende les parfums cités.
L'Aqua Universalis dépasse donc tout ce que l'on imagine d'un parfum. Il y a sans doute en arrière pensée l'idée d'un luxe épuré, léché, simple. Une eau que tout le monde pourrait porter que l'on soit blancs, noirs, jaunes, rouges, verts, en Europe, en Asie, en Amérique, en Afrique, partout, été comme hivers, une eau qui formerait un tout, comme une aura que l'on aurait autour de soi, en soi, sans avoir l'impression de porter un parfum. Une eau, dont la complexité se trouverait non pas dans la richesse exceptionnelle des matières premières utilisées, mais dans la simplicité des choix effectués sur des notes très pures convergeant vers l'aboutissement de l'idée. Une eau, que l'on porterait sur soi, sur ses vêtements, dans ses draps, sur son linge, comme un refuge. Une eau universelle, pour tous et pour tout, comme un message de paix. Tout est en un tout, uni. Comme si finalement, le vrai luxe aujourd'hui était de ne pas mettre tout son argent dans un parfum cher, luxueux et opulent mais de s'offrir cette simplicité, cette limpidité, cette sorte du lumière, en soi, pour soi et pour les autres, une simplicité où même l'odeur des bulles offertes à ses enfants serait reconnaissable par ses accents de poire, d'herbe coupée ou de menthe fraîche.

Francis Kurkdjian aurait donc la réserve d'un talent dont il peut effectivement être fier.
Pureté des matières, pureté des lignes, choix des matériaux, aboutissement d'une idée, d'une personnalité, c'est une belle surprise à laquelle à vrai dire je ne m'attendais pas. Pour cette rentrée, il semblerait même que j'ai envie de renvoyer tous mes derniers coups de coeur aux oubliettes pour laisser ce doux rêve prendre place autour de moi : Aqua Universalis pourrait bien avoir raison des Back to Black, Fille en Aiguille, Fahrenheit Absolute, Chloé Intense et beaucoup d'autres. Une pureté qui ressource, comme une bouffée d'oxygène qui fait du bien.

Pour la description olfactive et l'impression générale, je partage entièrement l'avis d'Octavian sur cette idée de diamant scintillant et transparent : "This one is the scent of sparkling diamonds" et je vous invite à lire son article.

Maison Francis Kurkdjian, 5 rue d'Alger 75001 Paris, suivez les bulles parfumées ! Site.

Illustrations : 6 milliards d 'autres - Arthus Bertrand et Francis Kurkdjian
.

3 commentaires:

Thierry a dit…

Eh bien... moi qui te parlais de la boutique, des packagings, du luxe apaisé et raffiné des objets... J'étais loin de m'imaginer qu'Acqua Universalis susciterait un tel enthousiasme !!!
J'attends de connaître ce que tu as pensé des 2 versions de Lumière Noire...

méchant loup a dit…

Thierry, disons que Aqua Universalis est une rencontre avec une idée qui me tenait à coeur en secret et je suis content de voir "en vrai" : j'aime les chocs de ce style, un peu comme Idylle, proche également d'une idée chère.
Les 2 Lumières Noires brillent par leur profondeur et une certaine richesse qui ne cèdent pas à la facilité. Très aromatique et camphré pour le masculin, plus fruité mais dans un registre "pêche" lactonique utilisé dans les grands classiques pour le féminin.
Une certaine liberté d'expression ou l'aboutissement d'une création qui lui était chère au départ, hors contraintes, me semble être le fil conducteur de cette maison. Ces créations sont me semble t il à appréhender comme si FK avait apporté un peu de lumière, par petites touches très fines et personnelles à des accords qu'il a déjà travaillé comme Gaultier 2, Classique, Le Mâle et Rose Barbare, comme pour "ouvrir" ces accords sur des notes plus contemporaines, plus pures, plus actuelles et sans contrainte. Peu d'accords créatifs ou très innovants, mais plutôt de belles réécritures, dans un registre très personnel. La maison FK semble ainsi concrétiser le rêve de tout parfumeur. Moi, je dis juste "chapeau bas", mais s'il vous plait Francis, ne soyez pas si sauvages...

gicerilla a dit…

Voilà une dythirambe ou je ne m'y connais pas. Il est plaisant pour moi de lire votre passion qui ressemble comme un siamois à ccelle que j'ai éprouvée en découvrant pour la première fois les fragrances étonnantes et non conventionnelles de Serge Lutens. Mais le parfum ne peut susciter que des réactions extrêmes et la passion n'est jamais loin quand il s'agit de véritables parfums de créateur et non pas de ces eaux insipides démultipliées comme des clones à base de molécules synthétisées par Givaudan ou Firmenich.