jeudi 21 mai 2009

Langages de Vétivers : chacun son sillage et sa signature!

Pour terminer ce premier tour de quelques vétivers, voici une liste non exhaustive de ceux qui existent dans des styles très différents.

Les classiques : le vétiver est habillé dans un registre classique et élégant.
  • Vétiver de Guerlain : reste un grand classique élégant et raffiné malgré sa réécriture en 2000. Pour ceux qu'elle ne gêne pas.
  • Vétiver Extreme : n'apporte pas grand chose.
  • Vétiver Sport de Guerlain : quitte à ce qu'il soit réécrit dans un registre "propre", pour ma part, je préfère cette version plus claire où les muscs blancs apportent une évolution douce sur peau qui contrebalance ce qui me gêne dans le Vétiver actuel. Accessoirement, j'aime beaucoup le packaging "70's sport-chic".
  • Vétyver de Givenchy : un must, merveilleusement reformulé, une belle interprétation de vétiver, à connaître absolument, même si on peut lui reprocher un aspect un peu savonneux. Faites en fi, il n'a pas d'age !
  • Vétiver de Lubin : même trame que l'ancien tiver de Guerlain, mais une note marine en fond, un peu lourde à mon goût. Sinon, vraiment joli.
  • Vétyver de l'Occitane : pour le prix, une belle interprétation et une belle qualité de vétiver, et une évocation de "papa propre". Un peu bohème, mais j'aime beaucoup.
Les orientaux : ces vétivers sont habillés de notes chaudes et douces, pour mieux envelopper la peau. Ils seraient plus facilement unisexes.
  • Vétiver Tonka d'Hermes : grand classique en apparence, proche de celui de Guerlain également dans son approche, il se fond ensuite dans un accord caramel noisette que je trouve personnellement facile pour le prix, mais qui fonctionne très bien sur le plan olfactif. A tester.
  • Vétiver Oriental de Serge Lutens : joli vétiver exploité sur une note très orientale vanillée que l'on trouve dans Shalimar et Musc Ravageur, mais aussi dans Dior Addict. Pour ceux et celles que ça ne dérange pas.
Les complexes et élégants : vétiver altiers, ils exploitent les vétivers de différentes sortes pour les tirer vers les facettes fumées et "acétiques" et en faire une interprétation d'un bel effet naturel, limpide, doré. Elégants, actuels et très fins.
  • Sycomore de Chanel : un beau vétiver, qui part sur un accord de différents bois assez riches ou le vétiver est bien présent, mais reste discret. D'une finesse remarquable.
  • Turttle Vétiver de Les Nez : élégant et riche il pourrait aussi être dans les vétiver "matière". Comme il reste très fin dans son évolution, je vous invite à lire l'article qui lui est consacré sur Grain de musc, je ne saurais pas dire mieux.
Les vétivers "matière" : ils puisent dans la racine pour en livrer une version brute d'un effet très naturel.
  • Vétiver de Etro : c'est le plus brut que je connaisse, j'aime beaucoup, mais ne peu pas plaire à tout le monde, à porter comme un cologne car très léger.
  • Vétyver de Jo Malone : fin, léger et très discret, dans un style très Jo Malone.
  • Vétiver le l'Artisan parfumeur : d'une richesse incroyable, ce parfum mêlait un vétiver très brut et bien franc aux épices, au basilic et à d'autres bois dans un ensemble assez opulent. Il n'existe plus, c'est dommage.
Les originaux : bohèmes et poétiques, ils partent sur des territoires inattendus, avec une belle finesse.
  • Vétiver d'Annick Goutal : le vétiver d'Haiti exploité pour ces inflexions marines dans une version à fleur de peau. Peu rémanent, mais d'une finesse exceptionnelle.
  • Kenzoair de Kenzo : je dirai la même chose sur sa finesse et sa rémanence, mais c'est ici la badiane qui tient le rôle (anis étoilée).
  • Un jour à Quebec de Christian Louis : vétiver et noix de muscade se conjuguent dans un esprit Cacharel pour homme. D'une belle élégance et très fin.
Les vétivers qui n'en sont pas : pour moi, ce sont des interprétations plus ou moins heureuses, mais à connaître.
  • Original Vétiver de Creed : une Cologne Mugler avec un peu de vétiver.
  • Vétiver Babylone d'Armani Privé : vétiver exploité dans un registre qui m'évoque le gel douche, mais qui peut plaire car le sillage est assez joli malgré tout. Clair et limpide.
  • Pure Vétiver d'Azzaro : dans un registre melon, franchement pas génial.
  • Vétyver de Lanvin : dans un registre muscs blancs propres et laineux. Chez moi, il sent le Cif Oxigel. Pas très flatteur tout ça !
Ces deux derniers sont difficiles à trouver aujourd'hui.

