mardi 17 mars 2009

Insolence Eau de Parfum 2008 - Insolence Eau Glacée 2009 : insolente tradition.

Saviez vous que les flankers peuvent avoir un avantage ? En effet, si votre nez, pour une raison ou une autre n'aimait pas le parfum original, peut être que le ou les flankers peuvent rectifier le tir. Et en l'occurrence, c'est exactement ce qui s'est passé entre Insolence et moi. Il me manquait un petit quelque chose pour apprécier pleinement l'eau de toilette. Porté dès le début par plusieurs personnes de mon entourage, Insolence possède un petit quelque chose en trop qui me donne mal à la tête. Une réaction brutale qui ne m'était jamais arrivée avec un Guerlain. Il m'a fallu attendre l'an dernier pour que le tir soit rectifié à mon nez, grace à la version eau de parfum, qui m'a réconcilié avec l'insolence trop marquée du lancement.
L'eau de parfum me semble curieusement plus fine, plus aboutie, moins "rentre-dedans" que la version eau de toilette. On y retrouve la petite pointe anisée familière d'Après l'Ondée qui s'accorde toujours aussi bien avec la violette et vient s'ajouter pour apporter de la légèreté à l'ensemble. Le coeur de grenadine, de violette, d'iris et de rose suave est identique à l'original mais le fond, lui, se fait plus chaud et se pare d'un bel accord de vanille et de fêve tonka identique à celui que l'on trouve dans Shalimar, l'Heure Bleue ou Cuir Béluga. Sur peau et en sillage, nous sommes sous l'alcôve d'un boudoir, cette eau de parfum séduit enfin par son aspect velouté et doux.
L'Eau Glacée, nouvel opus de cette année, est un travail tout en transparence. Les notes vanillées et coumarinées s'éffacent pour laisser place à des bois blonds, fins, presque transparents, qui apportent leur structure solide et donnent du corps à l'ensemble sans l'alourdir. La pomme naturelle se lie à la violette et accompagne l'iris, qui devient du coup plus identifiable et clair pour un sillage frais, actuel et signé. Le fond n'est plus la vanille douce et suave habituelle, mais il inscrit la note "daim" comme étant une nouvelle signature que l'on retrouve dans quelques uns des derniers opus de la maison. L'Eau Glacée n'est donc pas une version légère d'Insolence mais bien une autre écriture, plus limpide, plus fine et c'est tant mieux.
Glace à la violette, bonbon acidulé, fleur au petit matin ou dans sa douceur veloutée, ces deux versions remettent remarquablement la violette au goût du jour, sous différentes facettes et sans jamais tomber dans la violette traditionnelle de Toulouse, somme toute très connotée et un peu vieillotte, ou dans le shampoing.
Impertinence de la nouveauté, insolence dans le respect de la tradition de notes auxquelles Guerlain doit beaucoup de son identité. Insolence est un pied de nez au respect des règles, une transgression habile des codes trop classiques et un trait d'union remarquable entre le passé et l'amorce d'un renouveau. Guerlain doit beaucoup à cette audace. Pour ma part, je préfère ces deux versions à l'original. Et vous, quelle Insolense êtes vous ?

8 commentaires:

Thierry a dit…

Face à tant d'Insolence(s) ma première réaction serait : 3 claques !!!
Certes, l'EDP nous épargne cette épouvantable note de fruits rouges présente dans l'EDT mais de là à invoquer la filiation avec Après l'Ondée il faut vraiment avoir avalé tout cru le communiqué de presse sans la moindre once de discernement.
Je n'ai pas testé l'Eau glacée... mais bon si les flankers se justifient par la médiocrité de la première édition je ne suis pas sûr d'en avoir envie...

méchant loup a dit…

Thierry, je ne lis aucun communiqué de presse, ça ne m'intéresse pas spécialement et je ne vois pas l'utilité d'un blog qui en serait une copie. C'est peut être dommage, mais c'est vrai. Seul mon nez travaille, avec discernement et mesure, et le but n'est pas de dire des co...ries.
Je ne parlais pas de filiation, mais bien d'une simple évocation par "pointe", car il y a bien une trame autour de notes de tête communes (violette, adldéhyde anisique, aubépine) entre l'edp et après l'ondée ... quoique tu puisses en penser, et j'en suis désolé. Merci pour les claques, mais nous faison tous preuve parfois d'un peu d'insolence... un nom bien trouvé pour le coup !

Thierry a dit…

Méchant Loup,
Bien sûr, ma remarque ne t'était pas personnellement adressée et en aucun cas je ne voulais être agressif mais je voulais juste m'inscrire en faux contre cette affirmation des marques (en général) qui pour justifier artificiellement un produit (qui d'ailleurs n'en a peut-être pas besoin) cherche à l'inscrire dans une filiation, un patrimoine...
Pour moi, encore une fois, il ne suffit pas de reprendre quelques notes, de les surdoser (ici la violette qui pour moi devient très "bonbon" dans Insolence) pour s'inscrire dans une tradition. L'Eau d'Hiver de JCE pour F. Malle par ex constitue davantage un hommage à Après l'Ondée.

méchant loup a dit…

...et quant à l'original ? Sans doute Sophie, Nathalie, Karine, que je connais, et bien d'autres, qui sont des femmes "normales" qui l'ont adopté, seront sans doute contentes d'apprendre qu'elles ont des goûts médiocres. Désolé les filles, ce n'est pas moi qui l'ai dit !

méchant loup a dit…

Thierry, je reviens sur ta deuxième remarque...
Insolence ne semble pas revendiquer de filiation directe avec Après l'Ondée. Mais il y a bien une écriture Guerlain dans ces notes, mais elle se ferait plutôt sous la forme d'un pied de nez. Un basculement sur un autre registre, une insolence qui bouleverse les codes traditionnels de la marque.
On aime ou pas, mais Guerlain ne fait pas du Frédéric Malle et ne le souhaite sans doute pas, je crois. L'Eau d'Hivers est un bel hommage à Après l'Ondée, mais n'est-il pas plus "Ellena" que Guerlain ?

Thierry a dit…

Un "pied de nez" ? je n'avais pas pensé à cela et pourtant même si cela ne passe pas forcément (voir mon 1er commentaire) je ne suis pas hostile aux facéties...
Pourquoi pas ? Pour le coup, le flacon-toupie constituerait un atout pour ce type de gymnastique ? :-)

En ce qui concerne le style( l'Eau d'Hiver), je ne sais pas... Après l'Ondée est tellement atypique...

Senga a dit…

Les testeurs de l'Eau glacée ne sont pas encore arrivés en Province...Mais j'ai Insolence sur un poignet et Après l'Ondée sur l'autre (auquel je suis attachée depuis 25 ans)...Je trouve qu'il a bel et bien un joli clin d'oeil à Après l'Ondée dans Insolence de même qu'à l'Heure Bleue. Après l'Ondée est un parfum romantique, un peu mélancolique et Insolence gai et rieur- à mes sens- donc ils sont bien différents dans ce qu'ils suscitent sur le plan émotionnel et suivant l'humeur, le moment, sa personnalité on peut très bien aimer les deux...

Méchant Luop a dit…

Un flacon, un nom, c'est un tout. Une Insolence sous forme de facétie en effet et de gymnastique non dénuée d'humour et de légèreté, c'est un peu comme cela que je le vois.