lundi 11 mai 2009

Vétiver - Lorenzo Villoresi : renaissance italienne d'un beau vétiver.

Je ne vous l'avais pas encore dit, mais j'ai perdu mon vétiver en 2000 lorsqu'il a subit un sérieux lifting partagé par tous les connaisseurs mais nié officiellement par la maison auteur de la chose. Après en avoir testé plusieurs, je n'ai jamais pu revenir au vétiver depuis que celui-ci n'était plus le mien, et ce jusqu'au début de cette année, lorsqu'un article attise ma curiosité et me conduit chez Linge au coeur, où sont vendus les parfums Lorenzo Villoresi.
Outre Teint de neige, un autre parfum attire mon attention : Vétiver. Je suis toujours à la recherche de "mon" vétiver, alors Sophie me déniche un échantillon où il reste quelques gouttes seulement et me le donne alors qu'elle n'en a qu'un seul. Je suis prévenu, si j'aime ce vétiver, il se mérite, car il n'est disponible que sur commande. Hélas, nous passionnés sommes parfois victimes de coups de coeur. Et comme ils sont relativement rares en parfumerie ces derniers temps, ils nous font oublié toute raison. Ce Vétiver, lui, fut un coup de coeur et me parla immédiatement.
Je ne sais pas si se sont ses racines italiennes qui se conjuguent aux miennes pour raconter la même histoire, mais j'ai vu dans ce vétiver une richesse évidente, digne de ce que l'Italie révèle de plus beau. Les plus beaux palais italiens, les belles villas, la terre et le brouillard du lac de Côme, les sculptures romaines.
Imaginez un vétiver sombre et profond, chaud et fumé, où le coté brut et "racineux" est accentué par la même facette d'un iris de Toscane. Toute cette structure est habillée, orchestrée par un accord noble de Cologne italienne de tradition, où se conjuguent citron bergamote et fleur d'oranger. Puis, la richesse de ce vétiver est révélée par les résines rappelant la cire des parquets les plus beaux du monde, et l'odeur de térébenthine digne de l'atelier des peintres de génie. Quelques épices déposées sur une étagère en bois verni pour compléter le décor. Tout cela se conjugue dans un foisonnement de références artistiques dont seule l'Italie a le secret. Un joyeux "bordel", tel un musée à ciel ouvert. On ne sait pas précisément si ce vétiver sent le salon aux tentures de velours, le verni des tableaux qui le meuble, la marqueterie, l'épicerie, l'officine, la nature et la terre. C'est sans doute un peu et plus que de tout cela, dans un bien bel effet, pour qui aime le vétiver "brut", riche et naturel comme moi.
Ce vétiver parle de mes racines, de terre de Sienne, de l'Italie dans sa beauté naturelle, celle de son patrimoine et dans la richesse de son histoire. Ce Vétiver fait renaître un grand classique, grâce au talent d'un parfumeur florentin indépendant, comme s'il y avait dans ce pays un art de faire vivre les choses simples de manière à ce que leur beauté soit évidente et mise en valeur. Pour ma part, même si j'aime aussi les autres, même s'il est de facture classique, et même s'il est d'une tenue très moyenne, j'aime à penser que "mon" vétiver est italien.
C'est sans doute parce qu'il est rare que ce vétiver n'est disponible que sur commande spéciale, chez Linge au coeur, 2 rue de Valois, 75001 Paris (voir aussi l'article de Février).

4 commentaires:

Thierry a dit…

Il me semble que nous sommes nombreux à avoir perdu notre Vétiver... mails il paraît qu'avec son flacon moderne et son jus lightisé il se vend beaucoup mieux... alors...
Celui de Villoresi est effectivement très racine, assez brut et concentré. Je trouve aussi assez étonnant que sa rémanence soit aussi (relativement) faible ...

Chris a dit…

Superbe article : émouvant, passionné et une fierté bien placée. Bravo!

méchant loup a dit…

Mon vétiver me transporte en Italie avec fierté, même s'il sent aussi quelque part le feu de bois de nos campagnes françaises. Mais comme vous dites, comment ne pas être un peu fier quand on a vu Rome, Florence, Pise, Côme, Venise ? Il y a un peu de cela en moi, naturellement sans doute ? Est ce aussi pour cela que j'aime Canaletto, Vivaldi la Fiat 500 et les Alfa Romeo ? Allez savoir.

Anonyme a dit…

Je suis un adepte de Uomo de Lorenzo Villoresi, une edt qui concentre les senteurs de ma Toscane avec une élégance toute florentine. Son seul défaut est sa tenue qui laisse vraiment à désirer.
A en lire la description, je suis tenté par Vetiver, ayant utilisé il y a quelques années celui de Guerlain.