Les féminins : ceux que les femmes peuvent s'approprier sans problème, ils sont faits de vétiver et de fleurs.
  • Vétiver pour Elle de Guerlain "les parisiennes" : c'est la trame du vétiver pour homme dont les notes florales ont été accentuées pour un effet "vintage" et à laquelle on a ajouté quelques muscs blancs. Celles qui aiment celui de leur mari mais hésitent à lui piquer pourraient trouver leur bonheur.
  • Y de Yves Saitn Laurent : dans un registre chypré- vert, Y est un remarquable sillage où le vétiver pose définitivement son empreinte. Distingué.
Les miens : mes travaux autour du vétiver, que seuls les curieux pourraient découvrir.
  • Vétiver 1 : pétillant.
  • Vétiver 2 : doux et gourmand.
  • Vétiver 3, l'Esprit du bois (voir l'article) : brûlant.
Ceux que je ne connais pas encore : il est donc difficile d'en parler.
  • Black Vétyver Café de Jo Malone.
  • Vétiver Bourbon de Miller Harris.
  • Vétiver de Le jardin retrouvé.
Voilà qui est terminé. Bien sûr, en fonction des humeurs du moment et de l'actualité, je pourrai revenir plus en détail sur certains d'entre eux. J'espère que ce voyage en pays de vétiver vous aura incité à découvrir ou à redécouvrir cette matière riche et élégante, et qui donne lieu à de multiples langages. En cela, c'est une matière magique !

4 commentaires:

Thierry a dit…

Juste 2 remarques :
- La version actuelle du Vétiver de Guerlain me paraît être une trahison totale : c'est pour moi un fantôme...
- D'accord avec toi en ce qui concerne la qualité du Givenchy avec cette même réserve concernant le côté savonneux. En revanche, je n'ai pas connu la formule originelle... Et toi ?
Cela reste cependant un must have.

Dommage que tu n'ait pu tester le Miller Harris (à classer dans les "matères" ? )...

méchant loup a dit…

Pourtant Thierry, quand on compare la nouvelle version Guerlain et l'ancienne l'une à coté de l'autre, la différence entre les deux versions n'est pas franchement évidente. Elle est pourtant bien là car je ne le supporte plus "physiquement" (maux de tête) alors que je l'avais adopté. Dans ma famille, nous restons néanmoins fidèles à certains Guerlain, qui continue de nous plaire malgré tout. De plus toutes les re-formulations ne sont pas des horreurs, heureusement.
Pour le Vétiver, je crois que Vétiver Extraordinaire est en passe de remplacer le Guerlain comme "mon" vétiver quotidien, après 10 ans de tâtonnement, et en gardant une tendresse de coeur pour celui de Villoresi,l'envie de porter de temps à autre l'Esprit du bois et Encre Noire.

Le Gnou a dit…

Bonjour Méchant Loup

J’ai lu dans le blog « J’aime le parfum » d’Alex Lee, un étudiant en parfumerie américain, qu’il existe sur le marché un vétiver de niche «très apprécié » qui ne comporte pas de vétiver.
(L’article date d’octobre 2008).

D’après Alex, ni essence de vétiver (ou juste une trace), ni molécule dérivé (acétate de vétiveryle, vetiverol…) dans ce jus, et il s’amuse des commentaires de la presse qui vantent la haute qualité de l’essence de vétiver utilisée !

Bien sûr, omerta professionnelle oblige, Alex ne « crache pas le morceau ». Je me demande, par pure curiosité, de quel vétiver il s’agit. En avez-vous une idée ?

méchant loup a dit…

Malheureusement non, je ne sais pas de quel vétiver il s'agit. Sel de Vétiver, non, car Celine Ellena dit elle même avoir utiliser beaucoup de vétiver, turttle Vétiver de Les Nez, peut être car il y a de la menthe, des notes de champignons et terreuses, mais il y a des acetates, donc non, je ne sais pas. Vétiver Tonka peut être, car JC Ellena saurait faire ça. Effectivement, un très beau "rendu" peu piéger même des gens pointus, car la technologie sur les matières nous étonne de jour en jour et il en dispose.