jeudi 18 août 2011

N° 19 Poudré - Chanel 2011 : infusion N°19.

Joyeux anniversaire Mademoiselle ! En ce 19 Août 2011, elle aurait eu 128 ans ! En France, il a fallu attendre, mais nous y sommes enfin, il est arrivé, le très attendu N°19 Poudré, qui est un peu "le" lancement de l'année qui mettait en haleine.

Que dire ? Premièrement, constater que depuis Infusion d'Iris et Dior Homme, l'iris a le vent en poupe. Et c'est flagrant cette année. Avec des lancements comme Shalimar Initial, Le "nouveau" Dior Homme revisité, et très bientôt Angel en eau de toilette et Mon parfum chéri et, il prouve ses lettres de noblesse, mais il montre aussi qu'il est le fruit de toute les recherches sur les matières premières afin de trouver un substitut moins cher que le précieux rhizome d'Italie. Et ces recherches ont été bien fructueuses, car il existe maintenant quelques très jolies "bases iris" dans la palette des parfumeurs, et ils auraient tort de s'en priver, ce que je ne manquerais pas de faire non plus très prochainement.

Deuxièmement, comparer avec l'eau de parfum N°19. Cela ne joue pas en sa faveur. Senti seul, il fait illusion, sa note iris est très présente et il se montre d'une élégance contemporaine somme toute assez réussie et maitrisée, mais qui fait la part belle à une base trop vue et toute faite à base de muscs blancs, de vanille et de fève tonka. L'on y retrouve un peu de la verdeur du N°19 original, mais elle est atténuée, polie. N° 19 poudré porte bien le qualificatif de" poudré" car il met vraiment en avant un iris lumineux et transparent, mais comme c'est au détriment de la verdeur très pointue du galbanum, de certains bois nobles et du rhizome d'iris, il se fait plus léger, plus lumineux que son grand frère, peut être un peu moins "brut", mais il en perd la noblesse, le port altier et surtout l'allure, si chère à mademoiselle. Il n'en garde que le "chic" actuel et décontracté, mais sans vrai panache !

Amatrices de l'original, si vous chercher une infusion plus légère du N°19, pourquoi pas, et si vous avez aimé Infusion d'iris, ce N°19 poudré vous en propose une variante pas très éloignée. En effet, comme le soulignait un lecteur, ce N°19 poudré n'était sans doute pas indispensable, mais il a au moins le mérite de refaire parler d'un mythe, dans un flacon qui l'est tout autant, et agira ainsi comme une alternative.

Après N°5 Eau première et N°19 Poudré verrons nous sans doute bientôt naître un Coco "Chypre" ou un Cristalle "Lumière" afin de que les sirènes du cash chantent encore leur cri !

Joyeux anniversaire mademoiselle ! Vous écriviez la mode, force est de constater qu'aujourd'hui, Chanel parfums la suit...

Illustration : Jack Vettriano, Chanel.

11 commentaires:

Laurent Husser a dit…

A ce sujet, je m'interroge depuis quelques temps; Pour le N° 19, l'original, quelle est la plus belle version puisque chez Chanel il y a toujours des différences, eau de toilette ou eau de parfum ? et enfin, est-ce portable pour un homme ? j'ai testé sur moi et j'ai été agréablement surpris...

méchant loup a dit…

Bonjour Laurent, en effet, les versions sont différentes chez Chanel et je crois que la plus belle pour le N°19 est bien l'extrait, mais c'est une habitude chez Chanel. L'eau de parfum n'est pas mal car c'est un bon compromis car la verdeur ressort bien, l'eau de toilette étant un peu pauvre en matières "nobles".
Quant à savoir si un homme peut le porter, en effet, je me posais moi même la question car l'iris et le galbanum ne sonnent pas plus féminin que masculin, et N°19 est un mythe. Etre un mec, habillé cool chic ou même en tenue décontractée et jouer sur le décalage par jeu, on pourrait ne pas le reconnaitre et ce serait surprenant.
N°19 poudré, lui aussi, peut être décalé sans soucis, tout comme Infusion d'Iris ou Martin Margiela.

Anonyme a dit…

Je jubile! Lorsque Perfumeshrine nous avait annonce la future sortie de No.19 Poudre il y a plusieurs mois et apres voir lu le contenu du press release, j'avais laisse un commentaire sur son blog en faisant le parti, parce que j'en etais mais alors plus que sure, qu'a tous les coups ce No.19 Poudre serait une version diluee Bas de Soie de Serge Lutens.
Hors, je viens de lire la revue de No.19 Poudre par Octavian Coifan du blog 1000fragrances, et lui qui l'a pu le tester pour sa critique, trouve que ce flanker n'est rien d'autre que Bas de Soie depossede de ses elements les plus interessants!
Il y a pas a dire, je suis quand meme balaise non?

