vendredi 30 avril 2010

Le muguet fait la femme ?

En ce jour ou le muguet est à l'honneur, c'est une belle occasion pour évoquer ceux qui restent et survivent timidement au milieu de tout. J'ai beau faire le tour de ce qui existe, depuis le regretté Lilia Bella de Guerlain tout de muscs blanc vêtu, il n'en reste que deux : Diorissimo et Lily of the valley de Penhaligon's.

Le premier, incomparablement intemporel a toujours su préserver sa fraîcheur depuis maintenant 54ans. Un incontournable étonnamment hors du temps même aujourd'hui.

Celui de Penhaligon's joue sur un registre plus frais au départ, avec une sensation qui fait presque "crème de jour". Puis, il évolue vers quelque chose de piquant, d'espiègle, qui perdure et s'approche presque du lys. Le brin plus que la fleur ?

Evoquons également comme je le mentionnais dans le précédent article la bougie 1er Mai de Dominique Ropion pour Frédéric Malle, surprenante de naturel.

Caron propose également un muguet, Le muguet du bonheur, que je connais mal car senti il y a fort longtemps. Il me semblait un peu plus daté, légèrement sucré, très vert et légèrement aldéhydé.

Il existe également des évocations plus abstraites comme Vivara Sole 149 et Dalai Lama de Christian Louis, qui seraient plus proches de l'idée du muguet- herbe coupée - jardin que de la fleur seule.

Ces allégories de muguet m'évoquent quelque chose de virginal, qui rend ces soliflores si féminins, si délicats. Y aurait-il dans les molécules qui composent cette fleur et la peau des femmes quelques points communs qui leur permettraient d'entrer en osmose totale, comme si le muguet faisait la femme et comme si la femme était muguet ?

C'est le premier mai, chacun recevra son petit brin et suivra peut être le sillage d'un de ces parfums ? Plein de bonheur à tous et dites moi quelle histoire le muguet vous raconte ?

8 commentaires:

zab63 a dit…

Je me souviens d'un "Muguet" de Coryse Salomé (ou peut-être ce parfum portait-il un autre nom...mais je suis sûre de la marque): j'étais adolescente et une amie m'en avait aspergé les cheveux. Le soir, à table, mes parents n'étaient pas contents... il faut dire qu'il était plutôt capiteux, ce muguet,d'après mes (lointains) souvenirs.

senga a dit…

Diorissimo a été longtemps mon parfum de printemps... Mais que donne-t-il reformulé? Il y avait aussi fut un temps un très beau Muguet chez "Les Parfums de Rosine", disparu je ne sais pourquoi, dommage!

méchant loup a dit…

Zab, je n'ai jamais entendu parlé du muuet dont vous parlez.
Senga, il est vrai que Diorissimo a subit un sérieux lifting, mais c'est le seul témoignage d'un muguet soliflore qui subsiste aujourd'hui.
Pour celui des parfums de Rosine, j'ai vu qu'il avait existé mais comme il n'est plus diffusé, il était difficile de le mentionner.
Bon premier Mai !

Anne Jaku a dit…

je trouve que, personnellement, le muguet Penhaligon's se fait plus agréable à porter en talc parfumé. Moi aussi je lui trouve un côté crémeux en eau de toilette mais celui ci me semble absent de la version talc.
http://therebelgardener.blogspot.com/

jeanne a dit…

Bonjour Méchant Loup !
C'est vrai que les muguets soliflores sont rares, car pas faciles à traiter pour éviter l'effet "Ajax Fête des fleurs printanières"... Il y a eu aussi récemment le Muguet Blanc de Van Cleef, assez joli mais sans plus.
Dans les muguets "habillés", Pleasures et Anais Anais sont sans doute les plus connus, et il y a aussi chez Penhaligons Blue Bell, petit cousin éloigné de Lily of the Valley accompagné de jachinte...
Bon dimanche !

méchant loup a dit…

Merci Jeanne pour ces précisions. Je n'avais pas du tout penser à celui de VC&A mais je me souviens en effet l'avoir trouvé très (trop) proche du Vivara 149 dont je parle, pour 2 fois le prix.

Pour Pleasures, on est plus sur le lilas, pour Bluebell, c'est une jacinthe et Anais, un lys, il ne sont donc pas dans les muguets.
Et quitte à mentionner le Ajax, fête des fleurs, pour un produit ménagé, c'est plutôt bien foutu je trouve !

Anne Jaku, il est vrai que je ne sais pas ce que donne Lily en talc, mais cela me parait être une bonne alternative.

Mais n'oublions pas tout de même que rien ne remplace les vraies petites clochettes blanches sur la table d'un salon.

Uella a dit…

senga, Luca Turin donnait a Diorissimo quatre etoiles (recommande) dans la premiere edition de Perfume The Guide en 2007, la nouvelle reedition de 2009 n'en donne plus de deux (a eviter) pour la plus recente reformulation.

méchant loup a dit…

C'est malheureusement vrai mais c'est le seul muguet de grande diffusion qui survive !