Emma ;-))

Incense a dit…

N°19 sur un mec? Bien entendu, c'est mon parfum préféré, en EDP!!!
Et Mechant Loup qui me connait en "live" pourra vous dire que je suis pas spécialement effeminé pour autant! (PS c'est Benoit "Incense")...
Pour ce 19 poudré, je le teste depuis début aout (merci les lancements à moins cher et en avacnce en Espagne... la mega honte pour Paris...), et je le trouve parfait pour l'été et les grosses chaleurs. En revanche, moins class' que son grand frère, et assez proche en effet d'infusion d'iris...
Bien à vous!!

méchant loup a dit…

Emma, personnellement, même si en effet Bas de Soie joue aussi sur l'iris, je trouve N°19 poudré plus proche d'Infusion d'Iris que de Bas de Soie.
En revanche, je suis d'accord, il est un peu dépossédé des éléments intéressants que peuvent avoir les ces 2 là.
Incence, je crois définitivement que tu as ce que l'on appelle une "peau à parfums" et j'imagine ce que peut donner N°19 ! N°19 poudré en alternative "light" pour l'été, c'est bien l'idée me semble t il !

Géraldine a dit…

Pour Cristalle, c'est déjà fait : Cristalle Eau verte. Pour Coco aussi, et ce fut le précurseur de la gamme avec Coco Mademoiselle ! Allure a sa "sensuelle"... ne reste donc plus que Chance dans la gamme féminine. Mais existe-t-il encore vraiment, ce Chance ? Ce n'est pas un critère je sais, mais je ne connais personne qui le porte...

méchant loup a dit…

J'imaginais de nouveaux noms, avec des variantes qui seraient des "revisites" de ces deux grands classique, car Coco Mademoiselle est tout de même très différent de Coco. Je voyais bien Christalle mis en lumière et Coco fondu dans un "vrai-faux" chypre moderne, plus sombre que Mademoiselle.
Et en effet, j'avais oublié Christalle Eau Verte, comme beaucoup de monde d'ailleurs je crois ! Pour Chance, on parle peut être d'un "Chance eau fraîche cologne sport légère pour le matin edition limitée seconde chance" ? Qui sait ?

Philippe a dit…

À propos du "nouveau Dior Homme" que vous évoquez dans l'article, est-il déjà disponible en magasin ? Concerne-t-il aussi la version intense ? Et si oui, existe-t-il un moyen de reconnaître le nouveau jus de l'original (au niveau du flacon par exemple) ?

méchant loup a dit…

Philippe, non il ne s'agit pas d'une vraie nouveauté mais d'une reprise de la formule d'origine par François Demachy, qui fait que Dior Homme est un tout petit peu plus différent que celui qui était commercialisé lors du lancement.
Personnellement, je le trouve un peu moins cuir, moins carotte et plus doux, plus vanillé.
En revanche, pas moyen de le voir avec le flacon et aucune indication n'existe si quelques matières d'une formule sont retouchées.
Comme tout ce que retouche F.Demachy, il a été un peu "lavé" de certaines facettes pour plaire un peu plus encore et surtout, je crois, pour mieux pouvoir être industrialisé avec d'autres parfums du groupe LVMH comme Shalimar Initial(que je trouve assez proches d'ailleurs) ou Fahrenheit Absolute et Bois d'Argent par exemple !
Un peu comme en automobile où l'on développe des "modules" qui servent à plusieurs modèles d'une marque ou d'un groupe, LVMH tend à le faire pour les parfums.

Philippe a dit…

Merci de votre réponse. J'imagine que seul le hasard permet de mettre la main sur ces Dior Homme quelque peu reformulés, car forcément les magasins doivent écouler leur stock de jus "originaux".

Anonyme a dit…

A la suite de tous les avis que j'ai pu lire sur divers blogs, je suis allé tester le 19 Poudré, étant moi-même devenu avec le temps un inconditionnel du 19 original.

Quelle déception !!
Plus de chic ; tout est cheap !

Sur moi, le galbanum disparaît au bout d'un quart d'heure et laisse la place à une confusion synthétique d'iris et de muscs, arrondie par quelque chose de sucré (désolé, je n'arrive pas à l'identifier). Ça n'a plus rien à voir avec la complexité et la qualité de l'original. Même les vendeuses que j'ai vues dans les deux parfumeries où je suis allé, ne m'ont pas contredit à la grimace que je leur ai fait. C'est triste. Je peux oublier ce Poudré.

Quant à oser porter le 19 original au masculin (en EDP notamment), moi je dis oui car il ne choque pas, il ne cocotte pas, il ne féminise pas... il sublime.
Et puis, au-delà du mythe, il n'y a plus de genre mais plutôt, comme souvent avec l'art, un tout petit frisson qui augure un intense plaisir.
Jifeu